Lorenzo : La chute de Miller était un "avertissement de Dieu"

Jorge Lorenzo a estimé que Jack Miller avait reçu un "avertissement de Dieu" lors de sa chute en essais libres du GP de France, après que les deux hommes se soient écharpés vendredi soir en Commission de sécurité du MotoGP.

La réunion habituelle entre les pilotes au Mans a été marquée par une discussion sur la construction du pneu avant Michelin, un vote entérinant un retour à la spécification de la fin d'année 2016.

Sur les 23 pilotes du MotoGP, 20 ont voté en faveur du changement, tandis que le pilote Ducati Jorge Lorenzo et son remplaçant chez Yamaha, Maverick Viñales, figuraient parmi la minorité. Jack Miller aurait rabroué Lorenzo durant la réunion, faisant référence à une citation du film L'inspecteur Harry : "Les avis, c'est comme les trous du cul, tout le monde en a un." 

Lorenzo n'a pas été impressionné par ce qu'il a ressenti comme un manque de respect de la part de Miller, qui a lourdement chuté samedi lors de la quatrième séance d'essais libres du Grand Prix de France.

Interrogé sur la chute de Miller, qui a envoyé la Honda du pilote Marc VDS dans le mur de pneus du virage 2, Lorenzo a déclaré : "Mon avis ? C'est une opinion négative à son sujet. Hier [vendredi], lors de la Commission de sécurité, il a donné une réponse vraiment grossière." 

"Il m'a dit de me mettre mon avis au cul (sic), ou quelque chose comme ça. Quelque chose de très impoli. Je pense que l'on ne devrait pas dire ça à un pilote devant les autres, et certainement pas à un quintuple Champion du monde. Je pense qu'aujourd'hui [samedi], Dieu l'a rattrapé et lui a dit : 'Aujourd'hui, ce n'est pas le jour où tu vas te blesser'."

"C'était une chute similaire à celle de [Marc] Marquez au Mugello en 2013. Ça lui [Miller] a lancé un avertissement comme quoi le MotoGP n'était pas une blague. Maintenant, c'est à lui de prendre en compte ou non ce conseil. À mon avis, [Miller] est un des pilotes qui ne prêtent pas suffisamment attention au risque que ça implique. Il joue avec ça, et il n'est pas aussi conscient [qu'il devrait l'être] des risques qu'il y a à piloter ces motos. Mais c'est à lui de savoir quoi faire."

Meilleur temps des séances de vendredi sur piste humide, Miller a chuté au virage 14 en qualifications et s'élancera depuis la 11e place sur la grille de départ.

"J'étais content de revenir sur la moto pour les qualifications, sans me sentir à 100% après la chute en EL4", explique-t-il. "C'était une vilaine chute, et j'ai de la chance de marcher et de n'avoir que quelques bleus. J'ai eu un blocage de roue à l'avant dans le virage 1, ce qui m'a envoyé vers le mur, et quand j'ai vu que je n'allais pas m'arrêter à temps, j'ai lâché avant de toucher le mur."

"En Q2, je suis allé plus vite dans mon premier run, mais ma main n'allait pas parfaitement bien après la chute, et j'avais du mal à stopper la moto au freinage dans le dernier virage, et j'ai touché le vibreur. C'est dommage, mais je serai prêt pour la course après avoir mis un peu de glace sur ma main et mon genou pour calmer l'inflammation."

Avec Oriol Puigdemont

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP de France
Circuit Le Mans Circuit Bugatti
Pilotes Jorge Lorenzo , Jack Miller
Équipes Ducati Team , Marc VDS Racing Team
Type d'article Actualités
Tags chute