Lorenzo s'est senti libéré en bouclant sa dernière course

C'est dans la joie que le pilote espagnol a voulu mettre un terme à sa carrière MotoGP, et il est désormais bien décidé à profiter de la vie après avoir disputé à Valence sa dernière course.

C'est fait, Jorge Lorenzo a bouclé ce dimanche son 297e et dernier Grand Prix. Trois jours après avoir annoncé sa retraite sportive, le quintuple Champion du monde est apparu plus détendu que jamais, visiblement libéré de toute pression, à la seule exception de celle qu'il s'est imposée lui-même avant le départ.

"Hier, j'ai imaginé comment je pourrais me sentir sur la grille, pendant la procédure avant le départ", raconte-t-il. "J'avais imaginé que je me sentirais relax et sans trop de pression. Mais je me suis senti un peu à l'opposé, j'étais nerveux, j'ai eu de la pression : je voulais vraiment ne pas avoir de souci au départ ou dans les premiers tours, car j'ai vu dans les autres catégories que la piste était glissante, difficile, et les risques de chuter et de faire des erreurs étaient élevés. Je ne voulais pas tomber en course."

Lire aussi :

"J'ai dit à Marc, mon assistant, que je voulais pouvoir faire le plus d'interviews possibles [avant le départ] car je voulais faire comprendre aux gens comment je me sentais pour cette dernière course. J'étais donc assez occupé car d'habitude je ne veux pas faire d'interviews, je veux rester concentré. Pendant les interviews j'étais nerveux car je ne voulais pas chuter, je ne voulais pas faire d'erreur, et je voulais finir la course sur la moto et pas à côté. Quand les lumières se sont éteintes, je me suis concentré pour donner mon maximum."

Parti de la 16e position sur la grille, Jorge Lorenzo a rétrogradé de plusieurs rangs au départ, avant d'être également dépassé par Tito Rabat au bout de dix tours. L'essentiel était pourtant acquis pour lui, puisqu'il avait évité les risques des premières boucles, et il allait ensuite remonter au classement à la faveur des abandons, jusqu’à marquer les points de la 13e positon. "Quand je suis arrivé au tour 3 ou 4, j'ai été un peu plus tranquille et j'ai su que je pouvais finir la course. Mais même avec ça, le pneu avant était un peu à la limite, avec ce medium, et j'ai dû rester concentré car si j'avais trop ralenti l'avant aurait pu refroidir et j'aurais pu facilement chuter."

"Quand j'ai vu que je ne pouvais pas suivre Rabat et le groupe devant, et que ma position serait celle-là, j'ai décidé d'appuyer sur le mode survie, et de simplement finir la course avec ma limite", poursuit le #99. "[Je voulais] terminer cette course sur la moto et profiter de cette journée inoubliable avec mes fans, mon Fan-Club, et tous les fans qui sont venus aujourd'hui et qui ont rempli les tribunes du circuit. Et aussi avec l'équipe, car nous avons enfin réalisé notre but, en obtenant la triple couronne, et l'on peut dire que Honda a tout gagné en 2019."

"J'ai fait de mon mieux, je n'ai pas de regrets"

C'était en effet l'objectif pour cette dernière course, déposséder Ducati de la tête du classement par équipes afin de compléter le bilan parfait du HRC cette saison. "Bien sûr, c'est grâce à la saison parfaite de Marc [Márquez], pas vraiment grâce à mon aide, mais j'ai fait de mon mieux, je n'ai pas de regrets. Les circonstances que j'ai connues cette année ont été ce qu'elles ont été, donc je ressens de la joie. Après 17 ans en Championnat du monde, le pilotage, la victoire vont me manquer, mais aussi toute cette famille avec laquelle on voyage à travers le monde à la recherche de la joie et de la gloire", décrit à présent le nouveau retraité.

Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team

Et celui qui se disait déjà libre après avoir annoncé jeudi sa décision, est apparu détendu et souriant à son retour au stand, accueilli par toute son équipe et ses amis, qu'il n'a pas manqué de remercier. "Je suis vraiment content, je ressens beaucoup de joie, je me sens libre. Quand j'ai franchi la ligne, j'ai ressenti de la liberté", témoigne-t-il, se disant plus libre "qu'après avoir gagné une course ou un titre".

"Cela a été le week-end le plus heureux de l'année", poursuit Lorenzo. "Je quitte ce sport en forme physiquement, encore jeune et en ayant la possibilité d'énormément profiter de la vie. Nous n'avons qu'une vie, et si on a la chance d'en profiter, alors que l'on a tellement de compromis [à faire], d'obligations... Je vais saisir toutes les opportunités dès cet après-midi et ce soir !" prévient-il. Premier projet ? "Je vais à Bali, sans billet retour !"

Avec Michaël Duforest

partages
commentaires
Zarco : "Les portes semblent fermées, mais rien n'est sûr à 100%"

Article précédent

Zarco : "Les portes semblent fermées, mais rien n'est sûr à 100%"

Article suivant

Petrucci et Miller démentent les rumeurs sur leur échange de poste

Petrucci et Miller démentent les rumeurs sur leur échange de poste
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021