Réactions
MotoGP Test Mandalika

Chute rapide et douloureuse pour Jorge Martín

Des graviers qui font l'effet de couteaux quand on y tombe : la journée de Jorge Martín a été mouvementée, sur une piste de Mandalika qui ne pardonne pas les sorties de trajectoire.

Jorge Martin, Pramac Racing

Jorge Martín a subi une chute à haute vitesse samedi matin, durant la deuxième journée d'essais de pré-saison sur le circuit de Mandalika. S'il s'est relevé indemne, le pilote espagnol a déploré une piste toujours sale en dehors de la trajectoire dessinée depuis hier par les MotoGP, mais aussi des graviers particulièrement douloureux quand on a la malchance d'y plonger.

"J'ai un peu élargi dans le virage 10, un virage à droite, et quand je suis arrivé dans le virage 15 j'ai subi une énorme chute, très rapide", explique Martín, décrivant "une chute rapide, en quatrième". Celle-ci est survenue alors qu'il venait de signer son meilleur partiel dans le rapide secteur 2 et était en train d'améliorer ce qui était alors son meilleur temps.

Sans s'appesantir sur cet accident, le pilote Pramac a néanmoins admis que la piste indonésienne, très décriée vendredi, est encore très piégeuse. "C'est dangereux, mais c'est comme ça, alors je vais de l'avant et je vais continuer à pousser", souligne-t-il, résigné. "Pour nous, on peut rouler mais il faut faire très attention aux trajectoires, être très fluide et essayer de ne pas sortir des traces. Si on fait une petite erreur, on peut subir une très grosse chute."

"Et puis, les graviers sont très étranges et ils font très mal. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai encore mal à cause du gravier", poursuit le pilote Pramac Racing, indiquant ne pas être blessé mais être arrivé très vite dans le bac à gravier. "Je n'ai fait que perdre l'avant, mais j'ai encore mal à cause de ces graviers qui sont très durs. […] Normalement, ils sont comme des billes, mais ici c'est comme des couteaux. Il faut faire attention."

Un potentiel désormais proche de la Ducati 2021

Malgré cet incident, Jorge Martín s'est dit satisfait de sa journée. Classé neuvième, à 0"376 de la référence établie par Luca Marini, grâce au time attack qu'il a mené en fin de journée, l'Espagnol estime qu'il avait le potentiel pour faire bien mieux et, surtout, qu'il est déjà capable d'afficher un très bon rythme.

"On fait de gros progrès. Je crois qu'en termes de rythme je suis très compétitif. Pour les autres [pilotes Ducati] je ne sais pas, mais il est certain que j'ai un des meilleurs rythmes. Je suis content de ça", se félicite-t-il, focalisé sur la recherche d'un set-up de base qui pourra être utilisé lorsque le championnat débutera. 

"Je pense que maintenant, en termes de performance, la GP22 est un peu mieux. On a juste besoin de trouver ces réglages de base, et un peu plus de grip arrière. Aujourd'hui, je crois que mon tour valait le top 2, voire la première place, mais j'ai rattrapé peut-être six pilotes au milieu de la piste et j'ai donc perdu beaucoup de temps. Je crois en tout cas que la moto est très rapide."

"Grâce à différentes cartographies, on améliore le grip. Et on essaye aussi différents réglages pour établir une nouvelle base pour cette année. L'année dernière, la base était déjà faite et elle fonctionnait partout. J'ai le sentiment qu'avec cette moto, je peux m'adapter plus facilement à différentes pistes et qu'il est plus facile d'être rapide, mais mon objectif ici c'est de définir une base et de faire en sorte qu'elle fonctionne. On y travaille et on s'en approche. Je pense que le potentiel des deux motos est désormais très similaire."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Test Mandalika, J2 - Marini crée la surprise devant Márquez
Article suivant Fabio Quartararo : "Mon avenir est ouvert"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France