KTM sent que la compétitivité du plateau masque ses progrès

Malgré des podiums rares cette année, KTM est sur une pente ascendante selon Pit Beirer, qui estime que les faibles écarts cachent cette progression.

KTM sent que la compétitivité du plateau masque ses progrès
Charger le lecteur audio

KTM peine à jouer le podium depuis le début de la saison. La marque n'en a décroché que dans les deux premières courses de la saison, grâce à Brad Binder à Losail et Miguel Oliveira à Mandalika, où la pluie a bouleversé la hiérarchie et permis au Portugais de s'imposer. Les deux hommes sont néanmoins des prétendants réguliers au top 10 : Binder vient d'en enchaîner six tandis qu'Oliveira a été abonné à la neuvième place dans chacune des quatre dernières courses.

Pit Beirer sent même que KTM a franchi un cap récemment mais que la compétitivité du plateau actuel ne permet pas de traduire ces progrès en résultats tangibles. "Nous avons trouvé de petites choses au cours du test du lundi à Barcelone", a déclaré le patron de KTM Motorsport à Speedweek. "Ces mesures nous ont aidés sur un tour et aussi en rythme de course. Le MotoGP est très disputé et si une chose fait défaut, on est hors du top 10 dans cette catégorie."

Les écarts sont effectivement très faibles en MotoGP mais on peut remarquer que, sur les neuf circuits d'ores et déjà visités cette année et la saison passée, le premier représentant de la marque autrichienne s'est classé à cinq reprises plus loin en 2022 qu'en 2021. Beirer sent néanmoins que ses pilotes se sont rapprochés dans les dernières courses, prenant Assen pour exemple.

"Le temps de course était dix secondes plus rapide que l'an dernier [et] nous avions fini cinquième en 2021 avec Miguel Oliveira, mais Brad [cinquième à Assen, ndlr] a été 15"5 plus rapide [qu'Oliveira l'an passé]. Et Brad a amélioré son propre temps de course de 28"7 en un an. Nous avons fait de gros progrès mais cela se voit peu. Dans les faits, Miguel était cinquième l'an dernier, à 8"4, mais cette fois il a fini neuvième, à 8"3. Aucune faiblesse n'est permise dans cette catégorie."

"Nous allons analyser où nous perdons du temps. Il suffit de deux dixièmes dans un virage, c'est déjà trop si on veut réussir quelque chose parce que les chronos sont très serrés", a ajouté le dirigeant. "Mais nous sommes heureux d'avoir pu confirmer les résultats du test et d'avoir retrouvé le top 5, à 2"7 du vainqueur. C'est une base sur laquelle on peut construire. Avec de tels résultats, on peut motiver toutes les personnes impliquées et leur montrer qu'après tout, nous sommes sur la bonne voie."

Le mieux est l'ennemi du bien

Brad Binder et Miguel Oliveira

Brad Binder et Miguel Oliveira

KTM souhaite rester sur cette voie et éviter des changements trop massifs sur sa machine au cours des prochains mois, après avoir perdu le cap il y a un an en voulait faire évoluer une moto pourtant performante.

"Nous avions une moto victorieuse en juin l'an dernier, Miguel avait fini deuxième au Mugello et au Sachsenring, et avait gagné à Barcelone. Nous avions pu nous reposer pendant la pause estivale mais nous avions apporté trois nouveaux châssis à Spielberg en août, ainsi qu'une fourche et un essieu. Nous avons fait des essais inutiles pendant un week-end de course, ce qui nous a éloignés des avant-postes. Nous en avons tiré les leçons."

"Après la pause estivale, nous n'apporterons pas de nouveaux châssis ni d'autres pièces à Silverstone. Nous avons vu ce qui nous a aidés à Barcelone. Depuis, comme Brad l'a dit, nous avons récolté des données importantes. Nous voulons continuer à progresser."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Álex Márquez ne s'attendait pas à une telle situation chez Honda
Article précédent

Álex Márquez ne s'attendait pas à une telle situation chez Honda

Article suivant

Bezzecchi s'attend à des hauts et des bas malgré son 1er podium

Bezzecchi s'attend à des hauts et des bas malgré son 1er podium