Réactions
MotoGP GP du Qatar

La stratégie de Marini gâchée par le départ de Bagnaia

Luca Marini avait établi une stratégie pour la course longue du GP du Qatar, mais le départ canon d'un certain Pecco Bagnaia l'a obligé à revoir ses plans. Il en résulte malgré tout un solide week-end qui le rapproche du top 5 du championnat.

Francesco Bagnaia, Ducati Team

Luca Marini faisait les gros titres en arrivant à Losail, compte tenu de sa position désormais centrale dans les derniers transferts attendus en vue de la saison 2024 et, loin de se laisser déconcentrer, il a réalisé son meilleur week-end d'ensemble de l'année. Le pilote du team VR46 a en effet décroché une pole position assortie du record de la piste, puis la troisième place au sprint et le même résultat dans l'épreuve principale du Grand Prix.

Pourtant, c'est avec un sourire quelque peu crispé qu'il a commenté ses performances à chaud, preuve que ce pilote discret n'en est pas moins ambitieux. Il a beau ne connaître les joies du podium que depuis sept mois, c'est bel et bien la victoire qu'il vise désormais. Mais ce week-end, il lui a chaque fois manqué ce petit quelque chose qui aurait pu la rendre possible.

Lire aussi :

Ainsi, samedi, bien que satisfait d'être dans le trio de tête du sprint pour la troisième fois en quatre Grands Prix, il s'étonnait de ses grandes difficultés avec le pneu arrière. "C'était un désastre. Au bout de quatre tours, il était complètement fini", expliquait-il. "Mais ensuite, on a regardé les données et on a compris que le problème était venu de sa pression, qui a grimpé en flèche. Ça n'arrive jamais, alors on ne comprend pas pourquoi. C'est une situation très inhabituelle, le problème vient toujours du pneu avant mais aujourd'hui, ça a été l'arrière."

En dehors de ces soucis avec le pneu arrière, qu'il voulait essayer de résoudre pour l'épreuve longue, Marini s'interrogeait sur la gomme avant, sa préférence allant à l'option tendre tandis que la majorité s'orientait vers la dure. Et, alors qu'il avait mis un point d'honneur à calquer ses choix sur ceux de ses adversaires ces derniers mois, le pilote italien s'est émancipé ce week-end en restant fidèle au soft pour la course principale. Seulement, ce choix devait appuyer une stratégie bien précise, or celle-ci s'est vite envolée.

"Un week-end très solide, je suis très satisfait du travail qu'on a réalisé ici. C'est juste dommage que mes plans aient été gâchés par Pecco au premier virage !" a-t-il ainsi souligné dans un sourire à l'heure de dresser le bilan avec le site officiel du MotoGP. "Il a pris un départ incroyable… Avec cette nouvelle Ducati, ils prennent tout le temps des départs de fou !"

Une course de gestion pour décrocher le podium

Fair-play sur ce départ canon de son compatriote, Marini a pourtant vu s'envoler la stratégie qu'il avait établie. "C'est dommage parce que mon plan était de creuser l'écart sur tous les autres pilotes en poussant fort au début de la course, quitte à stresser un peu le pneu. Mais une fois derrière lui, je me suis dit qu'il fallait gérer", a-t-il expliqué.

"Pecco est très difficile à dépasser, car il va très vite en ligne droite et il freine tout le temps très fort", a-t-il précisé, tout en ajoutant ne pas avoir voulu multiplier les risques face à son acolyte de la VR46 Riders Academy, pour ne pas compromettre ses chances de titre. "Il est certain que je ne traite pas Pecco comme les autres pilotes à ce moment de la saison. Le reste du temps, c'est pareil mais actuellement, certes, je veux le battre et si j'ai l'opportunité de le faire pour décrocher une victoire, ou une deuxième place, une quatrième ou une huitième, il est certain que j'essaierai de faire de mon mieux. Mais aujourd'hui, il a pris un départ incroyable, il a poussé fort dans les premiers tours et il a été très fort et rapide."

C'était la première fois que Luca Marini retrouvait le podium depuis le GP des Amériques.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

C'était la première fois que Luca Marini retrouvait le podium depuis le GP des Amériques.

"J'ai donc un peu géré", a-t-il poursuivi, "mais j'ai ensuite reçu une alerte pour la température du pneu avant, qui a commencé à beaucoup bouger et à me causer des problèmes. Ensuite, Fabio [Di Giannantonio] et Álex [Márquez] m'ont dépassé, j'ai perdu beaucoup de temps avec Álex et Brad [Binder] pendant la course et mes chances de victoire se sont envolées. Alors je me suis dit que j'allais essayer de bien gérer mes pneus et d'aller au bout parce qu'il était possible de monter sur le podium. C'était une bonne performance, je suis très satisfait de mon pilotage, de ma gestion pneumatique qui a été parfaite. Un week-end solide."

Lire aussi :

Après avoir obtenu samedi une quatrième médaille au sprint, c'était dimanche la deuxième fois qu'il montait sur le podium, la première remontant au GP des Amériques au printemps. Que lui manque-t-il pour gagner ? "C'est une question très difficile car si j'avais la réponse, il est certain que j'aurais déjà gagné !" a-t-il souri à cette question. "Mais je pense que je suis très performant en pneus neufs, alors que je ne suis pas très fort en course, je ne suis pas celui qui affiche le meilleur rythme, à part peut-être en Inde."

"Fabio a montré ici un très bon potentiel pendant tout le week-end, donc je savais que la bagarre contre lui pourrait être difficile. Franchement, je n'attendais pas Pecco au début de la course mais je sais qu'il fait toujours un step pour la course du dimanche. Je pense juste qu'aujourd'hui, si j'avais pris un bon départ et que j'avais essayé de m'échapper au début, j'aurais eu plus de chances mais ça n'est pas si clair. C'était très difficile de gagner ici, donc je suis ravi de ce podium."

Ce résultat le fait grimper au septième rang du championnat au détriment de Maverick Viñales. Il n'a plus que quatre points de retard sur Aleix Espargaró et dix sur Johann Zarco, avec en cas de très bon week-end à Valence et de contre-performance des deux concernés, le top 5 du classement général en ligne de mire pour ce qui sera très probablement son dernier Grand Prix sur la Ducati.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Aleix Espargaró : Franco Morbidelli "ne respecte personne"
Article suivant L'appel de RNF pour la pénalité de Miguel Oliveira rejeté

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France