Le MotoGP marche prudemment vers l'Indonésie
Andrea Dovizioso, Andrea Iannone, Ducati Team, Marc Marquez, Repsol Honda Team et Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing et Andrea Dovizioso, Ducati Team
La voie des stands à Sentul
Des fans à Sentul

Orienter le calendrier vers les pays émergents est une demande forte des constructeurs engagés dans la catégorie reine des Grands Prix. Et c'est une promesse faite par son promoteur la Dorna mené par un Carmelo Ezpeleta qui a déjà décliné sa vision du MotoGP au-delà de l'horizon 2017. C'était au dernier Grand Prix d'Argentine et il avait alors annoncé les contours du prochain accord commercial qui doit être signé entre les protagonistes du paddock, pour une période se prolongeant jusqu'en 2021. Parmi ces dispositions, le passage du même calendrier de dix-huit à vingt épreuves.

Une rallonge que les constructeurs accepteront volontiers si elle est synonyme d'arrivée dans des pays au marché prometteur. L'Asie du Sud Est et l'Amérique du Sud sont regardées avec avidité et méritent plus qu'un simple Grand Prix de Malaisie et qu'une unique visite en Argentine. Cependant, la marge de manœuvre est ténue pour un Carmelo Ezpeleta qui ne pourra pas satisfaire tout le monde.

Et ce d'abord parce que l'Autriche a déjà son jeton acquis pour 2016. Ce qui nous assure déjà d'une saison à dix neuf rendez-vous tandis que lors du dernier Grand Prix d'Argentine, c'est une campagne à vingt échéances maximum qui a été annoncée. Il n'y a donc plus qu'une seule possibilité. Pour qui ?

Organiser un Grand Prix ce n'est pas si simple

Une question dont la réponse n'est pas facile à livrer. Car tout le monde n'est pas doté d'un tracé aux normes de sécurité ni ne bénéficie d'un environnement administratif que l'on qualifiera pudiquement de sain. En 2013-2014, beaucoup s'étaient déjà persuadés d'une arrivée imminente du Brésil mais le projet n'a jamais pu avancer comme il aurait dû le faire, si bien que le son de la Samba reste celui de l'Arlésienne. Le Brésil a été repoussé aux calendes grecques.

Aujourd'hui, c'est l'Indonésie qui revient sur le devant de la scène avec son site de Sentul. Revient, car on a déjà parlé de cette opportunité dans un passé récent et il concernait un Superbike qui l'avait inscrit dans ses épreuves pour la saison 2013. Mais comme pour le Brésil, les promesses ont été déçues et il a fallu rebrousser chemin.

Le mercredi 20 mai,  Carmelo Ezpeleta, le CEO de Dorna Sports, et Javier Alonso, Directeur des événements, se sont rendus à Sentul. Une démarche politique pour assurer les acteurs locaux de tout l'intérêt porté à une arrivée dans ce pays. Une Indonésie où les foules se sont déplacées pour simplement voir une finale de la onzième Yamaha Asean Cup Race en compagnie de Jorge Lorenzo et de Pol Espargaro. 60.000 qu'ils étaient, juste pour apercevoir les stars des Grands Prix. L'engouement est là, cela ne fait aucun doute.

Le pays peut atteindre son objectif d’accueillir le MotoGP. Mais l’Indonésie n’aura une course que si le cahier des charges est rempli

Carmelo Ezpeleta

Oui mais pour le reste ? Carmelo Ezpeleta a tenu un discours clair : "Pour nous c’est un plaisir d’être ici. L’Indonésie fait partie de nos projets depuis longtemps. C’est un superbe pays, avec une croissance importante dans le secteur de la moto. C’est un pays important pour nous," a-t-il précisé lors d'une conférence de presse relayée par MotoGP.com. "La raison de notre venue ici est que le gouvernement indonésien souhaite accueillir une course du MotoGP. Nous leurs avons expliqué que cela nécessiterait les infrastructures indispensables ainsi que l’homologation du circuit. Le pays peut atteindre son objectif d’accueillir le MotoGP. Mais l’Indonésie n’aura une course que si le cahier des charges est rempli."

C'est donc une marche prudente qu'a engagée le MotoGP vers une Indonésie qui doit prouver ses compétences à mettre sur pied un Grand Prix. Les autorités locales espèrent un accord d'ici trois mois et pensent même à une date du 17 août pour un événement qui serait fêté en même temps que l'anniversaire de l'indépendance du pays.

Certes, mais si Sentul échouait? Il y aurait toujours de quoi se consoler avec une Thaïlande qui a déjà réussi son entrée sur la scène internationale avec son épreuve de Superbike et sa course de Supersport vécues le 22 mars dernier. Un tracé de Chang International Circuit qui a fait l'unanimité, un public nombreux et une organisation sans faille... C'est sans doute d'abord là qu'il faudra regarder pour voir émerger le deuxième rendez-vous sous ces latitudes, à côté de celui de Sepang, en Malaisie.

Pour mémoire, enfin, on rappellera que le dernier Grand Prix à Sentul s'est déroulé en 1997. Et c'est un certain Valentino Rossi qui l'avait emporté en 125cc, Mick Doohan se chargeant de régler une élite qui roulait alors avec des 500cc deux temps de 190 ch pesant 120 kilos...

 

partages
Loris Baz - "Le MotoGP, un chemin parsemé de bombes"

Article précédent

Loris Baz - "Le MotoGP, un chemin parsemé de bombes"

Article suivant

Les avantages de Ducati font débat, Poncharal en appelle à la stabilité

Les avantages de Ducati font débat, Poncharal en appelle à la stabilité
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021