KTM prêt à fournir un team satellite MotoGP en 2018

À peine l'aventure en MotoGP débutée, la marque autrichienne envisage déjà de proposer ses futures machines à des équipes tierces, et ce dès 2018.

Alors que KTM est sur le point de faire ses débuts en MotoGP, la marque autrichienne a officiellement présenté, lundi à son siège de Mattighofen, la machine qui défendra ses couleurs en 2017, la RC16. Un prototype qui sera confié à Pol Espargaró et Bradley Smith.

L'équipe a d'ores et déjà participé à une première course, lors du Grand Prix de Valence en novembre dernier, avec Mika Kallio au guidon. Une expérience difficile puisque le Finlandais n'avait alors pas vu le drapeau à damier et n'avait pas été dans le rythme de tout le week-end, navigant entre deux et trois secondes des leaders.

Déjà présent en Moto2 et Moto3, KTM s'est engagé pour une durée de cinq ans avec la Dorna en MotoGP, et tentera de prendre ses marques en 2017 pour acquérir une base solide et viser plus haut à l'avenir.

Mais selon Stefan Pierer, le patron de la marque, le constructeur autrichien envisage également de fournir des motos à une équipe satellite dès 2018. "Nous nous concentrons sur l’équipe d’usine lors de la première année", explique le dirigeant. "Nous avons un contrat de cinq ans avec la Dorna, et nous nous sommes déjà mis d’accords qu’à partir de la deuxième année nous allons fournir également du matériel et des motos à une équipe privée. Le plan pour les deux prochaines années est de proposer une réplique de ce concept [la RC16], mais je pense que la priorité c'est d’être prêt avec l’équipe d’usine et de se tenir prêt à en fournir [des motos] à une seconde équipe."

Le dernier accord passé entre la Dorna et les constructeurs dispose que la grille peut être composée de 24 motos, issues de six marques différentes, soit deux motos d'usine et deux motos satellites par marque.

La référence Suzuki

Un équilibre qui n'est pas atteint actuellement, loin s'en faut, alors que Suzuki et Aprilia se limitent à fournir des machines à leurs équipes officielles, et qu'à l'inverse Ducati présente huit motos sur les 23 de la grille. KTM espère donc chasser sur les terres du constructeurs italien à relativement court terme.

Pour l'heure, l'objectif de la marque consiste cependant à se concentrer sur 2017. Si elles étaient en difficulté à la fin de l'année dernière pour leurs premiers tours de roue, les RC16 ont redressé la barre et fait montre de nets progrès lors des essais collectifs qui se sont tenus jusqu'ici en 2017, évoluant à peine à plus de 1''3 de Maverick Viñales. "C’est clair que nous ne sommes pas de vrais débutants, mais dans cette discipline nous le sommes", poursuit Pierer.

Le dirigeant autrichien cite ainsi le parcours de Suzuki comme l'exemple à suivre pour ses troupes. De retour dans la catégorie reine en 2015, l'équipe japonaise est parvenue à renouer avec la victoire dès sa deuxième saison, l'an passé à Silverstone par l'intermédiaire de Maverick Viñales. "Je donne toujours comme référence à mes collègues Suzuki, qui a fait un bon travail. C’est clairement notre référence. Le premier test a été difficile pour nous, car nous avons essayé plusieurs réglages. Mais cela fonctionne très bien, et Phillip Island a été [un test] très motivant car nous allons dans la bonne direction."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement Présentation KTM
Sous-évènement Présentation
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Type d'article Actualités