Lorenzo a "le travail parfait", sans les mauvais côtés du MotoGP

Le pilote espagnol reste convaincu que son nouveau rôle lui apporte un équilibre parfait, cependant il estime également qu'il ne manquerait pas d'offres s'il décidait de revenir à la compétition à temps plein en MotoGP.

 Lorenzo a "le travail parfait", sans les mauvais côtés du MotoGP

Toujours bloqué dans un hôtel de Dubaï, où il se trouvait lorsque les mesures de confinement ont été mises en place en Europe, Jorge Lorenzo se prépare tant bien que mal pour la wild-card qu'il est censé disputer mi-juin lors du Grand Prix de Catalogne. Une épreuve dont on ignore pour le moment si elle pourra véritablement se tenir, compte tenu du fait que les rendez-vous de la saison MotoGP sont tour à tour annulés ou reportés au gré de l'avancée de la pandémie de COVID-19, sans perspective tangible pour le moment quant à une possible date de reprise de la compétition. Partageant la même incertitude que tout le monde, Lorenzo ne peut qu'attendre.

"Cela fait un mois maintenant que je suis à Dubaï. Il faut voir comment évolue la situation et si on pourra bientôt rentrer chez nous. […] Je ne sais pas quand je pourrai rentrer, on attend que les choses s'améliorent", a expliqué Jorge Lorenzo dans une interview avec Catalunya Ràdio. "Personne n'a jamais rien vécu comme cela, c'est incroyable, mais c'est bien ce qui est en train de se passer. Quand il y a tant de victimes et de morts, le sport passe au second plan et il est normal de suspendre les événements sportifs. C'est dommage, je suis très excité à l'idée de courir à Montmeló, et j'espère que je pourrai le faire, même si cela ne semble pas facile."

Lire aussi :

Ce retour à la compétition prévu à Barcelone, officialisé juste avant que la crise liée au coronavirus n'explose, ne doit être que ponctuel pour le triple Champion du monde MotoGP. Pourtant, beaucoup ont été surpris par l'annonce de son recrutement par Yamaha en tant que pilote d'essais, moins de trois mois après celle de sa retraite. Depuis, le Majorquin a réitéré son souhait de ne plus reprendre la course en tant que titulaire, tout en laissant une petite porte ouverte à un retournement de situation en indiquant que son choix était immuable "à 98%".

"J'ai toujours dit que ma première intention était que ma décision soit définitive, mais on ne peut jamais dire 'fontaine je ne boirai pas de ton eau'. Je suis parti en étant convaincu, j'ai eu une carrière longue et riche en succès, mais je me suis aussi beaucoup blessé. D'un point de vue économique, j'ai eu la chance de pouvoir économiser de l'argent et je peux profiter de la vie en faisant autre chose", confirme-t-il encore aujourd'hui.

Il "ne manquerait pas d'offres" s'il décidait de revenir

"Je veux profiter de la vie et faire d'autres choses, mais j'ai aussi la chance de pouvoir piloter une MotoGP 16 ou 18 jours par an et de pouvoir vivre le bon côté de ce métier et éviter les mauvais. Je pense que j'ai le travail parfait en ce moment", poursuit le pilote espagnol, qui a pour l'instant participé à deux séances d'essais à Sepang avec Yamaha, au mois de février. Une autre était prévue en ce début de printemps au Japon, cette fois au guidon de la dernière version de la M1.

Lire aussi :

Ravi d'avoir retrouvé son constructeur de cœur après trois années plus compliquées pour lui, d'abord chez Ducati où il a tout de même réussi à gagner, puis chez Honda où il a cette fois touché le fond, Jorge Lorenzo balaie les piques lancées par Marc Márquez, ou encore Pol Espargaró, qui a déclaré que la retraite était pour lui "une excuse pour ne pas continuer avec Honda". Lorenzo, lui, assure que trouver un guidon ne serait pas un problème si jamais il lui venait l'envie de sortir de sa retraite pour s'engager à temps plein dans la compétition.

"Il y a beaucoup d'opinions et il faut respecter ce que chacun pense. Si, dans ce cas, Pol le croit et le dit avec respect, je comprends", répond le Majorquin. Et d'ajouter : "Personnellement, je pense que si je voulais à nouveau courir, je ne manquerais pas d'offres. Mais pour l'instant, ce n'est pas le cas et je suis bien comme je suis."

partages
commentaires
Pour Ducati, la place de Dovizioso n'est pas à remettre en question
Article précédent

Pour Ducati, la place de Dovizioso n'est pas à remettre en question

Article suivant

Pour Mir, la fin de saison sera plus mentale que physique

Pour Mir, la fin de saison sera plus mentale que physique
Charger les commentaires
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021