Lorenzo 14e à 47 secondes : "Je m'attendais à un peu plus"

Toujours convalescent et peu à l'aise avec la Honda, le pilote espagnol évoluait dimanche à l'autre bout du classement par rapport à son coéquipier. Il ne pense cependant pas pouvoir connaître de progression notable avant la tournée asiatique.

Lorenzo 14e à 47 secondes : "Je m'attendais à un peu plus"

Parmi les trois Champions du monde MotoGP qui figurent cette année sur la grille, Marc Márquez sort indéniablement du lot en étant le seul à jouer la gagne et à figurer de manière constante aux avant-postes, épatant de rapidité et de force à chaque course. Mais la situation est diamétralement opposée pour son voisin de garage, dont le palmarès et le talent devraient promettre de bien meilleurs classements que ceux qu'il affiche à l'heure actuelle. Au sens propre comme au sens figuré, la performance de Jorge Lorenzo est décidément douloureuse.

Lire aussi :

Celui qui affiche le meilleur palmarès de la catégorie à Misano, avec quatre pole positions et trois victoires, n'était ce week-end plus que l'ombre de lui-même, relégué à la 18e place sur la grille de départ, puis 14e en course. Dépassé par Tito Rabat dans le sixième tour, le #99 n'est remonté dans la hiérarchie qu'à la faveur des six chutes qui ont émaillé cette course, pour terminer à 47 secondes du vainqueur, son coéquipier. Si sa position était donc identique à celle qu'il occupait à l'arrivée à Silverstone, où il a fait son retour de blessure, son retard était un peu moindre et pourtant, il l'a déçu.

"À Silverstone, je m'attendais à moins en course et on avait été surpris par le rythme que j'avais affiché en essais. Mais cette fois c'était le contraire, je m'attendais à un peu plus. Je m'attendais à avoir un rythme plus proche de celui du vainqueur, [un retard de] 1"3-1"5 [au tour], mais il a été en moyenne de 1"7. C'était moins bien que ce à quoi je m'attendais", admet Lorenzo auprès du site officiel du MotoGP, précisant qu'il visait un retard de "peut-être 30 secondes au mieux et 40 au pire".

Le résultat brut ne répond donc pas à son objectif, néanmoins le Majorquin voulait retenir du positif de cette épreuve. "On est encore un peu loin des meilleures performances qu'on a réalisées cette saison, qui sont probablement Le Mans ou la course de Montmeló jusqu'à la chute, mais on est plus proches qu'à Silverstone", souligne-t-il. "C'était mieux qu'à Silverstone, j'étais plus proche. Dans certaines séances, j'étais entre une seconde et 1"3 du plus rapide. Mais en course, avec cette chaleur et probablement les changements qu'on a faits au warm-up qui n'étaient pas très bons, on a perdu du grip à l'arrière, de la stabilité, et le manque d'adhérence après la course Moto2 ne m'a pas beaucoup aidé à être compétitif. Dès le premier tour, j'ai eu du mal à stopper la moto et ça a été très difficile."

Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team

Si la quasi-totalité du plateau a choisi d'utiliser deux pneus medium pour la course, Jorge Lorenzo a été le seul à opter pour une monte soft-soft, un choix risqué et qui n'a pas vraiment porté ses fruits. Le pilote majorquin estime toutefois que ce sont surtout les conditions de piste, et notamment la dégradation assez habituelle de l'adhérence à la suite de la course Moto2, qui expliquent qu'il ait été en difficulté.

"Malheureusement, avec ce manque de grip après la course Moto2 et cette chaleur, j'ai eu beaucoup de mal à stopper la moto. Je ne sais pas si j'ai fait le bon choix de pneus, mais j'ai choisi ceux-là parce que j'avais de meilleures sensations", explique-t-il. "En course, cependant, il y avait beaucoup d'inertie, la moto ne s'arrêtait pas et je devais donc freiner beaucoup plus tôt que pendant les essais. Je n'ai donc pas pu afficher le rythme que je voulais. Je voulais rouler dans la fenêtre haute des 1'34, mais je n'ai jamais atteint cela. Ça ne faisait qu'empirer et les bonnes motos devant moi se sont échappées. Ça a donc fait [un retard de] 47 secondes, plus que ce à quoi je m'attendais, mais moins qu'à Silverstone."

Lire aussi :

Plus de force pour la tournée asiatique

Touché aux vertèbres dans une lourde blessure à Assen, au mois de juin, Jorge Lorenzo compte maintenant sur la suite de sa progression physique pour peu à peu se rapprocher, bien qu'il reste encore globalement en difficulté avec une Honda qu'il n'a pas apprivoisée. "Physiquement je me sens mieux qu'à Silverstone, mais on est encore loin des positions qu'on veut obtenir, au moins sur ces sept dernières courses. [...] J'espère qu'en Aragón on pourra être plus proches des 30 secondes, qui constituent mon objectif, avant de pouvoir pousser plus sur ma condition physique", annonce-t-il, ayant d'ores et déjà en tête le mois d'octobre pour essayer de franchir un cap : "Je veux surtout arriver plus fort pour la tournée asiatique".

"Je pense que je ne vais pas connaître une énorme amélioration tout à coup en une course. Je pense que ce sera une amélioration progressive. J'espère être plus fort en Aragón, mais c'est surtout cette pause de trois semaines entre Aragón et la Thaïlande qui me donnera la possibilité de récupérer et aussi de plus m'entraîner en salle et de gagner en puissance dans les muscles. Pour le moment, j'ai pu augmenter les poids en salle mais pas tant que ça."

partages
commentaires
Mission accomplie pour Viñales avec un nouveau podium à Misano

Article précédent

Mission accomplie pour Viñales avec un nouveau podium à Misano

Article suivant

Morbidelli : "Quartararo a peu de choses à apprendre désormais"

Morbidelli : "Quartararo a peu de choses à apprendre désormais"
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021