En MotoGP, Lüthi s'est parfois senti "un peu perdu"

Le Suisse a visiblement été dépassé lors de son année passée dans la catégorie reine, après avoir manqué ses premiers essais et avoir souffert des tourments de l'équipe Marc VDS.

En MotoGP, Lüthi s'est parfois senti "un peu perdu"
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS Racing
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS Racing
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS Racing
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS Racing
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS Racing
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS Racing
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS

Pour Tom Lüthi le Grand Prix de Valence aura signé la fin d'un long calvaire, et d'une année en MotoGP dont les résultats ont été loin des espérances que pouvait laisser susciter son statut de vice-Champion du monde Moto2 en 2017.

Une saison qui se sera achevée sur un score vierge, sans commune mesure avec les 50 points inscrits par Franco Morbidelli, son coéquipier chez Marc VDS. Pour le Suisse, les origines du calvaire remontent au mois d'octobre 2017, en Malaisie lorsque, encore en lutte pour le titre dans la catégorie intermédiaire avec celui qui deviendra plus tard son voisin de garage, il s'était fracturé la cheville gauche.

Un retard impossible à rattraper

Exit donc le sacre, mais également les premiers essais d'intersaison, pourtant déterminants dans le processus d'acclimatation des rookies à la catégorie reine.

"Ce qui s'est passé... je pense que je pourrais écrire trois livres [pour tout raconter] !", préfère plaisanter Lüthi auprès de Motorsport.com. "Ce qui a été une erreur claire de ma part, ce que j'ai sous-estimés, ce sont les tests de novembre, que j'ai dû manquer à cause d'une blessure. Je pensais pouvoir surmonter cela, et qu'en faisant du bon travail et avec le soutien nécessaire ça pouvait faire l'affaire. Mais je partais de trop loin et nous n'avons pas pu réduire l'écart."

Lire aussi :

Malgré cela, les débuts au Qatar ne furent pas désastreux, seulement deux dixièmes le séparant de Morbidelli lors des qualifications, avant que le Suisse ne termine aux portes des points en course, en 16e position.

"Au début de la saison, nous n'étions pas si mal au Qatar", se souvient-il ainsi. "J'étais proche des points mais je n'avais aucune idée de comment gérer les pneus, gérer le carburant et tout cela durant la course."

Perte de confiance en cours de saison

La bonne compréhension du fonctionnement du pneu avant a elle aussi été une gageure, jamais vraiment maîtrisée d'ailleurs. "Dans le même temps, je manquais de confiance avec l'avant", confirme-t-il. "Il y a eu quelques chutes à cause de la roue avant, alors bien sûr ensuite j'étais prudent et j'ai perdu confiance. Et ensuite vous roulez encore plus lentement et vous continuez de chuter. Ce fut une période difficile. J'ai dû repartir de zéro. Parfois, je me suis senti un peu perdu. Ça peut paraître stupide, mais c'est comme ça. Je ne savais pas quoi faire car rien n'allait de l'avant."

Déjà en difficulté, l'adaptation de l'Helvète n'a pas été arrangée par les tourments de Marc VDS, dont l'avenir incertain et finalement vain a pesé sur la compétitivité de l'équipe et a compromis sa totale implication.

Lire aussi :

"À ce moment-là, tout l'apprentissage et le travail avec l'équipe ne fonctionnaient plus, à cause des problèmes entourant l'équipe", reprend Lüthi. "Les gens dans le garage pensaient à leur travail et tout ça. C'est pourquoi ça n'a pas avancé au niveau de la performance sportive."

"Il y a eu cette affaire avec l'équipe, qui m'a bien plus touché que Franco", poursuit le numéro 12, qui estime n'avoir pas eu le soutien nécessaire pour s'émanciper d'une équipe en difficulté sous tous les plans. "Son environnement l'a peut-être rendu plus indépendant vis-à-vis de l'équipe que moi. C'est aussi un point sur lequel j'ai pu apprendre. J'ai compris beaucoup de choses à présent, et des choses importantes. C'est une affaire de positionnement professionnel."

L'an prochain, Lüthi fera machine arrière et retrouvera le Moto2 au sein de l'équipe Intact GP. Avec l'espoir de repartir du bon pied et rebondir.

Propos recueillis par Gerald Dirnbeck

partages
commentaires
Le GP d'Argentine deux ans de plus au calendrier

Article précédent

Le GP d'Argentine deux ans de plus au calendrier

Article suivant

Petrucci : Pilote officiel ? La chance d'une vie

Petrucci : Pilote officiel ? La chance d'une vie
Charger les commentaires
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021