Martín : "Pas le moment d'aider Bagnaia"

Parmi les quatre pilotes Ducati ayant affiché leur potentiel de victoire cette saison, Jorge Martín estime que ce n'est pas à lui d'aider Pecco Bagnaia dans la course au titre pour le moment.

Martín : "Pas le moment d'aider Bagnaia"

Les pilotes MotoGP sont entrés dans la phase finale du championnat, qui se terminera dans deux petits mois après les cinq courses restantes. Les calculs sont lancés, compte tenu de la nette avance prise par Fabio Quartararo ces dernières semaines, et l'on commence même à entendre parler ici et là de possibles stratégies visant à aider les poursuivants du Français.

Si Joan Mir, troisième à 57 points, n'a qu'un coéquipier sur qui compter chez Suzuki, Pecco Bagnaia, deuxième actuellement à 53 unités, pourrait avoir un avantage grâce au contingent de Ducati présent sur la grille. Trois de ses acolytes ont notamment prouvé leur capacité à se battre à l'avant et à cumuler les gros points. Johann Zarco a ainsi décroché quatre podiums durant la première partie du championnat ; Jack Miller et Jorge Martín en sont à trois respectivement, avec chacun une ou deux victoires.

Leur potentiel fait-il d'eux des soutiens de Bagnaia dès à présent afin de maximiser les points engrangés par l'Italien ? Ce n'est pas franchement l'avis du jeune Madrilène, qui estime que le vainqueur du Grand Prix d'Aragón doit d'abord réussir par lui-même à se porter à une meilleure position avant d'éventuellement recevoir son aide. "Pour moi, je pense que ça n'est pas le moment de l'aider. Et puis, je ne suis pas très fort pour aider alors je vais penser à faire ma course", a fait savoir Martín à la veille de la première course de Misano.

Jack Miller s'est pour sa part dit favorable à l'union des forces. "Dans mon esprit, c'est toujours 'la course de Jack', mais on verra son déroulement. Je pense que, sur le papier et historiquement, Pecco est probablement le meilleur pilote de la grille. S'il veut mener, je serai heureux de prendre sa roue et de bloquer autant que possible", a fait savoir l'Australien après s'être qualifié deuxième samedi. "Mais, vous savez, parler de ce genre de choses maintenant est inutile. Il faut attendre que les feux s'éteignent demain, et après voir où l'on est, comprendre la course, nos sensations, les réactions de la moto. On verra ensuite."

Pour Jorge Martín, s'il est en effet prématuré pour en parler, c'est de toute façon Miller qui serait le plus à même de donner un coup de main au #63 : "Je pense qu'ils doivent s'aider en tant qu'équipiers. Nous, au final, OK, on est Ducati mais on est une autre équipe".

Lire aussi :

"Je pense que le seul moment où je pourrai peut-être l'aider, ce sera à Valence. S'il y arrive avec une chance et que j'ai le rythme pour cela, je ferai sûrement le maximum pour aider Pecco, mais pour le moment je pense qu'il est encore loin et c'est à lui de le faire", a ajouté Martín, qui occupe pour sa part la 11e position au championnat après avoir manqué quatre courses sur blessure.

Quatre Ducati aux cinq premières places sur la grille

En neuf tentatives à ce jour, Jorge Martín a décroché trois pole positions. Depuis Silverstone, il enchaîne les qualifications dans le top 5 et partira encore d'une excellente quatrième place ce dimanche à Misano. Il contribue à la présence en force des Ducati à l'avant, puisqu'elles sont quatre aux cinq premières places, avec en chef de file Bagnaia, auteur d'une nouvelle pole record.

Est-ce à dire qu'il serait possible de penser à une stratégie de groupe ? "Le problème de la course, c'est que les pneus ne s'usent pas et qu'elle sera très rapide. On va tous devoir gérer un peu au début, mais très peu, le rythme sera rapide dès le départ", anticipe l'Espagnol, plus concentré sur son potentiel que sur tout plan de groupe. Et en ce sens, il n'est pas totalement satisfait.

"[Samedi] ça a été une journée très difficile parce qu'on a essayé énormément de pièces différentes et c'est très difficile pour un rookie de comprendre ce qui est mieux, j'ai donc eu un peu de mal. Ensuite on a choisi de revenir à ma moto standard, celle avec laquelle j'ai fait la pole position. J'ai été assez compétitif mais je suis encore loin du top", observe-t-il. "On est encore loin de Pecco et Fabio. Mais je pense que le reste du groupe n'est pas loin."

"Ceci dit, on est P4 ici après quatre bonnes courses et je pense qu'on a fait du très bon boulot. Il faut en tout cas améliorer notre rythme de course pour demain, mais on est plus proche, on a réduit l'écart, et j'espère que demain on pourra être compétitifs."

Avec German Garcia Casanova

partages
commentaires

Voir aussi :

Quartararo prêt à "donner 100%" quelles que soient les conditions
Article précédent

Quartararo prêt à "donner 100%" quelles que soient les conditions

Article suivant

Mir a "du mal à comprendre" que Márquez continue à prendre sa roue

Mir a "du mal à comprendre" que Márquez continue à prendre sa roue
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021