Lorenzo : "Quatre yeux valent mieux que deux"

Jorge Lorenzo compte poursuivre sa progression chez Ducati grâce au concours d'Alex Debón, qui devrait lui permettre de prendre plus de recul, notamment en termes de préparation mentale.

Lorenzo : "Quatre yeux valent mieux que deux"
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team, Andrea Dovizioso, Ducati Team
Jorge Lorenzo et Andrea Dovizioso, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Charger le lecteur audio

Recruté par Ducati pour être l'homme censé permettre de renouer avec un titre qui se refuse au constructeur italien depuis 2007 et le premier sacre de Casey Stoner, Jorge Lorenzo a rapidement déchanté en 2017, multipliant les déconvenues, notamment en première partie de saison.

Devancé par son fringuant coéquipier Andrea Dovizioso, auteur de six victoires et en lice pour le titre jusqu'à la dernière manche à Valence, le Majorquin a quant à lui dû se résigner à suivre une adaptation bien plus longue que prévue à sa Desmosedici, et n'a obtenu comme meilleur résultat qu'une deuxième place en Malaisie.

Néanmoins, les progrès du numéro 99 ont été tangibles tout au long de la saison, à telle enseigne que c'est avec le statut de prétendant au titre, à l'instar de son voisin de garage, que celui-ci va se présenter lors de la manche inaugurale au Qatar.

Les avancées de Lorenzo sur la saison 2017 ont en partie été rendues possibles par les conseils du pilote essayeur de Ducati, Michele Pirro, qui au-delà de ses trois wild-card a apporté un soutien de tous les instants pour favoriser la bonne intégration de l'Espagnol au sein de l'équipe.

Le rôle de Debón complémentaire de celui de Pirro

Aussi, l'aide de Pirro, conjuguée à celle d'Alex Debón, récemment arrivé au sein de l'équipe de Lorenzo, devrait permettre à ce dernier de franchir ce dernier cap qui le sépare encore de la lutte pour la victoire.

Si l'aide de Pirro réside essentiellement au niveau du pilotage, celle de Debón devrait davantage consister à de la préparation mentale sur les courses, même si Lorenzo réfute le terme de "coach" pour qualifier cette nouvelle relation. "Je n'aime pas utiliser ce terme de 'coach'", confie l'Ibère, septième du championnat en 2017. "En fait, j'ai été le premier à recourir à cela avec Wilco [Zeelenberg, chef d'équipe de Lorenzo chez Yamaha] en 2010. Mais je pense toujours que quatre yeux valent mieux que deux. Alex peut me donner quelque chose en plus, tout comme Michele."

Lorenzo et Debón se connaissent bien pour avoir déjà travaillé ensemble. C'était en 2006 et 2007, année des deux titres du Majorquin avec Aprilia en 250cc, juste avant son arrivée dans la catégorie reine. Debón officiait alors comme pilote essayeur pour la marque de Noale, et les deux hommes avaient pour patron un certain… Gigi Dall'Igna !

Un triptyque qui va donc se reformer une douzaine d'années plus tard et devrait ainsi favoriser la communication au sein de l'équipe, de sorte d'obtenir des effets de synergie. "Dans la vie, c'est important d'être entouré par des personnes auxquelles vous faites confiance, et qui vous font rire", assure Lorenzo. "Alex est une personne très positive, et je suis sûr que nous allons nous amuser ensemble, en dehors de la partie résultats. Il a travaillé avec Gigi par le passé, et je pense que cela peut aider à améliorer la communication. Mais son arrivée ne signifie pas que je ne prends pas Michele en considération, car c'est un pilote qui a plus ou moins le même niveau que nous [Lorenzo et Dovizioso], sur la même moto."

Une collaboration qui n'a pas attendu les premiers essais officiels de 2018 pour se concrétiser, puisque Debón a déjà été aperçu en bord de piste lors des essais de Valence et de Jerez en novembre dernier.

Mais les prochains essais collectifs, prévus à Sepang du 28 au 30 janvier prochains, devraient rendre un premier verdict du bien-fondé de cette nouvelle association.

partages
commentaires
Dovizioso : "Une année importante" pour le mercato
Article précédent

Dovizioso : "Une année importante" pour le mercato

Article suivant

Folger tire un trait sur la saison 2018

Folger tire un trait sur la saison 2018
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021