Marc Márquez incertain de pouvoir aller au bout de la course

Qualifié sixième pour son retour, Marc Márquez s'attend à souffrir en course, convaincu qu'il ne prendra pas de plaisir compte tenu de son manque de force et de ses douleurs dans le bras.

Marc Márquez incertain de pouvoir aller au bout de la course

Pour la première fois en neuf mois, Marc Márquez s'apprête à retrouver la grille de départ d'un Grand Prix ce dimanche, au Portugal. Qualifié sixième, l'Espagnol s'en est mieux sorti que les autres pilotes du groupe Honda, tous accidentés à un moment ou un autre durant ce week-end. Pour autant, il s'attend à souffrir tout particulièrement en course et ne sait même pas s'il sera capable d'aller au bout des 25 tours prévus.

Depuis son retour en selle, vendredi, sa confiance est peu à peu revenue, jusqu'à lui permettre de travailler aujourd'hui sur les réglages de la RC213V qu'il avait initialement enfourchée telle que l'avait laissée son remplaçant, Stefan Bradl. En revanche, il sent également son corps souffrir de plus en plus au fil des tours et il doit composer avec un manque de force et des douleurs qui n'ont rien d'étonnant après une si longue absence.

"Je me sens évidemment moins bien aujourd'hui qu'hier", explique Márquez. "Les kinés et les médecins s'y attendaient, c'est naturel. Ils m'ont dit que ça devrait être pire demain, mais on verra. Le plus important c'est que l'os va bien, il ne me fait pas mal, mais il est vrai que les muscles, les doigts, l'arm-pump [l'avant-bras, ndlr] et le coude sont les endroits où j'ai le plus de difficultés à présent. Aujourd'hui j'ai forcé au maximum trois fois, en EL3, en Q1 puis en Q2, mais c'est comme ça. On verra demain pour la course."

Lire aussi :

"C'est un manque de muscle, de force", décrit-il. "Je ne peux pas parler d'un pourcentage, parce que c'est difficile, mais à la gym je travaille avec des poids différents à droite et à gauche : je ne peux pas porter le même poids avec le bras droit, et c'est pareil sur la moto, or sur ce circuit comme ensuite à Jerez pratiquement tous les virages sont à droite ! Mais il faut que je fasse des tours. Je sais que demain je vais souffrir, et ensuite j'aurai la semaine prochaine pour récupérer."

"Le point d'interrogation c'est pour la course… Vingt-cinq tours, ça va être très long ! J'aimerais dire que je vais essayer de prendre du plaisir, mais je sais que je ne vais pas en prendre, je vais souffrir", pressent-il. "Je ne suis même pas sûr à 100% de pouvoir terminer [la course]. C'est la raison pour laquelle on a prévu de faire très peu de tours au warm-up."

"Ma confiance sur la moto s'est beaucoup améliorée. On a commencé avec la base de Bradl et de Honda, et j'ai roulé en EL1, EL2 et EL3 avec cette moto et cette électronique, tout était pareil. Puis après les EL3, j'ai dit que j'étais prêt à essayer quelque chose et on a déjà commencé à changer la moto pour qu'elle convienne plus à mon style. Ce n'est rien de très gros par rapport à ce qu'utilisent les autres Honda, rien d'extrême, mais on a déjà adapté la moto à mon style et à ce qu'il me faut à l'heure actuelle, et les progrès ont déjà été importants en EL4 en termes de sensations sur la moto. Ensuite, en qualifs, j'ai pu me montrer rapide."

Bien qu'il se sente de plus en plus à l'aise sur la RC213V, Márquez ne peut toujours pas la piloter comme il l'aimerait. "La principale différence, c'est ma position sur la moto", explique-t-il. "La position de mon corps n'est pas la bonne et je n'arrive pas à mettre d'appui sur l'avant et à pousser avec les bras. C'est quelque chose qui me coûte beaucoup de temps dans le T4 par exemple, dans les deux longs derniers virages, parce que je n'arrive pas à pousser, mais c'est comme ça. Avec l'équipe, on sait qu'il faut peut-être régler la moto d'une certaine manière aujourd'hui, mais qu'on la règlera différemment quand je serai prêt à pousser."

Avec Oriol Puigdemont

partages
commentaires

Voir aussi :

Jorge Martín souffre de plusieurs fractures

Article précédent

Jorge Martín souffre de plusieurs fractures

Article suivant

En pole et ravi de son rythme, Quartararo affiche sa confiance

En pole et ravi de son rythme, Quartararo affiche sa confiance
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021