Jorge Martín "jamais à 100%" depuis le Qatar

Jorge Martín n'aura eu de condition physique parfaite que lors des deux premiers Grands Prix de la saison. Depuis son accident au Portugal, il a subi diverses difficultés qui, aujourd'hui encore, se font sentir.

Jorge Martín "jamais à 100%" depuis le Qatar

La saison de rookie de Jorge Martín a été marquée par une lourde chute au Portugal, troisième Grand Prix qu'il disputait alors qu'il avait déjà à son actif une pole position et un podium. Absent quatre courses, il a pu faire son retour un mois et demi plus tard et il a depuis retrouvé deux fois le chemin de la pole et du podium, avec même à la clé une première victoire.

Néanmoins, après les huit fractures diagnostiquées au Portugal, le Madrilène continue de devoir composer avec une condition physique imparfaite et il a récemment déclaré plusieurs problèmes apparemment musculaires, à la fois au niveau de la jambe et du bras. Après une sorte d'arm-pump de la jambe gauche déclaré à Alcañiz et qui a perduré, bien que dans une moindre mesure, lors du Grand Prix suivant, il a également souffert au niveau du bras droit à Misano, puis à Austin.

"C'est près du biceps, il y a un muscle appelé brachial. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai très mal pendant les changements de direction. J'ai du mal", a-t-il expliqué. "Quand j'ai une pause de deux semaines comme entre les deux courses [de Misano et Austin], c'est beaucoup mieux, mais par exemple après Misano, après une longue course puis le test, c'était très dur pour moi."

"Pendant les deux jours qui suivent une course, j'ai mal et je n'arrive pas à suivre mon programme normal, je dois me reposer un peu, mais ensuite c'est parfait. Il faut juste qu'on comprenne pourquoi ça arrive et qu'on améliore ça pour que je n'aie plus ce problème."

Lorsqu'il lui a été demandé si ces difficultés pouvaient être dues à sa chute du début de saison, Jorge Martín a répondu : "Je ne sais pas, mais je pense que oui parce que j'ai eu ce problème après ma chute. J'ai commencé à avoir ces soucis après ma blessure." À Assen déjà, troisième week-end de course auquel il participait depuis son retour, il avait fait part d'un bras engourdi et d'une tendinite, ce qui l'avait poussé à l'abandon.

"Je n'ai jamais été à 100%, mis à part au Qatar, alors je suis habitué à ces conditions", a-t-il ajouté après la course d'Austin auprès du site officiel du MotoGP, rappelant également l'exigence physique de la Ducati. "Je préférerais être à un niveau plus élevé, pour ne pas être aussi fatigué. Mais je pense aussi que notre moto est assez exigeante, je crois que Pecco [Bagnaia] aussi est détruit aujourd'hui. Il faut qu'on travaille soit sur la moto, soit sur ma condition pour que je sois plus fort à la fin des courses."

En difficulté sur la durée, le pilote Pramac a eu du mal à supporter l'effort particulièrement important du Grand Prix des Amériques, que Valentino Rossi lui-même a décrit comme ayant été la course la plus éprouvante de sa carrière.

"J'ai beaucoup souffert, il fallait s'y attendre. Mais j'ai moins souffert que ce que je pensais. Je pensais que j'allais commencer à souffrir au sixième ou au septième tour, mais ça n'a été qu'au 12e tour, à huit tours de l'arrivée ; là, je suis entré en crise. J'ai quand même réussi à garder le rythme jusqu'à cinq ou six tours de l'arrivée, donc je suis content. C'est mieux que ce à quoi on s'attendait", expliquait Martín.

Jorge Martin, Pramac Racing

Malgré ses difficultés physiques et les conditions difficiles de cette course, entre le mauvais état de la piste et la chaleur, le pilote Pramac a réussi à prendre la troisième place dans le quatrième tour puis à s'y maintenir jusqu'à trois tours de l'arrivée. Entre-temps une grosse chaleur l'a fait sortir de la piste, ce qui allait lui valoir une pénalité et la cinquième place finale.

"[Samedi], je pensais que je serais sixième ou septième, mais j'ai réussi à rebondir et j'ai eu un bon rythme. Ce qui est dommage, c'est que j'étais très proche du podium et que j'aurais sûrement pu l'obtenir. J'avais la situation assez sous contrôle, mais je me suis fait cette chaleur", a-t-il expliqué. "J'avais beaucoup de chattering, ça s'est ajouté à ma condition physique et tout cela a fait que je me suis fait cette chaleur et que j'ai perdu ma position face à Pecco."

Un rythme cardiaque à 199 !

Les incrustations proposées sur les écrans de télévision par le promoteur du MotoGP affichent depuis la saison dernière la fréquence cardiaque des pilotes, une donnée montrée à certains moments clés. Il est donc devenu commun de s'émerveiller pour le grand calme affiché par certains concurrents dans des moments pourtant intenses ou de partager la tension des instants clés au gré des pulsations des pilotes.

Mais Jorge Martín a surpris pendant les qualifications du Grand Prix des Amériques, lorsque pour la première fois il s'est montré volontaire pour porter l'appareil servant à mesurer sa fréquence cardiaque. Car les données du jeune pilote madrilène ont montré une tendance très élevée, avec des valeurs dépassant les 180 et même 190 battements par minute, et même un pic à 199 !

"C'est quelque chose de normal. Certes, cette piste est un peu plus difficile, mais je suis comme ça dans la vie, je vais toujours à fond !" a assuré le pilote de 23 ans en prenant cette information à la rigolade. "Au repos, je suis à 36-40, mais j'ai un bon 'moteur' et je suis capable de grimper à de hautes pulsations et de m'y maintenir, c'est quelque chose qui est naturel pour moi. Il est clair que j'aimerais être plus bas, mais quand on suit Marc Márquez ça n'est pas facile."

Des pilotes tels que Fabio Quartararo ou Pecco Bagnaia ont eux aussi porté ce capteur et ils ont alors affiché un rythme constant de 160 ou 170 battements par minute. Maverick Viñales, lui, apparait à l'opposé de Jorge Martín, puisqu'il montre généralement un rythme très bas même en plein effort.

partages
commentaires
Austin va corriger ses bosses pour le retour de la F1
Article précédent

Austin va corriger ses bosses pour le retour de la F1

Article suivant

Dovizioso : "Je suis ici pour essayer de gagner le championnat"

Dovizioso : "Je suis ici pour essayer de gagner le championnat"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021