Lorenzo : Pas de peur avec la Honda, mais un manque de confiance

Là où Márquez a suggéré qu'il avait peut-être ressenti de la peur, Lorenzo répond que c'est un manque de confiance dans sa machine qui l'a empêché de réussir avec Honda.

Lorenzo : Pas de peur avec la Honda, mais un manque de confiance

Jorge Lorenzo aime être précis dans ses mots, aussi n'a-t-il pas vraiment apprécié le commentaire fait à son sujet par Marc Márquez il y a quelques jours. Le Champion du monde en titre a en effet suggéré que celui avec qui il a fait équipe l'an dernier avait peut-être "eu peur" de la Honda RC213V, une moto qu'il a abandonnée au bout d'une seule saison, préférant rompre son contrat plutôt que disputer une seconde année aussi rude que la première.

"Je ne sais pas comment il peut dire que j'avais peur de la Honda. Je n'ai jamais utilisé ce mot", réagit le pilote majorquin dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport. "J'ai dit que quand j'ai forcé le rythme avec cette moto, je suis tombé et je n'avais donc pas confiance. Mais de là à dire que j'avais peur, il y a une sacrée différence."

"La Honda 2019 m'a causé des problèmes, seul Márquez a réussi à la dompter", reprend-il dans une interview à Sky Italia. "Avec mon style de pilotage, même si j'essayais, j'arrivais à un point où si je poussais je n'arrivais pas à comprendre où était la limite. Au final je risquais de tomber et je n'avais pas confiance, mais on ne peut pas parler de peur comme beaucoup l'ont dit."

Lire aussi :

Jorge Lorenzo a connu avec Honda le second échec de sa carrière en MotoGP, lui qui avait précédemment dû quitter Ducati sans parvenir à rapporter le titre à Borgo Panigale comme il en rêvait. Un divorce qu'il continue de juger prématuré, puisqu'il a remporté sa première victoire en rouge à sa 24e tentative, au GP d'Italie 2018, au moment même où la direction du constructeur venait de sceller son sort. Deux autres succès allaient suivre cette année-là, avant qu'une blessure ne compromette sa fin de saison, puis ses débuts avec Honda dans la foulée.

"Avec Ducati, on connait l'histoire. Ils avaient beaucoup investi sur moi, j'avais gagné trois titres et je valais cet effort économique", estime Lorenzo, qui juge que la course de Misano en 2017, où il est tombé sous la pluie alors qu'il avait occupé la tête durant six tours, aurait pu faire pencher la balance de l'autre côté si elle n'avait pas connu cet épilogue.

"Au bout d'un an et demi, on n'avait pas encore gagné de course. Si j'avais gagné à Misano, l'histoire aurait peut-être changé", regrette-t-il. "Ils ont fait un raisonnement économique, Petrucci leur aurait coûté moins cher et il était italien. C'est dommage, parce qu'il y a eu un manque de patience et peut-être que tout a été décidé trop vite. À ce moment-là, on a trouvé ce petit quelque chose qui nous a permis de gagner, mais c'était trop tard. En 2019 on aurait pu jouer le titre."

"Un robot" ultra concentré durant ses dernières saisons

Désormais retraité de la compétition, Jorge Lorenzo n'affiche pas de remords alors qu'il a couru 12 ans en MotoGP, remportant trois titres et se constituant l'un des palmarès les plus fournis. Douze ans au cours desquels il a aussi appris à évoluer, et c'est peut-être cette maturité qu'il a gagnée au gré de son expérience qui explique l'approche très méthodique qui a été la sienne avec les deux machines qu'il a eu à découvrir durant ses dernières saisons.

Lire aussi :

"Au cours des années, je suis devenu quasiment un robot en termes de concentration, alors qu'avant j'étais plus passionnel et je vivais les Grands Prix de façon plus émotive, à chaque instant. Avec le temps, je me suis transformé et je suis devenu un pilote plus cérébral", explique-t-il.

"J'ai toujours privilégié un pilotage propre, mais la différence entre être agressif et être sur la défensive, c'est comme au foot : Guardiola, qui joue de manière offensive, peut gagner la Ligue des Champions, tout comme Mourinho qui est défensif et prend à contre-pied. La même chose vaut en MotoGP."

partages
commentaires
Espargaró : "Au moins deux podiums" pour être content de 2020

Article précédent

Espargaró : "Au moins deux podiums" pour être content de 2020

Article suivant

Meregalli opposé à la suppression de la moto de rechange

Meregalli opposé à la suppression de la moto de rechange
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Jorge Lorenzo
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Léna Buffa
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021
Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati Prime

Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati

Pramac Racing entre cette année dans sa 20e saison en MotoGP, la 17e en partenariat avec Ducati. Frôlée à plusieurs reprises, sa première victoire avec le constructeur italien constitue toujours l'objectif de l'équipe, qui accueille en 2021 deux nouveaux pilotes. Le moment est-il venu ?

MotoGP
24 mars 2021
Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ? Prime

Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ?

Le vice-Champion du monde 2020 a clairement annoncé qu'il ne trahira pas ses valeurs pour atteindre ses objectifs sportifs, aussi élevés soient-ils, cette saison. Sorte de petit frère adoptif de Valentino Rossi, qui l'a pris sous son aile lorsque la vie l'a malmené, Franco Morbidelli veut placer l'amitié au-dessus de toute forme de concurrence entre eux.

MotoGP
21 mars 2021
Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté Prime

Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté

Nouveau leader moral de l'équipe officielle Yamaha de par son expérience et les succès obtenus jusqu'à présent, Maverick Viñales aborde une saison 2021 qui s'annonce peut-être comme la plus importante de sa carrière, avec une réelle chance de s'affirmer enfin.

MotoGP
6 mars 2021
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021