Lorenzo remercie Honda pour sa compréhension et sa patience

Le triple Champion du monde MotoGP a beau être l'ombre de lui-même lorsqu'il boucle des courses à 40 secondes du vainqueur, voire plus, Honda lui renouvelle sa confiance et assure compter sur lui pour la saison prochaine. Un soutien précieux pour l'Espagnol dans le marasme qu'est 2019.

Lorenzo remercie Honda pour sa compréhension et sa patience

Après Alberto Puig, c'est Yoshishige Nomura, président du HRC, qui a ouvertement renouvelé sa confiance à Jorge Lorenzo, en marge du Grand Prix du Japon. Alors que Honda y fêtait un titre constructeurs auquel le pilote majorquin n'a absolument pas contribué cette saison, le grand patron du département course a assuré que Honda comptait bel et bien sur lui pour 2020.

"Du côté de Honda, nous voulons qu'il soit là. Notre but est de faire une moto qui soit bonne pour lui. C'est notre travail et notre objectif, nous allons donc le faire", a déclaré Nomura au journal Marca. "Les résultats sont les résultats. La seule chose qu'ils nous disent, c'est que nous n'avons pas été capables de lui donner une bonne moto pour lui, c'est tout."

Le président du HRC a également démenti à son tour un quelconque risque pour Lorenzo dans l'arrivée de Johann Zarco en cette fin de saison : "Non, il n'a rien à craindre. Zarco est juste une bonne opportunité qui s'est présentée à nous. Nakagami était blessé, nous n'avions pas d'autre option et il n'avait pas de moto, nous avons donc pu le faire et nous l'avons fait."

Lire aussi :

Face à la situation complexe qu'il traverse cette saison, Lorenzo a exprimé sa gratitude à l'égard de Honda, saluant la compréhension du constructeur. "Tous les dirigeants de Honda ont toujours été très compréhensifs et patients avec moi, en public comme en privé. Je ne peux rien faire d'autre que les remercier", admet-il. "Honda pourrait avoir un autre type de comportement, car les résultats sont mauvais. Mais si je n'ai pas pu faire mieux jusqu'à maintenant, cela n'a pas été par manque de détermination. J'ai commencé en étant très blessé et, des trois motos que j'ai pilotées, la Honda est celle qui est la plus éloignée de mon style. Je sais cependant qu'ils travaillent afin de solutionner ces problèmes en entrée de virage."

"Je ne sais pas s'il est possible pour Honda de faire une moto qui convienne à Marc [Márquez] et une autre qui me convienne, mais si à l'avenir cela s'améliore et que l'on a une moto plus complète pour que les autres pilotes puissent se battre pour la victoire, cela pourra être bon pour tout le monde", estime le Majorquin, dont le meilleur résultat en 12 courses au guidon de la RC213V est sa 11e place au GP de France. Dimanche, il décrivait le GP du Japon comme "[sa] meilleure course avec Honda depuis Assen", où il s'est blessé aux vertèbres.

Le plaisir revient peu à peu

Sa courbe de performance n'a pourtant pas connu d'inflexion au Japon, où il a rallié l'arrivée en 17e position à 40 secondes du vainqueur, son coéquipier. Cet écart s'est quelque peu réduit par rapport aux autres courses que le Majorquin a disputées depuis son retour de blessure, mais il reste aberrant au vu de son palmarès. Lorenzo, toutefois, voulait y voir des signaux positifs après ceux qu'il avait déjà identifiés vendredi, ayant réussi à se sentir plus à l'aise lorsque sa moto s'est allégée en carburant.

"Je n'ai pas pris un mauvais départ, mais avec le chaos du premier tour, j'ai perdu des places", explique-t-il auprès du site officiel du MotoGP. "À ce moment-là, je n'aurais vraiment pas pu être plus rapide. Ensuite, avec le réservoir plein, je n'ai pas pu jouer avec la moto et c'est elle qui me poussait dans les zones de freinages. Je devais freiner tôt et j'ai perdu beaucoup de temps, mais quand le réservoir a commencé à se vider je me suis senti beaucoup mieux. Ceci, ajouté à un important changement d'ergonomie que l'on a réalisé au warm-up, m'a assez clairement permis de progresser."

Jorge Lorenzo, Repsol Honda Team

"Alors que les autres ont tiré avantage des pneus frais au début de la course, en tournant dans les 1'45 hauts pour ensuite tomber en 1'46, pour moi ça a été l'inverse : j'ai commencé en 1'48 moyens à bas, pour finir au milieu des 1'47. J'ai bouclé les dix derniers tours à une seconde de Marc et de Quartararo, et moins par rapport à d'autres", poursuit-il. "Depuis Assen, à aucun moment en course je n'avais réussi à tourner à une seconde du plus rapide, mais aujourd'hui j'ai réussi cela. C'est quelque chose. Bien entendu, nous ne sommes pas contents et il me manque encore beaucoup pour être aux avant-postes, mais on a pu voir des progrès sur la moto, dans mon style de pilotage et ma condition physique."

"J'ai terminé loin des avant-postes parce que je n'ai pas pu être compétitif au départ de la course. Si j'avais pu l'être, j'aurais terminé à 30 secondes, ce qui est ce que l'on veut réussir à faire", souligne Lorenzo, qui veut retenir le plaisir qu'il a commencé à ressentir lorsqu'il a été en mesure de jouer un peu plus avec sa moto au lieu de la subir.

Lire aussi :

Il reste à présent trois courses à disputer, avec pour objectif annoncé de "tirer le maximum dans toutes les conditions, sur chacune des pistes", mais Jorge Lorenzo manifeste son impatience de découvrir la moto dont il disposera en 2020 autant qu'un réel besoin de se reposer pour être en meilleure condition la saison prochaine.

"Chaque semaine, je gagne petit à petit en mobilité, je sens moins de douleurs, mais c'est très lent. Quand je suis normal ça va mieux, mais quand je pousse plus sur la moto et que ça devient plus physique, la douleur arrive. C'est une blessure très difficile, un processus très long, mais j'espère qu'à l’avenir je vais revenir à 100%", souligne-t-il. "Je pense qu'après le championnat je pourrai me reposer plus, et tout s'améliorera si je me repose. Je pense que tous les pilotes qui ont eu des blessures similaires sont revenus à un niveau parfait avec le temps, alors je crois que ce sera mon cas également."

Avec Oriol Puigdemont et Germán Garcia Casanova

partages
commentaires
Rossi est "peut-être resté un peu trop longtemps", selon Burgess

Article précédent

Rossi est "peut-être resté un peu trop longtemps", selon Burgess

Article suivant

Le développement, première raison du retour de Michelin en MotoGP

Le développement, première raison du retour de Michelin en MotoGP
Charger les commentaires
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021