Courir à temps plein ou non, "une question de mental" pour Lorenzo

Il a beau se sentir encore compétitif, le jeune retraité qu'est Jorge Lorenzo assure être entré dans une "autre phase" de sa vie depuis qu'il a décidé de raccrocher.

Courir à temps plein ou non, "une question de mental" pour Lorenzo

Jorge Lorenzo a pris en novembre dernier une décision mûrement réfléchie, celle de mettre un terme à sa carrière de pilote de course. Bien qu'encore sous contrat avec Honda à l'époque, il traversait une période si difficile qu'il a choisi de raccrocher plus tôt que prévu, annonçant à l'entame du Grand Prix de Valence qu'il s'agirait du dernier de son parcours en tant que titulaire en MotoGP.

Depuis, le quintuple Champion du monde a retrouvé le chemin de son constructeur de cœur, et avec lui un regain de confiance et de motivation qui l'ont décidé à s'aligner à nouveau en course, cependant ce projet ne concerne que des apparitions sporadiques qu'il fera grâce à des wild-cards. Il a beau jouer avec les mots, l'Espagnol envisage ses chances de rester en retraite à 98%, rien de moins, et s'il semble apprécier de se faire désirer, il ne cache pas non plus avoir mentalement tourné la page.

"Je me sens bien physiquement. Je pourrais encore être capable d'être pilote, mais c'est plus une question de mental : je suis dans une autre phase de ma vie", explique-t-il auprès de Sky Italia. "Je veux mettre à profit plus de temps libre et quand je travaille je veux me dédier à d'autres activités. Il existe peu de possibilités que je recommence à courir. On en est à 98% de chances que je ne revienne pas. Et puis personne ne m'a appelé…"

Dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport, Lorenzo poursuit : "Pour les gens je suis encore pilote, mais moi je me sens très loin de cette réalité. Je pilote une MotoGP, mais être pilote d'essai n'a rien à voir avec l'énergie, la concentration, le feu qu'il y a quand on est titulaire."

Lire aussi :

"Je prends du plaisir", admet-il au sujet de son nouveau rôle, au service du développement de la M1. "Après mon départ, je ne pensais pas recevoir tout de suite cette offre de Yamaha. J'ai donc commencé à réfléchir à l'idée d'accepter, afin de rester sur une moto et d'apporter à Yamaha mon expérience, étant donné qu'ils m'ont beaucoup donné. La Yamaha peut progresser en termes de moteurs et au niveau général, et avec moi ils ont [un ensemble] de pilotes très forts. Peu [de constructeurs] ont un tel line-up."

Jorge Lorenzo avait annoncé son retour pour le Grand Prix de Catalogne, qui aurait dû avoir lieu en juin, mais ce projet est désormais en suspens, dans l'attente de connaître le sort de l'épreuve organisée à Barcelone et pour l'instant reportée à une date inconnue. Bien que la longue pause actuelle ne joue pas en faveur de la préparation des pilotes, le #99 estime qu'il devrait réussir à être encore dans le coup lors d'un retour ponctuel. "Je ne serais pas en forme pour me battre pour le titre, mais je pourrais être compétitif pour quelques tours. Pour me battre pour le titre, j'aurais besoin d'une paire de semaines de travail intensif", juge-t-il.

"Quand on arrête, on le fait dans sa tête"

Très ami avec l'ancien adversaire de Valentino Rossi, Max Biaggi semble croire que sa décision est irrévocable et qu'il a effectivement passé un cap en choisissant de ne plus être titulaire. "Il fera des wild-cards, mais à mon avis son intention n'est pas de faire voir qu'il est capable de gagner, mais de faire partie d'un projet, d'un développement, dans une entreprise importante. Il se met totalement à disposition [de Yamaha], sans chercher la performance comme le champion qu'il était. C'est quelque chose de très différent", juge le Romain.

Lire aussi :

Pourrait-il décider de revenir s’il se montre compétitif lorsqu'il courra en tant que wild-card ? "Je ne sais pas", tempère Biaggi. "Quand on arrête de courir, on ne le fait pas comme étant une simple décision, on le fait dans sa tête et le corps n'est alors plus alimenté par l'énergie qui permet chaque jour de se lever, de s'entraîner, d'être motivé. Quand il n'y a plus cette chose-là – et c'est son cas, d'autant qu'il a arrêté tôt… Je ne crois pas qu'il aura envie de faire autre chose que ce qu'il a dit. Mais peut-être que ça changera, qui sait…"

Biaggi valide en tout cas le choix de Lorenzo de rester impliqué dans un programme d'essais, car c'est le conseil qu'il lui avait lui-même donné lorsque la réflexion s'est intensifiée. "Jorge et moi, on se parle tous les jours. L'année dernière, quand il était en train de décider s'il allait arrêter ou pas, j'insistais auprès de lui pour qu'il n'arrête pas nettement la moto. Étant donné que j'étais moi aussi passé par là, je lui conseillais d'être pilote d'essai. Au début, il ne voulait absolument pas en entendre parler, et puis lors des deux ou trois dernières courses et cet hiver, il a changé d'idée et il a trouvé un accord avec Yamaha", explique-t-il.

partages
commentaires
C'était un 21 avril : Márquez plus jeune vainqueur en MotoGP

Article précédent

C'était un 21 avril : Márquez plus jeune vainqueur en MotoGP

Article suivant

Les Pays-Bas prolongent les interdictions, le MotoGP sur la sellette

Les Pays-Bas prolongent les interdictions, le MotoGP sur la sellette
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021