Lorenzo : "Il ne s'agit pas que de la dernière course avec Ducati"

L'Espagnol sait devoir se ménager, alors qu'il est en bonne passe pour participer à sa dernière manche avec Ducati.

Lorenzo : "Il ne s'agit pas que de la dernière course avec Ducati"
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team, Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Albert Arenas, Ángel Nieto Team, Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing, Carmelo Ezpeleta, Dorna, Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing, Dani Pedrosa, Repsol Honda Team, Vito Ippolito, FIM President, Marc Marquez, Repsol Honda Team, Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team, Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing

W.Z., Valence - Pour la première fois depuis près de deux mois, Jorge Lorenzo va pouvoir franchir le cap de la première journée d’un Grand Prix. La dernière fois, c’était en effet en Aragón, fin septembre, juste avant que le Majorquin ne subisse sa première blessure au départ le dimanche.

Après deux tentatives de retour à chaque fois manquées, le numéro 99 va tout de même avoir l’occasion de prendre part à ce qui constitue également sa toute dernière course avec Ducati.

Lire aussi :

Lorenzo n’est cependant pas totalement remis de ses blessures, et ressent encore une gêne lorsqu’il évolue sur sa GP18, en raison des forces importantes qui s’appliquent sur cette dernière.

"Honnêtement, c’est un peu pire que ce à quoi je m’attendais hier", a-t-il admis lors de son point presse. "Ce n’est pas la même chose que dans la vie de tous les jours, où vous n’avez pas si mal, même si vous n’avez pas toute votre mobilité [du membre blessé]. Je peux saisir des choses, mais le truc c’est la pression ressentie sur une MotoGP, en particulier au freinage. La blessure n’est pas complètement guérie, même si c’est bien mieux qu’à Sepang."

Des conditions météo moins exigeantes physiquement

Les conditions pluvieuses qui ont marqué les deux premières séances d'essais libres du Grand Prix de Valence ce vendredi ont cependant sans doute joué en faveur de l'Espagnol, réduisant sa vitesse moyenne sur un tour, et par conséquent l'exigence physique du pilotage.

"Les conditions sur le mouillé m’ont probablement aidé, car la pression est pour ainsi dire divisée par deux par rapport à une piste sèche", reprend Lorenzo. "Mais le côté négatif, c’est qu’il est plus facile de chuter, donc avec une blessure qui n’est pas totalement guérie, l’idée de chuter n’est pas vraiment la  bienvenue pour le moment."

À maintenant moins de 48 heures de ses derniers tours de roues avec Ducati, et à moins de quatre jours de ses premiers avec Honda, le triple Champion du monde espère surtout ne pas se faire mal à nouveau, s'estimant déjà heureux de pouvoir participer à sa dernière course avec les Rouges.

Lire aussi :

"Je fais attention à moi, à ma condition physique", poursuit-il. "Je sais que ma blessure n’est pas totalement guérie, et dans des conditions normales vous êtes bien plus précautionneux sur le mouillé que sur le sec. Il ne s’agit pas que de participer à la dernière course avec Ducati."

On le voit bien, le Majorquin n'entend pas se laisser submerger par l'émotion, la tête déjà tournée vers le futur, et plus précisément les essais de la semaine prochaine. "C’est un mélange d’émotions, d’un côté vous êtes triste de quitter une équipe avec laquelle vous avez vécu et travaillé pendant une longue période. Dans le cas de Yamaha, on parle de neuf années, et ici un peu moins. D’un autre côté, vous êtes impatient de prendre part à un autre futur, à une différente façon de vivre."

partages
commentaires
Sans feeling sur piste humide, Dovizioso loin de paniquer
Article précédent

Sans feeling sur piste humide, Dovizioso loin de paniquer

Article suivant

"Trempé", Miller est serein sous la pluie comme sur le sec

"Trempé", Miller est serein sous la pluie comme sur le sec
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021