Une chute "stupide" explique la blessure de Lorenzo

Jorge Lorenzo s'est blessé à l'entraînement quelques jours seulement avant ce qui aurait dû être son premier test avec les couleurs de Repsol Honda.

Une chute "stupide" explique la blessure de Lorenzo
Charger le lecteur audio

Pour sa première apparition publique dans sa combinaison Repsol, Jorge Lorenzo n'était pas au meilleur de sa forme, et pour cause : il a été opéré lundi d'une fracture du scaphoïde au niveau du poignet gauche, la conséquence d'une chute à l'entraînement survenue samedi en Italie.

En marge de la présentation officielle de sa nouvelle équipe, le Majorquin en a donc dit plus sur les circonstances de cette blessure, décrivant une chute "stupide".

"C'était ma première journée sur la moto, je faisais du dirt track sur une piste en Italie", explique-t-il. "Ça s'est passé très vite. J'ai fait une erreur, qui est de ne pas avoir correctement contrôlé la piste, or dans certaines portions il y avait de la boue. C'était difficile à voir."

Lire aussi :

"Quand je suis arrivé à cet endroit, l'avant s'est dérobé et j'ai fait une chute très stupide. Malheureusement, mon poignet n'était pas complètement guéri de la chute de la Thaïlande", souligne le pilote. "Je n'avais donc pas une mobilité parfaite et cela a eu pour effet de mettre plus de pression sur le scaphoïde, qui a cassé."

Après un premier diagnostic établi aux urgences le jour-même, décision a été prise de transférer Jorge Lorenzo à Barcelone, où il a été opéré lundi. C'est, comme il l'explique, "la complexité de cet os par rapport aux autres" qui a poussé à ce choix, afin d'accélérer sa récupération.

"Le scaphoïde est l'un des os les plus compliqués qu'on peut se casser, or en 2019 on a pour les opérations une technique médicale qui est incroyable, très avancée. Maintenant ils insèrent une petite vis dans l'os et on récupère beaucoup plus vite. Le problème sans cette opération, c'est que parfois il faut sept ou huit mois pour récupérer. Dans ce cas particulier, je devais donc le faire."

"Je vais bien. J'ai un peu mal au poignet, mais c'est normal deux jours après l'opération", assure le pilote à présent, confirmant que les chances de le voir en piste dans deux semaines à Sepang sont quasi nulles. "Je ne pense pas que je pourrai être à Sepang, parce que 15 jours c'est vraiment trop court et j'aurai probablement vraiment très mal, mais pour pouvoir être là à partir du Qatar il fallait que je me fasse opérer."

Lire aussi :

"Dans quatre jours, je commencerai déjà à bouger le poignet et je m'attends à aller plutôt bien dans un mois ou un mois et demi. Pour Sepang, on a décidé quasiment à 100% de ne pas assister au test. Concernant le test du Qatar, par contre, j'aimerais y être pour tester des nouveautés sur la moto et être déjà en mode course, afin de ne pas arriver au Grand Prix du Qatar comme ça, à devoir tout donner tout de suite."

L'objectif est dont de reprendre la piste dans un mois, pour le dernier test de pré-saison au programme à Losail du 23 au 25 février. "Au test du Qatar, je ne serai certainement pas à 100% mais [je devrais aller] assez bien. Et pour la course du Qatar, je ne sais pas si je serai à 100% mais j'espère que oui."

Bradl appelé en renfort à Sepang

Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team

Après une blessure au pied en septembre dernier, lors du Grand Prix d'Aragón, puis une fracture du radius deux semaines plus tard en Thaïlande, et une fin de saison par conséquent gâchée par les soucis physiques, Lorenzo doit donc faire face à un autre coup du sort mais assure ne se pas se laisser abattre.

"Je ne m'attendais pas à me blesser, mais parfois on rencontre des situations qu'on ne peut pas changer et on ne peut pas revenir en arrière, alors il faut juste les affronter de la meilleure façon, s'en tenir à ce que vous disent les professionnels et juste essayer d'être positif", résume-t-il, philosophe.

Lire aussi :

Du côté de l'équipe Repsol Honda, on réagit également pour sortir au mieux de cette situation délicate qui voit les deux pilotes du team en phase de récupération à deux semaines de la reprise des essais… Et le choix a été vite fait : Stefan Bradl, désormais pilote d'essais, est appelé en renfort pour le test de Sepang.

"Quand il se passe quelque chose, on réagit. Nous avons demandé à Stefan de se joindre à nous à Sepang", annonce Alberto Puig, team manager. "Ça ne sera pas la meilleure des situations, mais il vaut beaucoup mieux connaître ça maintenant qu'au milieu de la saison. Nous allons donc faire avec pour le moment et notre priorité est que les pilotes soient en forme le 10 mars, quand le championnat commencera."

De l'autre côté du stand, Marc Márquez sera bien au rendez-vous de ce test, néanmoins son opération de l'épaule subie début décembre pourrait encore se faire sentir. "Nous ferons les essais de Sepang selon les circonstances, nous suivrons le corps et les conditions des pilotes. Pour la moto, bien sûr nous avons un processus et elle est en train d'être développée, alors Honda continuera à faire ce qu'il y a à faire. Mais nous utiliserons assurément Stefan à Sepang", conclut Puig.

partages
commentaires
Márquez : "L’un des hivers les plus ennuyeux de ma vie"
Article précédent

Márquez : "L’un des hivers les plus ennuyeux de ma vie"

Article suivant

Lorenzo, Márquez et leur rivalité "naturelle"

Lorenzo, Márquez et leur rivalité "naturelle"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021