Lecuona "trop agressif trop tôt", regrette Poncharal

Une nouvelle fois, son jeune pilote a manqué l'arrivée de la course, dimanche à Brno, et c'est en emmenant Joan Mir dans sa chute qu'Iker Lecuona est parti à la faute. "Ce que nous ne voulions pas voir", résume Hervé Poncharal.

Lecuona "trop agressif trop tôt", regrette Poncharal

Avoir haussé le ton en marge des deux premiers Grands Prix espagnols n'a visiblement pas suffi : Hervé Poncharal a assisté dimanche, dépité, à un nouvel abandon d'Iker Lecuona. Le rookie espagnol, qui avait eu l'opportunité de faire des débuts anticipés l'an dernier à Valence, avait pourtant donné des signaux positifs pendant la manche tchèque, mais son week-end s'est terminé sur une nouvelle chute.

Lire aussi :

C'est en attaquant Joan Mir dans le quatrième tour que le pilote Tech3 est parti à la faute. Il a perdu l'avant dans le virage 13, l'un des plus redoutables en termes d'irrégularités du bitume, et a emmené la Suzuki avec lui. "La seule chose que je ne voulais pas voir arriver en course, s'est produite", déplore Mir. "Lecuona est tombé devant moi et je n'ai eu aucun moyen d'éviter de tomber moi aussi. Il a ruiné ma course, mais je ne le blâme pas, ce sont des choses qui arrivent."

Des choses qui arrivent, mais malheureusement un peu trop souvent pour le moment, Lecuona n'ayant pas encore vu l'arrivée d'une course en MotoGP. "Nous étions très contents d'Iker et nous espérions vraiment qu'il pourrait enfin finir une première course et marquer des points", souligne Hervé Poncharal. "Nous avons pu voir que c'était une bonne journée pour terminer la course avec la KTM et empocher quelques points, mais malheureusement, une fois de plus, sa jeunesse a parlé et il s'est montré trop agressif trop tôt."

 

"Nous sommes désolés de ce qui est arrivé à Joan Mir, ce n'était pas nécessaire. J'ai été content d'Iker jusqu'à dimanche midi, mais l'après-midi, cela a encore été ce que nous ne voulions pas voir. Nous espérons pouvoir voir le bout de ce tunnel à la prochaine manche, sur les terres de KTM à Spielberg", prévient le patron du team Tech3.

"Sûr" de finir les deux courses antrichiennes

Iker Lecuona, lui, a admis sa faute dans cette double chute, bien qu'il ait expliqué avoir été gêné par la trajectoire prise dans ce virage. "Franchement c'est un peu difficile à expliquer. C'est clairement ma faute parce que je suis tombé et ma moto a touché celle de Mir, mais il est difficile de dire si c'est uniquement ma faute, car Mir a beaucoup fermé la trajectoire. J'étais à l'intérieur et je ne sais pas s'il m'a vu ou pas, mais j'étais très proche et je n'étais pas sur une bonne ligne pour le dépasser, car c'est un endroit critique par rapport aux bosses. J'ai essayé de relâcher les freins pour mettre moins de pression sur le pneu avant, élargir et éviter la chute. Mais il a beaucoup fermé la trajectoire et j'ai fini par perdre l'avant."

"Je m'excuse auprès de l'équipe et auprès de Mir pour cette chute", ajoute le pilote espagnol, qui s'est fait mal à l'épaule dans sa mésaventure, sans toutefois que cela remette en question sa participation au Grand Prix d'Autriche cette semaine. Et il se montre d'ailleurs particulièrement désireux d'y passer un cap pour effacer tous ces mauvais souvenirs. "Je suis sûr que je vais finir les deux courses en Autriche, parce que j'aime la façon de faire qu'on a désormais adoptée. Je suis très confiant", assure-t-il.

Lire aussi :

Cette évolution de sa méthode de travail avec son team est précisément ce qui explique qu'il nourrissait de bons espoirs pour la course de Brno. "Ce week-end, on a travaillé d'une manière complètement différente par rapport à Jerez, plus calmement, pas à pas, pour définir une bonne base avant de progresser graduellement. Vendredi j'ai été très en difficulté, samedi on a beaucoup progressé et [dimanche] matin on a très bien travaillé et je savais donc qu'en course j'aurais été suffisamment fort pour rouler dans les points."

Le fait est qu'il n'a pas encore fini une course et que ça le travaille : "Il est clair que j'y pense beaucoup, mais je n'ai fait que quatre courses en MotoGP. À Valence, je suis tombé à cause de l'huile présente en piste. Au premier Grand Prix à Jerez, j'avais beaucoup de vertiges et j'ai pensé qu'il était dangereux de courir comme ça [il est rentré au stand, ndlr], et au deuxième Grand Prix je n'avais pas un bon rythme et je suis tombé en perdant l'avant. Ici, j'ai aussi fait une petite erreur."

"Sur cette course j'ai voulu garder mon calme, je ne voulais pas tomber, et après avoir pris un mauvais départ j'ai voulu dépasser trois ou quatre pilotes et franchement j'étais doux, j'étais rapide, je savais que mon rythme était très bon grâce au warm-up", regrette-t-il. "Je veux continuer à progresser. On verra en Autriche, mais je suis sûr que là-bas je finirai les deux courses."

partages
commentaires

Voir aussi :

Portimão accueillera bien la finale du MotoGP cette année
Article précédent

Portimão accueillera bien la finale du MotoGP cette année

Article suivant

Brad Binder 26e vainqueur au palmarès du MotoGP

Brad Binder 26e vainqueur au palmarès du MotoGP
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021