Marc Marquez n'aurait rien pu faire de plus contre Jorge Lorenzo

partages
Marc Marquez n'aurait rien pu faire de plus contre Jorge Lorenzo
Par : André Christian Cahuzac
3 mai 2015 à 17:00

Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez et Hiroshi Aoyama, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Jorge Lorenzo, et Andrea Iannone

C'est un Marc Marquez éprouvé mais habité du devoir accompli qui en a terminé avec son Grand Prix d'Espagne disputé sur le tracé de Jerez. Certes, le champion du monde en titre n'a pu reproduire son récital de l'an passé qui l'avait vu franchir en tête son rendez-vous national. Mais au vu des circonstances, il ne s'en sort pas si mal. Diminué par une blessure au doigt qui l'a perturbé dans son pilotage, il est aussi tombé sur un Jorge Lorenzo des beaux jours. De quoi être comblé par cette deuxième place.

Non seulement des beaux jours, mais aussi carrément le grand jour d'un rival à la Yamaha qui, selon l'aveu de l'homme de Cervera, aurait été difficilement prenable, même dans des conditions normales : "J'ai pourtant essayé, mais lorsque j'ai vu comment Jorge pilotait aujourd'hui, je me suis dit que, définitivement, c'était son jour, que ma place devait être au mieux la deuxième" a reconnu le pilote du HRC. "Il était vraiment rapide. Bien sûr, sans ma blessure, j'aurais été plus rapide, mais ce n'est pas une excuse. Jorge était tout simplement meilleur que nous."

Cependant, il a fallu serrer les dents pour arracher ce résultat qui lui permet de rester parmi les favoris dans la course au titre : "Après six ou sept tours, j'ai commencé à compenser avec mon bras droit ma blessure pour tenir toute la course, et j'ai commencé à avoir des crampes. J'ai alors relâché un peu mon effort et c'est alors que Valentino Rossi a commencé à combler l'écart. Je me suis alors dit qu'on allait remettre ça après l'Argentine ! Mais j'ai remis un peu de rythme et j'ai pu contrôler son retour."

Bien sûr, sans ma blessure, j'aurais été plus rapide, mais ce n'est pas une excuse. Jorge était tout simplement meilleur que nous

Marc Marquez

"La Honda est une moto physique à piloter, elle bouge beaucoup si bien que chaque problème est exacerbé. Mais lorsque tout va bien, elle est redoutable. Là, j'avais du mal à contrôler ses accélérations en ligne droite. Je souffrais moins dans les virages. De toute façon, Jerez est l'un des tracés qui nous est le moins favorable avec le Qatar. Donc ça ira mieux ailleurs."

Reste qu'avec cette blessure et l'absence de Dani Pedrosa, les troupes Honda se trouvent elles aussi handicapées. Mais dans le domaine du retour technique cette fois. Une conjoncture qui va se répéter dès demain, lundi : "Je ne ferai pas les tests prévus demain lundi," annonce le double champion du monde. "Je préfère me préserver et ne pas risquer une chute et donc une autre blessure."

Une situation qui, immanquablement, remet sur le devant de la scène le retour non adoubé par Honda de Casey Stoner qui voudrait sortir de sa retraite pour aider. "Hiroshi Aoyama est un bon pilote qui fait du bon travail," élude Marc Marquez en mettant en avant l'actuel remplaçant de Dani Pedrosa qui a pourtant chuté ce dimanche. "Il réalise des temps compétitifs lorsqu'il faut essayer quelque chose. Mais vous savez, Dani roule avec une moto différente de la mienne, chaque équipe travaille selon ses impératifs dans le box. Je ne me concentre que sur mon équipe."

Marc Marquez est à présent quatrième au championnat à vingt-six points du leader Valentino Rossi, troisième au terme de ce Grand Prix d'Espagne disputés à Jerez.

Prochain article MotoGP
Course – Jorge Lorenzo a pris ses aises à Jerez

Article précédent

Course – Jorge Lorenzo a pris ses aises à Jerez

Article suivant

Rossi remercie Marquez de l'avoir tenu éveillé

Rossi remercie Marquez de l'avoir tenu éveillé

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Espagne
Lieu Circuito de Jerez
Pilotes Marc Márquez Boutique
Équipes Repsol Honda Team
Auteur André Christian Cahuzac
Type d'article Résumé de course