Marc Márquez : "Je suis là grâce à l'airfence"

Marc Márquez sent que l'airfence du virage 7 de Jerez, dans lequel il est lourdement tombé, lui a épargné des blessures malgré un choc violent.

Pour la première fois depuis l'accident qui l'a mis sur la touche pendant neuf mois, Marc Márquez est lourdement tombé, ce samedi matin pendant les EL3 du Grand Prix d'Espagne. Une chute à grande vitesse, dans le virage à gauche n°7 du circuit andalou, où il a dû compter sur les protections de bord de piste pour que sa course folle s'arrête.

"On savait que cette première chute arriverait tôt ou tard. J'ai peut-être choisi un des plus mauvais endroits pour ça et je ne m'y attendais pas, mais quand on attaque pour un tour on ne pense pas aux risques, on ne fait qu'attaquer. Hier j'ai été plus conservateur, mais aujourd'hui j'ai essayé d'attaquer. Malheureusement, quand j'ai attaqué je suis tombé. Ça a été une grosse chute, surtout l'impact contre l'airfence qui s'est passé à grande vitesse. Mais grâce à l'airfence, je suis là", explique-t-il.

Lire aussi :

Secoué, le pilote espagnol s'est relevé titubant, les cuirs lacérés au niveau du bras gauche, avec à côté de lui une Honda en piteux état. Passé au centre médical pour y subir un contrôle avec les médecins officiels du championnat, il a vite été rassuré sur son état général. Quelques minutes plus tard, toutefois, il a été décidé de l'emmener à l'hôpital pour un scanner de contrôle.

"Ça a été un peu effrayant, parce que je ne me souvenais par exactement ce qui s'était passé, j'étais un peu commotionné, et pour cette raison je suis allé à l'hôpital pour un contrôle", explique le pilote. "J'ai fait un contrôle médical au circuit. Ils ont tout contrôlé et à ce moment-là je me sentais bien. Je suis allé à mon motorhome, mais au bout de dix minutes j'ai commencé à perdre un peu la tête, à ne pas savoir exactement où j'étais. J'ai immédiatement appelé le docteur, je lui ai dit que je ressentais ça et il a dit 'OK, on doit aller faire un contrôle à l'hôpital'."

"Quand je suis arrivé à l'hôpital, je me sentais bien à nouveau. Ils ont tout contrôlé, ils ont fait un scanner et toutes ces choses-là, puis quand je suis revenu au circuit ils ont tout contrôlé à nouveau. Mais ensuite je me sentais bien."

Aucun souci sur le bras droit

Bien entendu, lorsque les caméras ont montré ce qui est une première chute du champion espagnol depuis son retour à la compétition, les regards se sont naturellement braqués sur son bras droit, fracturé l'an dernier et sujet à une longue convalescence avant qu'il ait été autorisé à remonter en selle. S'il comprend l'inquiétude qui persiste à ce sujet, Márquez tient toutefois à assurer qu'il est parfaitement apte à prendre à nouveau les risques inhérents au pilotage sans risquer d'aggraver l'état de ce bras.

"Quand je suis allé passer le check-up, c'était plus pour un contrôle de conscience et un contrôle du cou, de la tête et du dos. C'est ce qui a le plus souffert dans le choc. Au bras, je n'ai rien senti. Je veux aussi clarifier que je suis ici, je pilote et j'attaque, parce que les médecins m'ont dit qu'en cas de choc j'ai les mêmes possibilités de me casser le bras gauche que le bras droit. L'os est complètement réparé."

Un contrôle de routine a malgré tout été effectué à l'hôpital. "Mon bras n'a pas été blessé aujourd'hui et je ne sentais aucune douleur, mais le Dr Charte a toutes les radios et toutes les informations sur mon bras et quand je suis retourné à l'hôpital on a fait une autre radio sur le bras, juste pour être sûrs. Je ne sentais rien, mais on était à l'hôpital et le Dr Charte a dit qu'il voulait une radio du bras", explique-t-il.

La machine accidentée de Marc Marquez, Repsol Honda Team

partages
commentaires
Nakagami fera la course avec le châssis Honda de 2020

Article précédent

Nakagami fera la course avec le châssis Honda de 2020

Article suivant

Les pilotes pointent la dangerosité du virage 7 de Jerez

Les pilotes pointent la dangerosité du virage 7 de Jerez
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021