Une longue recherche des bons réglages pour Loris Baz à Jerez

partages
commentaires
Une longue recherche des bons réglages pour Loris Baz à Jerez
Par : Léna Buffa
9 mai 2017 à 14:30

Difficile Grand Prix que celui de Jerez pour Loris Baz. Longtemps à la recherche des bons réglages pour sa Ducati GP15, le Français s'est finalement classé 13e.

Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing

L.B., Jerez – Ce premier round européen de la saison a d'abord mis les pilotes et les équipes aux prises avec la pluie, la première journée se partageant entre une séance mouillée et une autre disputée dans des conditions mixtes et encore piégeuses malgré l'arrêt de l'averse.

Ce scénario poussait Loris Baz et son team technique à un travail d'évaluation des plus précieux. "La moto est vraiment différente de l'an dernier, les réglages qui s'utilisent sur le mouillé ne sont donc pas vraiment les mêmes et on a travaillé sur ce point. On a récolté pas mal d'infos, c'est positif", expliquait le pilote Avintia à Motorsport.com.

Reparti à l'assaut du circuit en EL2 avec l'intention d'enchaîner les tours en attendant que les conditions évoluent favorablement grâce au soleil et au vent, Loris Baz a vu sa séance gâchée par une petite chute due à son passage sur une trace d'humidité. "Ça m'a fait perdre un peu confiance mais rien de très grave", promettait-il.

Après cette première journée finalement peu représentative, les esprits se sont vite tournés vers la suite du programme, sachant que les prévisions annonçaient, à juste titre, le retour d'un franc soleil et une hausse décisive du thermomètre. Pour le pilote français, cela s'est traduit par un gain de 2"2 dès les EL3 en comparaison de ce qui avait été son meilleur chrono la veille, puis il a poursuivi en réduisant son retard à une seconde lors des EL4.

Pour autant, les qualifications se sont révélées difficiles pour Loris Baz, qui s'y est classé à la 20e position, devançant d'une poignée de centièmes son coéquipier Héctor Barberá. "La journée a été compliquée", expliquait-il. "Nous avons quelques difficultés pour trouver des solutions. Nous sommes revenus à une configuration qui ressemblait davantage à celle que nous utilisions lors des essais en novembre dernier à Jerez. Nous avions apporté de nombreux ajustements, notamment au sujet de la géométrie. Nous avons légèrement progressé, mais nous rencontrons encore des problèmes dans les courbes ; notre trajectoire est toujours différente de celle des autres pilotes. Le classement est tellement serré sur ce tracé que le moindre défaut se paie très cher."

La solution arrive... au lendemain de la course

Sur ce constat, Loris Baz espérait encore trouver des solutions pendant le warm-up, ce qui n'a pas été possible. Il a malgré tout réussi son envol à l'extinction des feux, dimanche à 14h, et a profité d'être sur cet élan pour se frayer un chemin dans le peloton dans les premiers tours.

Abraham, Smith et Rabat ont subi la loi de la Ducati numéro 76 dès la première boucle. Trois tours plus tard, Baz prenait l'avantage sur Redding, puis se voyait propulsé à la 12e place dans le tour suivant après les chutes de Miller, Bautista, Crutchlow et Pol Espargaró. Passé au 11e rang lorsqu'Iannone a lui aussi mordu la poussière, Baz était pour alors entré dans une phase plus compliquée.

"Ce furent 12 tours assez surprenants durant lesquels on a été beaucoup mieux que ce à quoi on s'attendait", expliquait-il à Motorsport.com aussitôt après l'arrivée. "On s'attendait vraiment à en baver, car durant tout le week-end, on n'avait rien trouvé qui permette de mieux faire tourner la moto. Pendant les 12 premiers tours, j'étais vraiment bien. J'attaquais vraiment fort mais c'était bien."

"D'un coup, quand ils ont tous commencé à tomber, il y a eu un gros drop du pneu avant, à droite. Je me suis mis à perdre l'avant, je l'ai sauvé pas mal de fois sur l'angle. Ensuite, j'ai un peu subi jusqu'à la fin", poursuivait Loris Baz, qui s'est alors trouvé plus vulnérable face au retour en force de Scott Redding. "J'ai essayé de sauver mes pneus et d'être bien à la fin pour rester 11e, mais Scott était plus rapide dans les quatre ou cinq derniers tours. Héctor et moi étions à peu près pareil. Il m'a passé une fois, je l'ai redoublé dans le dernier virage, c'était un peu chaud, et puis il m'a repassé avec ses 50 kg."

Au-delà de ces deux rangs perdus dans les derniers tours et de sa 13e place finale, Loris Baz retenait surtout, dimanche soir, son retard de 43 secondes sur le vainqueur. "Ça a été compliqué pour beaucoup de monde ce week-end – Rossi termine à 38 secondes… Nous, on n'a jamais réussi à trouver un réglage pour bien faire tourner la moto, il fallait toujours sur-piloter et forcer sur l'avant."

La journée d'essais post-course réalisée lundi a finalement permis de mettre le doigt sur les problèmes qui ont accompagné la GP15 numéro 76 tout le week-end. "On a vraiment fait du bon travail, quand les températures de la piste étaient au plus haut et en utilisant les mêmes pneus qu'en course. On a trouvé une solution aux problèmes que l'on a connus tout le week-end", explique le pilote. "C'était une journée de test très positive et je quitte Jerez beaucoup plus heureux que lorsque j'ai fini la course."

Article suivant
Viñales satisfait du nouveau châssis de Yamaha à Jerez

Article précédent

Viñales satisfait du nouveau châssis de Yamaha à Jerez

Article suivant

GP d'Espagne : les performances des équipes à la loupe

GP d'Espagne : les performances des équipes à la loupe
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Espagne
Catégorie Course
Lieu Circuito de Jerez
Pilotes Loris Baz
Équipes Avintia Racing
Auteur Léna Buffa
Type d'article Réactions