Lorenzo : Des tops 5 ou des podiums sans la blessure

Jorge Lorenzo a expliqué ce jeudi à Misano que ses nombreuses blessures depuis la fin de la saison dernière l'ont empêché de prendre en main à 100% sa Honda RC213V.

Lorenzo : Des tops 5 ou des podiums sans la blessure

Jorge Lorenzo s'apprête à disputer ce week-end son deuxième Grand Prix depuis son retour après sa violente chute d'Assen. Le pilote espagnol a conclu un week-end galère au 14e rang à Silverstone, avant de ne participer qu'à une demi-journée du test de Misano. Comme il l'avait expliqué dans la foulée de ce test, c'était une décision collégiale avec l'écurie qui l'a vu mettre un terme prématuré à son roulage. Ce jeudi, avant de revenir sur la moto demain, Lorenzo se sent plus en forme, mais loin d'être au maximum.

Lire aussi :

"Je me sens mieux. Je suis resté à la maison, et sur les trois jours suivants j'ai senti une grande amélioration, puis ça allait mieux petit à petit. Je me sens mieux qu'il y a trois semaines, mais jusqu'à ce que je monte sur la moto, je ne sais pas comment je me sentirai dessus. Je suis bien, je suis mieux, mais je ne suis pas à 100%. Il faut plus de temps pour se remettre de cette blessure."

Premier point positif, même si sa blessure n'est pas totalement guérie, le Majorquin estime qu'il ne court plus de risque s'il venait à chuter de nouveau. C'était l'une des raisons de son manque de rythme en Grande-Bretagne, où il ne souhaitait à aucun moment perdre le contrôle et risquer une blessure plus grande encore.

"Du point de vue de la blessure, c'est solide, je n'ai plus de risque de faire plus de dégâts. Je ne me sens pas à 100%, je me sens mieux qu'il y a trois semaines, mais pas comme les autres pilotes. Avant de monter sur la moto demain, je ne saurai pas à quel point je pourrais être compétitif."

Lorenzo a toutefois tenu à expliquer pourquoi selon lui son retour n'était pas prématuré : "C'est la mentalité des pilotes, nous avons tous eu ça dans l'Histoire des pilotes de moto. J'ai même fait des choses plus folles par le passé ! J'ai loupé deux mois de compétition, donc il fallait que je revienne tôt ou tard. Pour moi c'était trop tôt à Brno, trop tôt en Autriche, mais à Silverstone ça allait. J'étais très lent, très loin des meilleurs, mais j'ai senti que c'était le bon moment pour revenir, pour reprendre un peu de rythme. Trois mois sans être sur la moto, voire plus, ça aurait été trop."

Lire aussi :

Le numéro 99 a également répondu aux déclarations de son patron, Alberto Puig. Selon ce dernier, la méforme de Lorenzo sur la Honda RC213V n'a rien de technique, et vient principalement de son pilote, qui a donc tenu à mettre les choses au clair, avant de rappeler que les comparaisons avec sa première année chez Ducati étaient caduques, en raison des circonstances différentes.

"C'est le boss, et c'est quelqu'un pour qui j'ai beaucoup de respect car il connaît beaucoup de choses sur les motos et sur son travail. Mais personne ne peut dire que je n'ai rien tenté sur cette moto, j'ai eu de grosses chutes car je tentais d'obtenir de bons résultats. C'était probablement le souci, j'ai sûrement trop attaqué avant de bien connaître la moto, et c'est pour ça que j'ai chuté et que je me suis blessé. Cela a fait que tout est devenu plus difficile, tout part des blessures je pense. Sans ça, je pourrais finir parfois sur le podium, ou dans le top 5."

"C'est incomparable. La première année chez Ducati, je ne me suis pas blessé. J'ai aussi eu du mal la première année, mais j'ai plus de mal cette fois-ci. Déjà avant le début de la saison, j'avais deux grosses blessures en Aragón et en Thaïlande. Lors de la pré-saison, je me suis ensuite cassé le scaphoïde, puis des côtes au Qatar, et la grosse chute à Assen. Je n'ai jamais été à 100% de forme pour piloter la Honda, donc je n'ai jamais pu pousser au maximum. En MotoGP c'est difficile, surtout quand vous n'êtes pas très à l'aise sur la moto, et ce sont les sensations que j'ai avec la Honda pour le moment. Je ne me suis jamais senti très à l'aise, surtout avec l'avant de la moto. Toutes ces circonstances, surtout les blessures, font que les résultats sont si mauvais."

partages
commentaires
Dovizioso : "Je me sens bien, je suis prêt"
Article précédent

Dovizioso : "Je me sens bien, je suis prêt"

Article suivant

Rossi : "On ne s'habitue jamais" à l'ambiance de Misano

Rossi : "On ne s'habitue jamais" à l'ambiance de Misano
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021