Actualités

Lorenzo pense que Yamaha doute de lui à cause du test de Portimão

Le test qui a marqué le retour de Jorge Lorenzo en piste après huit mois d'absence, début octobre, pourrait-il se retourner contre lui ? C'est ce que pressent le pilote espagnol, alors que le constructeur envisage de le remplacer par Andrea Dovizioso.

Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing

Avec l'annonce ce mercredi d'une possible prolongation de l'absence de Valentino Rossi, Yamaha a fait savoir que, cette fois, le pilote italien serait remplacé s'il devait manquer un troisième Grand Prix à cause de sa contamination au coronavirus. Seulement, le pilote choisi par le constructeur est Garrett Gerloff, actuellement engagé en WorldSBK, et non Jorge Lorenzo, essayeur star de l'équipe MotoGP.

Le Majorquin n'est visiblement pas surpris et assure dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport ne pas avoir été envisagé par Yamaha comme un remplaçant possible pour son ancien coéquipier. Pour lui, le vent a tourné lors du test réalisé à Portimão il y a un mois. "Je pense qu'étant donné que je n'ai pas été assez compétitif lors du test de Portimão, ils n'y ont même pas pensé", estime-t-il auprès du journal italien.

Lire aussi :

Et le triple Champion du monde MotoGP d'expliquer dans quelles circonstances complexes il a pris part à ce roulage, huit mois après le précédent : "À dire vrai, je n'étais pas tellement en forme. S'ils m'avaient fait rouler comme le fait KTM avec Pedrosa, il est clair que je me serais entraîné régulièrement, mais en juin Yamaha m'avait fait savoir qu'il n'y aurait plus eu de tests, alors c'est normal si je n'étais pas prêt. Le coup de fil pour Portimão m'a pris par surprise."

"On ne peut pas passer huit mois sans piloter une moto. On perd tout : les réflexes, la capacité de réaction, le rythme. On a l'impression d'aller vite alors que non. Il faut un peu d'adaptation, mais je n'ai eu qu'un jour et demi, les mécaniciens devaient s'envoler pour Le Mans, pour le Grand Prix. L'équipe n'était pas très préparée, la moto était celle de 2019 et le circuit particulier, nouveau pour tout le monde, beau mais étrange. Impossible d'être rapide."

Chronométré à un rythme si lent qu'il en était gênant lors de ce test, Jorge Lorenzo est convaincu de ne pas avoir montré ce dont il serait capable dans des conditions normales. Or, selon lui, Yamaha fait fausse route en envisageant de ne pas renouveler son contrat pour la saison prochaine à cause de ce roulage atypique.

"Je crois que ce test a fait naître en eux des doutes sur ma compétitivité. Mais je pense que c'est une grosse erreur de se baser sur Portimão. Comme je l'ai expliqué à Lin Jarvis, mon véritable potentiel est celui de Sepang, à 1"5 du premier, pas à quatre secondes comme à Portimão", assure le pilote espagnol.

Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing

Lorsque Yamaha a choisi de ne pas remplacer Valentino Rossi en Aragón, le responsable de l'équipe avait fait savoir que le nom de Jorge Lorenzo serait envisagé s'il était nécessaire de nommer un intérimaire pour une prochaine absence. La nomination de Garrett Gerloff, qui n'a jamais piloté de MotoGP à ce jour, est donc perçue comme un signe de plus portant à croire que le #99 ne sera tout bonnement pas reconduit dans ses fonctions, alors même qu'il n'a pas été en condition de travailler au développement de la M1 cette année, n'ayant roulé qu'en février et en octobre et à chaque fois avec la machine de 2019.

"S'ils pensent devoir faire un changement, je dois l'accepter, mais il sera difficile pour eux de trouver un pilote qui s'adaptera aussi facilement que moi à la M1 et qui comprenne ce qu'est la bonne direction", estime Lorenzo, qui admet ouvertement ne pas être convaincu par le choix qui semble à présent se dessiner, celui d'Andrea Dovizioso : "Ce changement me surprendrait, mais ce n'est pas moi qui choisis."

"J'aimerais continuer, car la M1 est naturelle pour moi. Si je devais aller chez Aprilia, qui est mon autre option, ce ne serait pas aussi naturel", souligne le pilote espagnol, qui a confirmé ces derniers jours être en discussion pour devenir le nouveau pilote d'essais de l'équipe de Noale.

Lire aussi :

Qualifiant l'option "d'intéressante", il voit plusieurs avantages à son arrivée au sein du constructeur italien. "Ce serait bien, j'ai gagné deux titres avec eux et je pourrais faire beaucoup plus de tests. Ce serait un défi beaucoup plus visible : la Yamaha est déjà compétitive, l'Aprilia est encore loin. Si j'arrivais à faire ce que fait Pedrosa [avec KTM], ce serait super. Et si Iannone devait revenir, je pourrais lui servir de coach", propose-t-il, se jugeant ainsi "doublement utile".

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Fabio Quartararo se sent moins sous pression qu'à ses débuts
Article suivant Morbidelli a progressé grâce à un amortisseur dont Viñales ne voulait pas

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France