MotoGP
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

"La victoire de Miller ne change rien" assure Honda

partages
commentaires
"La victoire de Miller ne change rien" assure Honda
Par :
Traduit par: Léna Buffa
29 juin 2016 à 17:00

Pour Livio Suppo, la victoire de Jack Miller à Assen confirme le talent que possède le jeune Australien et qui a poussé Honda à le faire passer directement du Moto3 au MotoGP.

Jack Miller, Marc VDS Racing Honda, fête sa victoire sur le podium
Jack Miller, Marc VDS Racing Honda, et Marc Marquez, Repsol Honda Team
Jack Miller, Marc VDS Racing Honda
Jack Miller, Marc VDS Racing Honda, fête sa victoire
Jack Miller, Marc VDS Racing Honda, fête sa victoire sur le podium
Jack Miller, Marc VDS Racing Honda, et Marc Marquez, Repsol Honda Team
Scott Redding, Pramac Racing, et Jack Miller, Marc VDS Racing Honda
Jack Miller, Marc VDS Racing Honda
Le vainqueur Jack Miller, Marc VDS Racing Honda
Podium : le vainqueur Jack Miller, Marc VDS Racing Honda
Le vainqueur Jack Miller, Marc VDS Racing Honda
Jack Miller, Marc VDS Racing Honda, et Cal Crutchlow, Team LCR Honda
Le vainqueur Jack Miller, Marc VDS Racing Honda

La victoire de Miller a mis fin à une série qui paraissait impossible à stopper dans le MotoGP actuel : il s'agit en effet du premier succès d'une équipe satellite depuis celui de Toni Elias il y a dix ans au Portugal, lui aussi au guidon d'une Honda, cette fois alignée par le team de Fausto Gresini. Depuis, les victoires remportées par la marque à l'aile dorée se sont partagées entre Dani Pedrosa (28), Marc Márquez (26), Casey Stoner (15), Nicky Hayden (3) et Andrea Dovizioso (1).

Il ne fait aucun doute que la météo a joué en faveur de l'Australien à Assen, néanmoins cette course a également mis en lumière son talent pur, que les responsables de Honda ont détecté il y a trois ans, lorsqu'il courait en Moto3, et qui les avait conduits à prendre une décision majeure.

Miller a fait un saut périlleux avec double pirouette en accédant directement au MotoGP, sans en passer par la catégorie Moto2. Garry McCoy - un autre Australien - en fit de même autrefois, cependant c'est désormais chose rare.

Jusqu'à ce Grand Prix des Pays-Bas, le retour sur investissement était très pauvre pour Honda, et le palmarès du pilote au n°43 comptait des chutes, encore des chutes, et 25 points marqués en 24 courses. Cela a, bien sûr, influencé la mentalité du jeune garçon de Townsville, qui n'a que six jours d'écart avec Maverick Viñales. Pour couronner le tout, un accident survenu pendant la pré-saison alors qu'il s'entraînait en motocross lui a valu une fracture tibia-péroné, une blessure qu'il a traînée jusqu'à il y a encore quelques semaines.

"Ce doit être un point de départ. Il faut que cela impacte la confiance de Jack, pour qu'il croie plus en lui et qu'il se tranquillise. En même temps, ce qui s'est passé ne change rien, car il aurait de toute façon couru sur Honda l'année prochaine. Ce projet était de trois ans, si bien que la victoire ne change rien", assure Livio Suppo, directeur du HRC.

"Ce que ça signifie", poursuit l'Italien, "c'est que le talent que nous avons vu en lui est toujours là, il en a donné la preuve, car il est impossible de faire ce qu'il a fait sans talent. Quoi qu'il en soit, il doit continuer à progresser."

Des entraînements avec Crutchlow

Miller est un jeune homme charmant, poli, sympathique et amusant, aussi rapide sur une moto que devant une bonne pinte de bière. "L'année dernière, il était un peu sauvage, mais il a beaucoup grandi parce qu'il a compris que, pour courir en MotoGP, il faut travailler, travailler et travailler. Il s'est concentré et désormais il s'entraîne beaucoup", souligne Suppo.

Comme on peut en juger par son physique, ses récentes séances de vélo avec Cal Crutchlow - un crac de la discipline - lui ont apporté plus de force et de résistance. Le Britannique, qui a chuté à Assen, a été le premier à se rendre au parc fermé pour aller féliciter Miller, à qui il a donné une accolade qui paraissait des plus sincères.

"J'ai travaillé comme un fou sur mes conditions physiques, pour me transformer en athlète. Il y a quelques jours, j'étais avec Cal sur l’Île de Man. En une semaine, on a fait 500 km. Ça fait très mal, mais ça en vaut la peine", pointe Miller qui, maintenant qu'il s'est remis de sa blessure, va pouvoir recommencer à s'amuser avec sa moto de cross. "Si vous me voyez arriver au Sachsenring avec une jambe cassée, vous saurez ce qui me sera arrivé !" plaisante-t-il.

 
Article suivant
Édito - Merci Monsieur Miller !

Article précédent

Édito - Merci Monsieur Miller !

Article suivant

Crutchlow - "Il s'est remis à pleuvoir et ça a été un désastre"

Crutchlow - "Il s'est remis à pleuvoir et ça a été un désastre"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP des Pays-Bas
Catégorie Après-course
Lieu Assen
Pilotes Jack Miller
Équipes Marc VDS Racing Team Boutique
Auteur Oriol Puigdemont