Loris Baz - "Le MotoGP, un chemin parsemé de bombes"
Loris Baz, Forward Racing à Paris
Loris Baz, Forward Racing
Loris Baz, Forward Racing
Loris Baz
Loris Baz
Loris Baz, Forward Racing Yamaha
Jules Cluzel, Loris Baz et Eugene Laverty
Loris Baz
Stefan Bradl et Loris Baz avec la moto Forward Racing
Loris Baz
Loris Baz, Forward Racing Yamaha

L.B., Le Mans - Loris Baz s'impose comme l'un des fers de lance de la nouvelle génération de pilotes français et fait souffler un vent de fraîcheur sur le paddock MotoGP. Le Haut-Savoyard, qui commence d'ores et déjà à récolter les fruits de son travail, semble avoir digéré le cafouillage qui a entouré son arrivée en Grands Prix.

Pourtant, Baz pourra se souvenir longtemps de son premier contrat MotoGP, signé avec Aspar en septembre dernier et rompu quelques jours plus tard par l'équipe espagnole, qui arguait ne pas avoir eu connaissance de la fiche technique du pilote et, donc, de sa grande taille censément handicapante. Aujourd'hui, le protégé d'Eric Mahé a tourné la page : il a trouvé sa place au sein de l'équipe Forward Racing et prend peu à peu l'ascendant sur un coéquipier plus expérimenté en Grands Prix, Stefan Bradl.

A l'occasion du Grand Prix de FranceMotorsport.com a rencontré Loris Baz, qui confirme écrire cette nouvelle page de sa vie avec l'ambition de s'établir durablement en MotoGP. Une croissance qui intervient après une première partie de carrière internationale construite en dérivées de séries : le titre en Superstock 600 dès sa première saison, puis quatre ans en Stock 1000 et trois en Superbike dont il a animé les avant-postes avec Kawasaki. La réussite qui lui est promise en MotoGP lui permet aujourd'hui de suivre sans nostalgie les succès de son ancienne équipe et de son ancienne machine, reprise par un Jonathan Rea grand dominateur du début de saison WSBK.

Après sept saisons en dérivées de série, le MotoGP représentait une évolution évidente dans votre carrière?

"C'était un objectif à terme. Initialement, je voulais que ça arrive en 2016. On commençait à prospecter pour arriver en 2016 et j'aurais essayé d'accrocher le titre en refaisant une saison en Superbike. Finalement, je n'ai pas eu la possibilité de ne rester que pour un an en Superbike. Or, en restant pour un projet beaucoup plus long, je risquais de manquer l'opportunité d'arriver en MotoGP avant 22-23 ans, ce qui était mon objectif. On a donc décidé d'accélérer un peu les recherches pour arriver dès cette année."

"Ca a été un chemin parsemé de bombes, de mines. Très facile au début, parce qu'on a très vite signé un contrat avec un team, mais au final ils l'ont cassé. Avec mon manager, Eric, on avait déjà rencontré Giovanni (Cuzari, directeur de Forward Racing, ndlr) au début, mais il ne savait pas encore exactement ce qu'il ferait. On a poursuivi les démarches et on a réussi à trouver une bonne moto, ils m'ont donné cette chance. A partir de ce moment-là, c'était évident que je voulais rouler ici dès cette année."

J'ai eu cette opportunité pour le MotoGP, j'ai signé. Et puis, quinze jours après, j'apprends sur Internet qu'on ne me prend pas parce que je suis trop grand!

Loris Baz

"Des bombes, des mines"... Vous pensez donc qu'on a essayé de vous empêcher de venir?

"Pour moi, c'était même une guillotine. J'avais la possibilité de rester en Superbike et puis j'ai eu cette opportunité pour le MotoGP, j'ai signé. J'ai prévenu mon team (Kawasaki, ndlr) que je ne restais pas et ils ont donc cherché et signé un autre pilote. Et puis, quinze jours après, j'apprends sur Internet qu'on ne me prend pas parce que je suis trop grand! On savait que j'étais grand, j'ai toujours fait cette taille! Je me retrouvais donc sans rien en Superbike, ou peut-être avec une moto pour terminer dans les derniers."

"Je ne sais pas si c'était volontaire ou pas, en tout cas c'était très peu professionnel. Ce n'était vraiment pas digne d'un paddock MotoGP, mais plutôt d'un paddock de championnat régional. Cela ne devrait plus arriver et j'espère que ces gens-là se feront dégager du paddock pour ne plus que cela se passe."

"En tout cas, je n'y pense plus. C'est peut-être un nouveau coup de chance dans ma carrière, parce que je suis convaincu que j'ai une des meilleures motos en Open, meilleure, je pense, que celle que j'aurais eue là-bas. Depuis le début, je suis toujours resté confiant de trouver une solution, mais il y a quand même des moments où mon manager ne dormait pas beaucoup. Il était assez inquiet et ça n'était pas facile."

Maintenant le MotoGP, vous y êtes et vous y restez?

"J'espère! J'ai toujours eu une carrière un peu spéciale mais, normalement, quand j'arrive quelque part j'arrive à faire mes preuves. Je ne suis pas venu pour rester un an, l'objectif c'est vraiment de rester là l'an prochain."

Mon ancienne moto, je ne peux pas la louper! Je suis content pour mes anciens mécanos : ils vont avoir le titre cette année.

Loris Baz

Vous continuez à suivre les performances de votre ancienne moto?

"Bien sûr, je regarde toutes les courses. Mon ancienne moto, je ne peux pas la louper! L'an dernier, on n'était pas loin pour faire quelque chose de vraiment bien, peut-être accrocher le titre. Alors je suis content pour mes anciens mécanos et mon ancien chef mécano : ils vont l'avoir cette année."

Cela ne vous laisse pas un petit pincement au coeur?

"Non. Je retournerai peut-être un jour en Superbike pour avoir le titre, plus tard dans ma carrière. Pour l'instant, je suis en MotoGP à 22 ans et c'est le rêve de 99% de pilotes sur terre, donc je ne peux que apprécier d'être là. J'ai fait une super saison l'an dernier en Superbike, en accrochant un paquet de podiums, ça me laisse des bons souvenirs. C'est ce qui m'a motivé et qui m'a fait prendre conscience que j'avais les capacités de venir en MotoGP. Je n'ai aucun regret."

 

partages
Interview - "Iannone, un champion en puissance, un caractère à la Biaggi"

Article précédent

Interview - "Iannone, un champion en puissance, un caractère à la Biaggi"

Article suivant

Le MotoGP marche prudemment vers l'Indonésie

Le MotoGP marche prudemment vers l'Indonésie
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021