Limites de piste : gros désaccord entre Quartararo et Miller

Fabio Quartararo estime que la direction de course pénalise trop lourdement les pilotes quand ils dépassent les limites de la piste. Jack Miller lui répond que cette règle a du sens et lui reproche de ne pas s'impliquer dans les débats de la Commission de sécurité.

Limites de piste : gros désaccord entre Quartararo et Miller

Les sanctions prises par la direction de course pour non-respect des limites de piste sont au cœur des débats depuis plusieurs Grands Prix. Maverick Viñales a crié à l'injustice quand ses chronos ont été annulés lors des qualifications à Portimão tandis qu'après l'arrivée au Mugello, Miguel Oliveira et Joan Mir ont tour à tour été sanctionnés, sans conséquences sur le classement final. Signe des difficultés des pilotes à se positionner sur cette question, un Mir jusque-là partisan d'une règle stricte a appelé à des décisions plus humaines après le Grand Prix d'Italie.

À Barcelone, l'épisode de la combinaison ouverte de Fabio Quartararo a concentré les débats mais le Français s'est surtout agacé d'une autre sanction de trois secondes, pour un retour en piste trop rapide après un passage dans la voie de dégagement du premier virage. Pour l'intéressé, les décisions sont trop mécaniques et les pilotes n'ont parfois aucun contrôle sur la situation.

Lire aussi :

"Si on ne parle pas que de ce qui s'est passé à Barcelone, mais aussi de ce qui s'est passé au Mugello avec Joan et Miguel, pour moi ce genre de pénalité est assez étrange", a déclaré Quartararo en conférence de presse au Sachsenring. "On sort de deux ou trois centimètres sur le vert et on est pénalisé d'une position alors qu'on ne gagne pas de temps. Pour moi c'est un petit peu trop."

"C'est comme à Barcelone, où j'ai tiré tout droit et j'ai été plus lent de sept dixièmes ; ils m'ont dit que si j'avais été encore plus lent de trois dixièmes, je n'aurais pas été pénalisé. Mais comment peut-on calculer ça ? Pour moi ça commence à être un peu trop, parce que ça n'affecte pas la sécurité et ça commence à mon avis à rendre les courses un peu trop sérieuses. Mais je n'y travaille pas, c'est eux qui prennent les décisions, mais pour moi c'est un peu trop."

Si tu venais à la Commission de sécurité, tu comprendrais de quoi on parle. [...] On a poussé pour avoir cette règle car si on va de plus en plus vite, de plus en plus large et la piste devient de moins en moins sûre.

Jack Miller à Fabio Quartararo

Jack Miller se montre plus compréhensif envers les commissaires de course car pour lui, il est nécessaire d'avoir un cadre clairement défini, ce que permettent les règlements actuels à ses yeux : "Je compare ça à un match de foot : personne n'aime l'arbitre, mais il est essentiel. Je pense que la direction de course est nécessaire", a résumé l'Australien, s'adressant directement à Quartararo et lui reprochant un manque de connaissance lié à une trop faible implication dans les débats.

"Cette règle d'une seconde dont tu parles, elle est là depuis trois ans. Taka a dû faire un long-lap, c'est la règle. Si ça avait été de l'herbe ou du gravier au milieu de la chicane, [tu serais passé sur l'herbe] et tu aurais perdu plus d'une seconde. Si à la place du vert à l'extérieur, c'était de l'herbe comme avant, on ne passe sur l'arête du vibreur tout du long, donc au final ça rapproche les murs."

Lire aussi :

"Si tu venais à la Commission de sécurité, tu comprendrais de quoi on parle. C'est la raison pour laquelle à la Commission de sécurité on a poussé pour avoir cette règle car si on va de plus en plus vite, de plus en plus large et la piste devient de moins en moins sûre. C'est pareil avec les chicanes avant, quand c'était du gravier, personne n'y passait, mais quand l'AstroTurf est arrivé, les gens ont commencé à y passer trois ou quatre fois par course, ils n'utilisaient pas ce côté du pneu, peut-être six fois sur chaque flanc du pneu, et à la fin de la course ils avaient un avantage. Alors le règlement c'est le règlement. Personne n'aime l'arbitre, il est certain qu'ils pourraient faire certaines choses mieux, comme nous tous, mais il faut que quelqu'un soit là et fasse le méchant, c'est aussi simple que ça."

Johann Zarco reconnaît de son côté qu'il est difficile de prendre une bonne décision entre le besoin d'avoir une règle claire et d'apporter un verdict rapidement, le tout sous les regards de millions de téléspectateurs prompts à réagir sur les réseaux sociaux : "Il y a plusieurs façons de voir les choses", a estimé le pilote du team Pramac. "C'est dur de prendre les décisions pour eux, parce qu'ils doivent les prendre très rapidement. Ils mettent ces règles sur les limites de la piste. On pourrait en discuter mais ils disent que si on touche le vert, on a une pénalité, alors que parfois ça ne donne pas un avantage. Ensuite, on est souvent en désaccord parce que c'est une règle et que c'est humain d'être en désaccord. Mais il y a quelque chose."

"Je pense qu'il y a de bons gars à la direction de course, d'autres moins, et c'est pour ça que c'est dur de tout accepter. Avec les réseaux sociaux, tout le monde peut tout voir dans l'instant et en discuter, une minute après la course ou même pendant la course, ce qui les met dans une situation encore plus critique."

Avec Léna Buffa

partages
commentaires

Voir aussi :

Quartararo disposera d'un "nouveau système" sur sa combinaison

Article précédent

Quartararo disposera d'un "nouveau système" sur sa combinaison

Article suivant

Pour Michelin, "la KTM rappelle la Honda d'il y a trois ou quatre ans"

Pour Michelin, "la KTM rappelle la Honda d'il y a trois ou quatre ans"
Charger les commentaires
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021