KTM ne veut pas griller les étapes pour sa première saison

En retrait en termes de vitesse pure, la marque autrichienne a pu se consoler avec un meilleur rythme de course. Une première étape dans la progression de l'équipe, qui ne veut pas aller plus vite que la musique.

Contrairement à son tir à blanc réalisé en fin de saison dernière, lorsque KTM avait aligné une moto, celle du Finlandais Mika Kallio, lors de l'ultime manche de l'année à Valence, les machines autrichiennes ont pu cette fois rallier l'arrivée au Qatar et ramener de précieuses informations au garage.

Il est vrai que les RC16 n'ont jamais été en mesure de se frotter à la lutte dans le peloton en course, et n'ont jamais pu faire mieux que les dernières places lors des essais, par faute d'une pointe de vitesse suffisante sur un tracé qui leur était peu favorable, mais celles-ci ont tout de même pu sauver les apparences en course grâce à un meilleur rythme global.

Le bilan final de ce premier week-end ne semble certes pas flatteur pour une marque telle que KTM, ses deux motos ne s'étant adjugé que les 16e et 17e places (seul le petit nouveau Sam Lowes, sur Aprilia, a terminé derrière elles), échouant de peu à remplir l'objectif fixé de marquer un ou plusieurs points.

Mais en dépit des importants moyens déployés par le constructeur de Mattighofen, on ne s'attendait pas forcément à un début de saison des plus aisés dans les rangs autrichiens, comme le rappelle Pol Espargaró. "Nous savons quels sont tous nos problèmes, et bien sûr nous connaissons nos objectifs. KTM veut être capable de se battre pour le championnat d'ici trois ans. C'est une grande entreprise qui a démarré de zéro [en MotoGP] il y a quelques mois."

Pour le pilote espagnol, le rythme de course constaté ce week-end est un signe positif, et représente une bonne base sur laquelle travailler pour le nouveau constructeur. "Nous avons une idée claire de ce que nous devons faire et où nous voulons aller, et quelles sont les caractéristiques de la moto. Toute l'équipe travaille dur et je pense qu'après ce que nous avons fait ici et à Phillip Island, où nous n'étions qu'à 1"3 [par rapport au meilleur temps de Viñales], je pense que c'est un bel avenir qui nous attend, mais nous n'en sommes qu'au début."

KTM veut être capable de se battre pour le championnat d'ici trois ans.

Pol Espargaró

Des propos corroborés par son coéquipier Bradley Smith, satisfait du professionnalisme affiché par l'équipe autrichienne sur cette première manche. "Il ne manquait rien au moteur. L'électronique était bonne, tout comme les réglages du contrôle de traction. Les réglages du moteur étaient tous très cohérents. Les gars ont fait du bon boulot sur une piste difficile pour nous, donc il faut les féliciter."

Le profil du circuit de Losail, fluide et rapide, a en effet constitué un handicap pour les RC16, encore en déficit de puissance en ce début de saison. Et les choses ne devraient pas aller en s'arrangeant lors des deux prochaines échéances outre-Atlantique, avec deux autres tracés présentant des caractéristiques similaires. "L'Argentine est une piste qui n'est pas si différente du Qatar", souligne Espargaró. "Et nous allons avoir des difficultés là-bas, tout comme au Texas. Mais c'est une bonne chose que nous soyons en difficulté car cela veut dire que nous pouvons voir nos points faibles et c'est la meilleure façon de progresser. Donc honnêtement je veux arriver en Argentine pour monter de nouveau sur la moto pour voir de nouveau quels sont nos problèmes, et les résoudre."

Démarche empirique

On le voit bien, la démarche d'apprentissage de KTM se veut empirique pour sa première saison dans la discipline. Si l'équipe nourrit des ambitions de titre d'ici 2020, le chemin s'annonce ainsi très long. Mais les idées ne manquent pas, comme l'explique Smith. "Il y a tellement de choses que nous n'avons pas eu le temps de réellement calibrer. Mais à présent certaines idées commencent à éclore dans nos têtes, et en fait nous commençons tout juste à travailler dessus."

Le diable est dans les détails a-t-on coutume de dire, et c'est en accordant une importance toute particulière à ceux-ci que l'équipe autrichienne entend gravir peu à peu la hiérarchie. "Ces petites choses peuvent nous aider en termes de performance, et le fait de voir Rabat terminer juste quatre secondes devant nous [lors de la manche inaugurale] nous rend optimiste", reprend l'Anglais. "Et puis il y avait une paire d'autres pilotes juste devant lui. Nous rapprocher d'eux peut être notre prochain objectif. Peut-être pas en Argentine ou à Austin car nous ne connaissons pas ces tracés, mais quand nous arriverons en Europe, à Jerez et au Mans, cela doit être notre objectif principal de les rattraper, de les battre, et de les devancer. Puis nous verrons ce qui se passe en milieu de saison."

Le plan de marche est donc clair chez KTM : progresser pas à pas, et garder la tête froide en remisant les nombreux succès de la marque dans les autres compétitions pour ne pas se voir trop beau. Une approche humble qui pourrait bien payer dans un proche avenir.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Bradley Smith , Pol Espargaró
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Type d'article Actualités