Week-end prometteur pour KTM, de retour dans le top 5

KTM a retrouvé le top 5 lors du Grand Prix des Pays-Bas, après une amélioration notable des qualifications de Brad Binder et de Miguel Oliveira. L'équipe officielle n'avait pas connu meilleur résultat groupé depuis les deux premières manches de la saison.

Week-end prometteur pour KTM, de retour dans le top 5
Charger le lecteur audio

Brad Binder a ramené KTM dans le top 5 lors de la course d'Assen, une première depuis le Grand Prix du Portugal il y a deux mois. Une performance solide dans son ensemble, qui rebooste l'équipe de Mattighofen alors qu'elle cherche à inverser la tendance d'un championnat qui stagnait, notamment en améliorant ses qualifications.

Le Sud-africain, qui s'élançait de la dixième place, a réussi à bondir de trois positions à l'extinction des feux avant d'atteindre le quatrième rang dès le cinquième tour. Repris par Maverick Viñales, alors en route pour le podium, le pilote KTM a pu profiter de la baisse de régime de Jorge Martín après l'arrivée de la pluie pour conserver malgré tout la quatrième place jusqu'au 20e tour.

Les dernières minutes de course lui réservaient toutefois une grosse bagarre, l'opposant d'abord à Jack Miller mais aussi à un Aleix Espargaró lancé dans une remontée à laquelle personne ne semblait pouvoir résister. C'est avec une admiration non feinte que Binder a salué le double dépassement de l'Espagnol dans la dernière chicane, alors que lui-même entérinait la cinquième position finale, au détriment d'un Miller dindon de la farce dans cette superbe lutte.

"Je suis content de finir dans le top 5, ça faisait longtemps", commentait Binder à chaud auprès du site officiel du MotoGP. Mais plus que son positionnement en lui-même, c'est le niveau affiché durant cette course qui lui permettait de quitter Assen satisfait de son bilan.

Depuis Jerez, il ne s'était classé qu'entre la septième et la dixième place, mais sans jamais avoir pu s'élancer plus haut que 15e. Cette fois, bien placé dès les premiers instants, il a pu jouer sa carte et n'a finalement rallié l'arrivée qu'à 2"7 du vainqueur au terme d'une course parmi les plus serrées qu'ait connues le MotoGP. "C'est sympa. Ça faisait longtemps que je n'avais pas été aussi proche de la tête. Le week-end dernier [au Sachsenring], j'étais à 15 secondes et là je suis à trois secondes", se réjouissait-il.

"Ça a été une bonne course, j'ai fait de mon mieux tout du long et j'ai eu l'impression de faire des tours qualifs pendant 25 tours. C'était dur !" a-t-il ajouté, ayant eu l'impression de livrer une performance irrégulière. "Je perdais beaucoup de temps à certains endroits et j'en rattrapais pas mal à d'autres, donc cette course m'a un peu donné l'impression d'être un yo-yo. Je perdais, je reprenais, je perdais, je reprenais… Ouais, ça a été dur."

"Je perdais beaucoup de temps au virage 5, il me fallait trop de temps pour faire tourner la moto et j'étais toujours un peu en retard pour m'extraire du virage. Je rattrapais du temps au secteur 2, puis je perdais beaucoup dans le secteur 3 et je me rattrapais à nouveau dans le 4."

Binder, dont il s'agit du deuxième meilleur résultat cette saison, s'est surtout montré satisfait de la bonne impulsion donnée par ce Grand Prix, qu'il espère bénéfique pour la suite. "Le team a fait du super boulot. La meilleure moto que j'ai eue du week-end était celle de la course. Je n'étais pas content de la manière dont ça s'était passé au warm-up, donc ils ont fait pas mal de changements pour moi et ils sont clairement allés dans la bonne direction."

"J'espère que c'est quelque chose sur lequel on va pouvoir construire pour l'avenir", a-t-il souligné. "C'est génial pour nous d'avoir fini aussi forts à l'heure de la mi-saison. Ce qu'on a besoin d'améliorer a été très clair ce week-end, donc je pense que même si l'on teste des choses qui ne fonctionnent pas toujours, ça nous donne une indication claire de ce dont on a besoin pour être plus rapides et de ce dont on a besoin pour avancer."

Oliveira régulier… à la 9e place

À l'instar de son coéquipier, Miguel Oliveira a lui aussi retrouvé la Q2 pour la première fois depuis le Portugal, et il en a retiré une belle huitième position sur la grille de départ du Grand Prix des Pays-Bas, sa deuxième meilleure qualification à ce stade de la saison. Sa course s'est toutefois révélée radicalement différente, chamboulée dès la grille de départ par un accrochage avec Joan Mir dans lequel son carénage et sa protection de levier de frein ont été abîmés.

Ayant oscillé entre la huitième et la dixième place une fois la course lancée, il a finalement passé l'arrivée neuvième… un résultat qu'il obtient pour la quatrième fois de suite !

"C'est bien de terminer dans le top 10, mais c'est toujours frustrant quand on sait qu'on aurait pu faire mieux, et je savais qu'on avait la vitesse et le rythme pour être un peu plus rapides", a commenté le pilote portugais. "Je me plaignais que je devais être plus régulier, et maintenant je crois que j'en suis à quatre neuvièmes places ! Ce n'est pas la régularité que j'aimerais avoir. Maintenant on a cette pause pour se ressaisir et revenir en meilleure forme."

Lire aussi :

partages
commentaires
Le calvaire de Luca Marini, privé d'un aileron en course
Article précédent

Le calvaire de Luca Marini, privé d'un aileron en course

Article suivant

L'exploit de Rins à Assen, pourtant à bout de force

L'exploit de Rins à Assen, pourtant à bout de force