Lorenzo : "J'ai dû sauter de la moto pour éviter de heurter le mur"

partages
commentaires
Lorenzo :
Par : Léna Buffa
18 mars 2018 à 21:51

Le pilote Ducati a été contraint à l'abandon après avoir perdu les freins et chuté pendant le Grand Prix du Qatar.

Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jack Miller, Pramac Racing, Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team

Tandis qu'Andrea Dovizioso fêtait sa victoire sur la première manche de la saison, son coéquipier Jorge Lorenzo terminait la course dans le gravier, après une chute étrange, survenue dans le 13e tour alors qu'il occupait la dixième place.

Gêné par le wheelie de sa moto, le pilote espagnol n'avait pas pris un bon départ sur cette course, mais Maverick Viñales a pu démontrer ce soir qu'un mauvais envol n'était pas rédhibitoire et peut-être Lorenzo aurait-il pu réaliser une remontée comparable s'il avait été en mesure d'aller au bout de la course. Quoi qu'il en soit, c'est alors qu'il tentait de rattraper les positions perdues que les problèmes ont commencé à se faire sentir. Puis, tandis qu'il commençait à hausser son rythme, en se montrant aussi rapide, voire plus, que les leaders, il explique n'avoir pas eu d'autre choix que de jeter sa moto au sol dans le virage 4.

"À partir du deuxième tour, au premier freinage, j'ai commencé à perdre la poignée avant. J'ai essayé de freiner de moins en moins, j'ai pensé que je faisais surchauffer le frein avant", explique Jorge Lorenzo auprès du site officiel du MotoGP. "Ensuite, quand j'ai commencé à me sentir de mieux en mieux, j'ai amélioré mes temps. Sur les deux ou trois derniers tours, j'étais plus rapide que le pilote qui menait la course et je rattrapais Iannone. Mais dans le virage 4 j'ai complètement perdu les freins. J'ai dû sauter de la moto pour éviter de heurter le mur."

"J'ai vraiment eu de la chance que ça ne se soit pas passé dans le virage 1, parce que si c'était arrivé à 300 km/h ça aurait été une autre histoire", constate le pilote espagnol. "Heureusement je vais bien, parce que c'est arrivé à 180 km/h et pas à 300 km/h. Ça aurait pu être bien pire, j'ai donc de la chance d'aller bien."

"Tout était possible"

Jorge Lorenzo met ce problème sur le compte des freins spécifiquement, et non de sa moto, mais son week-end a aussi été marqué par des soucis d'électronique. "J'espère que c'était un week-end marqué par la malchance", souligne-t-il, convaincu qu'il aurait pu viser haut si la technique avait été de son côté au Qatar.

"Tout était possible aujourd'hui. Beaucoup de pilotes avaient plus ou moins le même rythme. Heureusement pour moi, ils ont été plus rapides que moi au début, mais ensuite ils ont été de plus en plus lents et moi de plus en plus rapide, c'était l'inverse. Pour la première fois, j'ai senti que je connaissais une meilleure seconde moitié de course avec la Ducati, malheureusement je n'ai pas pu le démontrer parce que je suis tombé. J'ai passé Miller très vite, je me rapprochais très vite de Iannone, je rattrapais le premier groupe très rapidement. J'étais de plus en plus rapide et plus à l'aise."

"Vous pensez peut-être qu'il est très facile de dire que j'aurais pu gagner la course ou monter sur le podium", ajoute-t-il auprès des journalistes, "mais je pense vraiment que je pouvais y arriver. Tout était possible, j'étais de plus en plus rapide et je rattrapais le groupe de tête. Mais on ne le saura jamais."

Prochain article MotoGP
Rossi s'est senti poursuivi par les loups !

Article précédent

Rossi s'est senti poursuivi par les loups !

Article suivant

Márquez : "Je peux dormir tranquille ce soir"

Márquez : "Je peux dormir tranquille ce soir"

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Qatar
Catégorie Course
Lieu Losail International Circuit
Pilotes Jorge Lorenzo Boutique
Équipes Ducati Team Boutique
Auteur Léna Buffa
Type d'article Réactions