L'objectif de Miller en 2017 : "Être régulièrement dans le top 10"

Pour convaincre les structures officielles de son potentiel, l'Australien veut stabiliser ses résultats dans la première moitié de la hiérarchie. Ce sera son objectif pour sa troisième saison en MotoGP.

En marge des essais de Phillip Island, Jack Miller s'est entretenu avec Motorsport.com. L'occasion d'évoquer avec le jeune pilote Marc VDS sa préparation pour la saison à venir et ses ambitions pour cette troisième campagne en catégorie reine, au guidon d'une Honda qui a évolué et aux côtés d'un nouvel ingénieur.

Comment te sens-tu sur la nouvelle moto ? Est-ce que le châssis représente les progrès que tu espérais ?

Absolument. Je me sens bien avec. Je l'ai utilisé à Valence, à Jerez et maintenant en Malaisie et ici [Phillip Island]. À chaque endroit où j'ai été, je me suis senti plus à l'aise avec [ce châssis]. Je suis vraiment content de comment il fonctionne. Même chose pour le moteur. Je n'ai pas le tout nouveau moteur, j'ai l'étape intermédiaire pour le moment, mais il semble vraiment bien fonctionner. Le compromis entre le moteur et le châssis est vraiment agréable.

Comment se sont passés les débuts avec ton nouvel ingénieur, Ramón Aurin ?

C'est différent, c'est sûr. J'aime beaucoup, j'écoute son interprétation des choses et ses idées en termes de réglages de la moto. J'aime vraiment travailler avec Ramón, c'est un style de travail différent. Christian [Gabarrini] avait son propre style, qui est bon aussi. Et puis Ramón a énormément de connaissances et d'expérience. J'apprécie ce qu'il m'apprend. J'ai gardé ce que j'ai appris de Christian et j'apprends maintenant beaucoup de nouvelles choses avec Ramón.

Comment s'est passée ta préparation pour la saison 2017 ? Sans vouloir dire que tu ne l'avais pas fait sérieusement par le passé, as-tu un niveau de préparation différent cette année ?

Absolument. Je m'y suis vraiment attelé cette année. Cela ne veut pas dire que je ne l'ai pas fait l'année dernière, mais cette année je n'ai eu aucune blessure, mon attention s'est exclusivement portée sur l'entraînement tout l'hiver. La pré-saison et l'hiver ont été vraiment très bons en termes d'entraînement. Je me suis vraiment concentré sur mon régime et toutes ces choses-là, et j'ai essayé de me préparer au maximum avant qu'on aille en Malaisie.

En Malaisie, je me suis senti super bien sur la moto, et de même à Philip Island. J'ai bouclé le deuxième plus grand nombre de tours [le premier jour, ndlr] avec 80 tours en un jour, et je me sens vraiment bien sur la moto. Je me sens physiquement prêt pour la saison et prêt à essayer de tout donner sur ma moto satellite.

Où te vois-tu cette année dans la hiérarchie, compte tenu de l'arrivée de KTM et des progrès qu'accomplira peut-être Aprilia ? T'es-tu fixé des objectifs précis ?

Il m'est difficile de me fixer des objectifs à ce stade, parce qu'on ne sait pas où se situent les uns et les autres. Mais j'ai toujours dit que je voulais être régulièrement dans le top 10, je pense que c'est là qu'ont besoin d'être les motos satellites. Une moto satellite rapide devrait être dans le top 10 si l'on veut être repéré par les équipes factory sérieuses. C'est donc là que je dois être.

Et peux-tu être dans le top 10 cette saison dans des conditions sèches et normales ?

Oui, je le pense. On a de bonnes chances d'y arriver.

T-Shirt Marc VDS
T-Shirt Marc VDS, en vente sur Motorstore.com
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Jack Miller
Équipes Marc VDS Racing Team
Type d'article Interview