Marini face à la rumeur : "Ça me met vraiment en colère"

Luca Marini dément les rumeurs qui le disent en quête d'un nouveau guidon après seulement cinq Grands Prix chez Honda. Agacé par ces spéculations, il réitère sa confiance dans le projet de reconstruction actuellement mené par le HRC.

Luca Marini, Repsol Honda Team

Depuis le dernier Grand Prix en date, des rumeurs ont largement circulé dans la presse italienne et espagnole faisant état de la supposée envie de Luca Marini de rompre son contrat avec Honda. Lui qui se félicitait à l'automne dernier d'avoir obtenu un accord de deux ans pour épouser ce rôle de pilote officiel du HRC, serait-il déjà prêt à s'en aller, échaudé par le manque de performance ?

Le principal intéressé a répondu à la rumeur dès son arrivée à Barcelone, partageant son agacement face à des spéculations selon lui sans fondement. "Je ne sais pas pourquoi certaines personnes font circuler ces infos parce que c'est complètement faux", a-t-il déclaré au site officiel du MotoGP. "Et ça me met vraiment en colère, car je suis vraiment satisfait du travail ici. J'ai trouvé un très bon groupe, j'adore travailler avec les Japonais."

Aux yeux de Luca Marini, toute spéculation sur son avenir est totalement prématurée à ce stade alors qu'il ne fait que commencer la première de ses deux saisons de contrat : "On n'a fait que cinq courses, c'est beaucoup trop tôt pour penser à ces choses-là. J'ai vraiment confiance dans ce projet. On sera en meilleure position dans le courant de la saison, il faut juste attendre. En tout cas, je suis pleinement concentré sur mon projet ici car je prends beaucoup de plaisir."

Lire aussi :

"Je suis très satisfait d'être ici chez Honda", a-t-il poursuivi lors de sa rencontre avec les médias à la veille des premiers essais du GP de Catalogne. "J'ai vraiment confiance dans ce projet. On n'a fait que cinq courses, c'est le tout début de la saison, tout peut changer pendant la saison parce qu'Honda pousse fort, ils travaillent beaucoup et nous apportent de nouvelles pièces, de grosses pièces, à chaque test. Je suis donc complètement focalisé sur [ce que je fais] ici et très satisfait du travail avec eux."

Après ces cinq premiers Grands Prix, Luca Marini est le seul pilote titulaire à ne pas avoir encore marqué de points au championnat. Il n'a pourtant abandonné qu'une seule fois, lors de la course sprint de Jerez, mais avouait après le GP de France sa perplexité quant à son manque d'évolution au cours des week-ends. "C'est vrai que c'est dur", concédait-il encore jeudi. "L'année dernière je me battais pour le podium à chaque course et cette année je me bats pour un point, donc c'est dur, mais je suis vraiment satisfait de toutes les personnes avec lesquelles je travaille et je crois que tout va s'arranger."

Une meilleure situation après l'été ?

À l'instar de ses compagnons d'infortune, le pilote italien s'est dit encouragé par la direction prise lors des derniers tests menés par Honda, bien qu'il ait admis qu'il s'attendait à mieux en termes de chronos. Il comprend néanmoins que le développement mené actuellement fait partie du "processus" qui doit ramener Honda vers de meilleures positions et que cela prend du temps.

"J'espère obtenir des résultats très bientôt mais je pense que la fin de la saison, vers septembre ou octobre, pourrait peut-être être une meilleure période pour nous. On a des développements et des mises à jour qui vont arriver vers la fin de la saison alors, si on travaille dans la bonne direction, on verra à ce moment-là de bons progrès dans les performances de la moto afin d'être prêts pour l'année prochain et de se battre au moins pour de meilleures positions. Ça ne sera évidemment pas simple car tous les constructeurs progressent beaucoup chaque année."

"Tout le monde s'attendait à commencer la saison avec de meilleures performances que l'année dernière, et au lieu de ça on a commencé dans une situation encore plus mauvaise que la saison dernière. On a donc perdu du temps, on a perdu quelques mois de développement, mais on revient à présent dans la bonne direction. Pour moi, c'était clair dès le premier test en Malaisie, mais on a eu besoin de temps pour en arriver là."

Lire aussi :

VIDÉO - Un tour virtuel à Barcelone en caméra embarquée

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Bagnaia n'a pas d'appréhension après sa chute de 2023
Article suivant EL1 - Jorge Martín lance le week-end devant Marc Márquez

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France