Lorenzo, 13e : "Des petits brins de malchance" qui font la différence

Tandis que son équipier Marc Márquez donnait tout jusque dans les ultimes mètres du Grand Prix au Qatar pour tenter de dérober la victoire à Andrea Dovizioso, Jorge Lorenzo sauvait les trois petits points gratifiant la treizième position à l'arrivée.

Lorenzo, 13e : "Des petits brins de malchance" qui font la différence
Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing, Marc Marquez, Repsol Honda Team, Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
La moto endommagée de Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team
Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team

Les trois petites unités marquées par Jorge Lorenzo au Qatar ont tout de même leur importance, puisqu'elles permettent à l'équipe d'usine Honda de sauver la face en évitant de voir son team satellite LCR inscrire plus de points, après que Cal Crutchlow se soit hissé sur la troisième marche du podium et que Takaaki Nakagami ait été récompensé par une solide neuvième position.

Dernier représentant Honda du jour, donc, c'est un Lorenzo diminué que l'on retrouvait au parc fermé. Celui qui avait prévenu avant le GP qu'il s'agissait là pour lui d'une "course de survie", en raison de ses nombreuses douleurs et du manque de connaissance de sa moto 2019, n'était cependant pas abattu, sachant bien ce qui l'a amené à conclure la manche inaugurale de la saison sur une note si passable.

Lire aussi :

Dans un inconfort finalement quasi-permanent, c'est d'ailleurs sur son aisance que Lorenzo a essayé de travailler durant l'essentiel du week-end. Arrivé avec des requêtes très spécifiques après son aventure Ducati, le Majorquin utilisait par exemple ce week-end une selle en gomme.

"Ce n'est pas du cuir. C'est comme de la crème… C'est le matériau que j'aime. Le brun, le bon. De ce côté-là, nous sommes bien", sourit-il. "Il nous faut juste modifier d'autres choses au niveau de l'ergonomie de la moto. Nous nous en approchons mais devons encore progresser un petit peu. Il faudra une ou deux courses de plus pour être en mesure de tout corriger. Nous allons dans la bonne direction. C'est juste que la grosse chute [de samedi] a un peu détruit le bon week-end auquel nous nous attendions en EL1, lorsque nous avions très bien commencé."

La chute de samedi "a tout changé"

Un enchaînement d'éléments conjugués a placé Lorenzo en queue de peloton pendant le début du Grand Prix, le contraignant à une course relativement anonyme pour chasser les derniers points mis en jeu.

"Après la chute, nous n'avons plus jamais été aussi rapides que lors de la première journée", estime le Majorquin. "Sans celle-ci, je serais passé directement en Q2, probablement en seconde ou troisième ligne : bien plus vers l'avant, et ça aurait tout changé."

Comme s'il avait besoin d'aléas mécaniques pour agrémenter tout ceci, Lorenzo a vu son dimanche de course encore plus impacté par une petite défaillance dans les instants cruciaux de la mise en route.

"Nous avons aussi eu des problèmes avec l'embrayage depuis hier [samedi] et particulièrement aujourd'hui lors du tour de chauffe et sur les trois ou quatre premiers, où il patinait. Il m'a fallu fermer les gaz dans des parties rapides de la piste pour éviter de brûler l'embrayage. Je suis passé de la 16e à la 20e place et il a été encore plus difficile de remonter. Ce sont des petits brins de malchance pendant tout le week-end qui volent notre réel potentiel, je pense ; mais particulièrement la chute, car la blessure a été bien plus rugueuse par la suite."

partages
commentaires
Le meilleur tour en course et beaucoup de frustration pour Quartararo
Article précédent

Le meilleur tour en course et beaucoup de frustration pour Quartararo

Article suivant

Un "point symbolique" pour Zarco au Qatar

Un "point symbolique" pour Zarco au Qatar
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021