Schwantz s'attendait à une "procession" de Quartararo en 2020

Kevin Schwantz a été surpris de voir Fabio Quartararo perdre pied alors qu'il imaginait le Français survoler les débats après son bon début de saison. Le double Champion estime que Joan Mir méritait le titre grâce à une impressionnante maturité.

Schwantz s'attendait à une "procession" de Quartararo en 2020

La saison 2020 a vu Joan Mir remporter le titre avec une Suzuki, comme Kevin Schwantz et Kenny Roberts Jr avant lui. La montée en puissance du pilote espagnol a surpris les observateurs, dont Schwantz lui-même, qui pensait que Fabio Quartararo dominerait la saison après avoir remporté les deux manches de Jerez, qui ouvraient le championnat, deux rendez-vous également marqués par la blessure puis le retour manqué de Marc Márquez, vainqueur du titre six fois au cours des sept saisons précédentes.

Quartararo a mené le championnat une grande partie de l'année mais il a payé son inconstance, ne montant sur le podium qu'à l'occasion de ses trois succès, et une fin de saison calamiteuse, avec une huitième place comme meilleur résultat lors des six derniers Grands Prix au programme. Schwantz s'étonne de cette méforme, qui a touché tous les pilotes bénéficiant de la Yamaha d'usine, et il espère un rebond en 2021.

Lire aussi :

"Après un bon début [de saison], j'étais convaincu que ce serait une procession Quartararo", a commenté le Champion 1993 de la catégorie reine sur le site officiel du MotoGP. "Mais ça n'a pas du tout été ça. En fin de saison, il avait même du mal à marquer des points. À part Morbidelli, les trois autres pilotes Yamaha ont fait 11e, 12e et 14e à Portimão. Le dernier pilote Yamaha se battait pour un point. C'est totalement inacceptable pour un constructeur comme Yamaha. Je suis sûr qu'ils cherchent le problème."

"Pour un jeune comme Quartararo, j'espère qu'il pourra se pencher sur sa saison et se dire 'J'étais vraiment bon au début et je dois comprendre où j'ai perdu le fil'. Il a chuté deux fois en course à Misano, il y a eu tellement de choses inhabituelles. Il faut qu'il se dise 'OK, je dois retrouver mon rythme'."

Lire aussi :

Cette baisse de rythme peut être attribuée à la Yamaha mais Kevin Schwantz estime que ce n'est pas le seul élément, rappelant que la régularité faisait déjà défaut au pilote français avant son arrivée en MotoGP. "C'est amusant parce que Quartararo a vécu la même chose en Moto2. Certains week-ends, il était devant et personne ne savait comment il avait fait pour gagner, mais le reste de la saison, il avait du mal à trouver cette constance week-end après week-end. Certains week-ends, il était inarrêtable, intouchable, loin devant tout le monde, et le week-end suivant, il se battait pour la 15e ou la 16e place. Il a connu ça et je pense que Yamaha va chercher des solutions pour lui apporter de la constance."

Joan Mir a affiché une spectaculaire maturité

À l'inverse, Joan Mir a été le pilote le plus solide au cœur de la saison, avec sept arrivées dans le top 4 sur les huit courses disputées entre le Grand Prix d'Autriche, qui l'a vu décrocher son premier podium en MotoGP, et le Grand Prix d'Europe, où il s'est imposé pour la première fois. Kevin Schwantz voit dans les résultats du Champion 2020 le signe d'une saison bien gérée car même si l'absence de Marc Márquez a ouvert une opportunité, le contexte restait difficile en raison d'un calendrier remodelé au rythme soutenu.

"La maturité qu'il a montrée cette saison lui a permis de décrocher le titre", estime l'Américain, rappelant que "de nombreux prétendants" n'ont pas affiché la même régularité au premier plan. "Yamaha a eu des soucis sur son moteur, sans ça [Maverick] Viñales aurait un peu plus été dans la lutte. Márquez aurait probablement été un candidat sans sa blessure à la première course. Beaucoup d'autres... Son équipier, [Álex] Rins, a gagné. S'il ne s'était pas blessé à la première course, il serait resté dans la lutte plus longtemps."

"C'est la course. Il faut être le plus intelligent tous les week-ends. Il faut prendre le plus de points possibles et à la fin de la saison, celui qui a le plus de points gagne. Il n'y a rien à lui enlever dans ce championnat. C'était une année étrange : oui, avec le COVID, l'absence des supporters, tout qui a commencé tard, l'enchaînement de courses sur le même circuit, les week-ends à la suite... Mais vous savez, il a fait autant de courses que tous les autres et il a plus de points. Il a gagné et je pense que Joan le méritait cette année."

Lire aussi :

Les circonstances ont obligé les pilotes à bouleverser leurs habitudes et pour Schwantz, Mir a su tirer son épingle du jeu : "Joan a gardé la tête sur les épaules et il a fait du beau boulot," résume celui qui a été le premier à conquérir un titre mondial au guidon d'une Suzuki. Par expérience, il sait qu'en glaner un second est une tâche encore plus ardue, d'autant plus que dans le cas de Mir, les attentes seront beaucoup plus fortes en 2021 puisqu'il n'était pas considéré comme un prétendant au titre il y a un an.

"C'est beaucoup plus difficile [de défendre un titre]. Tu es celui que tout le monde vise. Ce n'est pas facile de gérer cette pression. En début d'année, tout le monde prédit qui sera le Champion. Est-ce qu'il était sur la liste de quelqu'un ? Même une seule ? Ça a changé. Maintenant, Joan Mir est Champion du monde et les pilotes vont se dire 'C'est celui qui a gagné l'an dernier donc je veux le battre'. Donc prépare-toi mon pote, la pression arrive !"

Schwantz attend une saison 2021 toute aussi ouverte, la marque de Hamamatsu n'ayant pas survolé les débats après avoir conquis les titres. "En regardant les données [au Grand Prix d'Europe], la Suzuki était la moto à battre et personne ne pouvait les devancer. Le week-end suivant, sur la même piste, ils n'étaient plus dans la lutte et à Portimão, avec leurs soucis... Dans l'intersaison, on peut lancer la roulette et voir le nom qui va sortir, parce que l'an prochain, tout le monde pourra encore gagner."

partages
commentaires
La wild-card de 2014, avec De Puniet, avait inquiété Suzuki
Article précédent

La wild-card de 2014, avec De Puniet, avait inquiété Suzuki

Article suivant

Crutchlow souhaite une saison 2021 plus paisible

Crutchlow souhaite une saison 2021 plus paisible
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021