Preview
MotoGP GP d'Allemagne

Márquez retrouve l'Allemagne : "Pas un week-end aussi facile qu'on le dit"

Invaincu au GP d'Allemagne MotoGP chaque fois qu'il y a couru, avec pour seule exception la course sprint de l'an dernier dans un contexte très particulier, Marc Márquez est au cœur des paris ce week-end : décrochera-t-il au Sachsenring sa première victoire avec Ducati ?

Marc Marquez, Gresini Racing

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Marc Márquez mènera-t-il pour la première fois une Ducati à la victoire cette semaine ? C'est le pronostic que feront un bon nombre de parieurs, tant le palmarès de l'Espagnol sur le circuit du Sachsenring est d'une classe à part. Lui-même y a bien sûr réfléchi et il se veut prudent quant à ses chances de première victoire avec la Desmosedici.

"On verra. C'est sûr que les prédictions sont meilleures que la semaine dernière à Assen", sourit le pilote Gresini, qui a régné en maître ici au cours de sa carrière, capable de prouesses inexplicables pour ses adversaires, avec une série ininterrompue de dix victoires dans trois catégories différentes entre 2010 et 2019, puis d'une 11e en 2021, lorsqu'il devait pourtant composer avec son infériorité physique. Il n'y a que quand il pas couru en Allemagne, en 2020 et 2022, que ses adversaires ont pu goûter à la victoire.

Aujourd'hui, Márquez craint néanmoins Pecco Bagnaia et Jorge Martín, tous deux particulièrement en forme en ce moment. "Ce que je prédis", décrypte-t-il, "c'est que si j'arrive à faire un week-end parfait, en franchissant les bonnes étapes et tout cela, alors peut-être que j'aurai la possibilité de me battre contre eux deux, sachant qu'ils ont été un cran au-dessus sur les dernières courses − et même deux pour Pecco."

"Je vais essayer de faire de mon mieux et on va voir si le fait d'être au Sachsenring peut m'aider un petit peu pour avoir au moins la chance de me battre contre eux", ajoute-t-il. "Si je veux avoir une chance, je dois piloter parfaitement, comme je l'ai fait par le passé. Mais par le passé, j'étais compétitif sur toutes les pistes et ici je faisais la différence ; maintenant, ils sont rapides ailleurs alors ici on va voir si j'ai le niveau, assez de vitesse, pour me battre contre eux. Ça ne va pas être un week-end aussi facile qu'on le dit."

Un an pour remonter la pente

Avant de savoir s'il montera sur la plus haute marche dimanche, ses retrouvailles avec le Sachsenring imposent à Marc Márquez de regarder dans le rétro. Il y a un an, ici-même, il était au plus bas. Pourtant, on pensait déjà l'avoir vu toucher le fond et l'arrivée sur cette piste qu'il adore avait fait naître l'espoir de le voir compenser par son seul talent le manque de performance criant de sa Honda.

S'il avait dominé en 2021 en étant diminué par sa blessure du bras, pas complètement résolue à l'époque, il pourrait sûrement exprimer tout son talent cette fois encore... Mais les espoirs d'une édition 2023 qui lui permettrait à nouveau de gommer toutes les mauvaises sensations se sont très vite envolés. Bien qu'il ait signé le deuxième temps de la première séance d'essais, il n'était plus que 18e après la seconde, déterminante pour l'accès direct à la Q2. Il venait d'y subir la première de cinq chutes qui allaient marquer son week-end, dont certaines très lourdes.

VIDÉO - L'effrayant accrochage entre Márquez et Zarco au Sachsenring

Ce premier accident est resté comme une des images fortes de la saison, lorsqu'en perdant l'avant de sa Honda, Márquez est allé percuter de plein fouet la Ducati de Johann Zarco, qui sortait des stands, le choc coupant en deux la moto aux couleurs de Pramac.

Par la suite, la journée du samedi a encore oscillé entre des performances encourageantes, notamment sa qualification pour la Q2, mais aussi des chutes, dont deux en neuf minutes pendant la phase finale des qualifications. Hors des points au sprint, à 11 secondes de Martín, vainqueur, il traînait déjà des douleurs et une grande insatisfaction, que sa cinquième chute, le dimanche matin au warm-up, n'allait en rien arranger.

Chute de Marc Marquez, Repsol Honda Team

L'une des chutes de Marc Márquez pendant le GP d'Allemagne 2023.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Passé par le centre médical après un nouveau gros choc, Márquez s'est ensuite entretenu avec les responsables de Honda puis avec son équipe, pour finalement annoncer qu'il ne prendrait pas le départ de la course principale. Bien que sans blessures graves, le pilote avait pris suffisamment de coups et souffrait assez pour comprendre qu'il fallait arrêter les frais.

À l'époque, Márquez était en pleine réflexion sur son avenir, alors que son contrat avec Honda couvrait encore une saison et demie. Son choix de rendre les armes le dimanche et de ne pas courir était un acte fort, aux implications bien plus grandes que ce seul GP d'Allemagne. Rapidement, la décision de commencer à sonder une autre voie s'est imposée et c'est ainsi que l'on est entrés dans un été de réflexion et de spéculations. Il faudrait attendre le mois d'octobre, juste après un podium inespéré sur les terres de Honda, pour que la rupture soit annoncée.

Lui qui est allé jusqu'à envisager de tout arrêter quand il se trouvait au Sachsenring, il a tenté le pari de rejoindre l'équipe satellite Gresini pour y découvrir la Ducati et chercher à comprendre s'il pouvait encore remonter la pente. Dès son premier test, au mois de novembre, l'espoir est revenu, en plus d'une attention sans précédent de la part des médias et du public qui n'était qu'un avant-goût de ce que la saison 2024 allait réserver.

L'année dernière, j'ai appris beaucoup de choses pendant ce week-end et l'une d'elles est qu'il faut nourrir des attentes réalistes.

Aujourd'hui, huit Grands Prix ont passé et Marc Márquez, bien qu'au guidon d'une moto de l'an dernier, fait partie des hommes forts du championnat. Troisième du classement général, il s'est plusieurs fois battu pour la victoire, sans toutefois parvenir pour le moment à franchir ce cap. Sans surprise, les retrouvailles avec le Sachsenring relancent donc les attentes.

Sur une piste taillée pour lui avec ses virages à gauche, le paddock tout entier est curieux de comprendre dans quel mesure le binôme qu'il forme aujourd'hui avec la Ducati lui permettra de retrouver son aisance légendaire sur place, mais aussi si les autres ont désormais suffisamment progressé pour le challenger.

Lui a une volonté : ne pas se laisser perturber par des ambitions démesurées. "L'année dernière, j'ai appris beaucoup de choses pendant ce week-end et l'une d'elles est qu'il faut nourrir des attentes réalistes", prévient-il. "Les attentes réalistes, ce sont celles que j'ai mentionnées. Des attentes irréalistes, ce serait d'être premier à toutes les séances en arrivant ici."

"Certes, c'est un circuit sur lequel j'ai beaucoup gagné par le passé, mais maintenant c'est le présent et, dans le présent, il y a deux pilotes qui, en particulier depuis Montmeló, ont augmenté leur vitesse et que je n'ai pas réussi à suivre. Je suis à un deuxième niveau parce qu'ils ont été de plus en plus rapides."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Aleix Espargaró autorisé à participer aux EL1 malgré sa main cassée
Article suivant Quartararo aimerait Di Giannantonio sur la Yamaha de Pramac en 2025

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France