Márquez arrive en Argentine sans les "doutes" de l'an dernier

C'est en pleine confiance que le Champion du monde en titre débarque en Amérique du Sud pour la deuxième manche de la saison, après avoir manqué de peu la victoire au Qatar en ouverture du championnat.

Marc Márquez en Argentine, c'est un peu l'histoire de L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde. Capable du meilleur, comme quatre pole positions – soit l'intégralité des meilleurs temps en qualifications depuis le retour de l'Argentine au calendrier du MotoGP en 2014 – et deux victoires, l'Espagnol s'est également rendu coupable de deux bévues en course, en 2015 et pas plus tard que l'an dernier, qui ont compromis un bilan qui pourrait approcher la perfection en Amérique du Sud.

Mais à la différence de l'an dernier, c'est sûr de ses forces que le numéro 93 s'avance vers le circuit de Termas de Río Hondo cette saison, après une formidable bataille pour la victoire face à Andrea Dovizioso, notamment dans le dernier tour, à Losail.

Pas mal, surtout que le palmarès du pilote ibère n'est pas des plus fournis dans le désert qatari. Alors, avec ce précédent et des tests effectués à Jerez entre les deux premières manches, l'état d'esprit est résolument optimiste. "Je suis très fier du travail que nous avons fait au Qatar, car nous avons bien travaillé avec l'équipe", se plaît à constater le quadruple Champion du monde. "Bien sûr, vous pouvez toujours progresser, mais la deuxième place là-bas, j'en suis très content. Mais nous sommes tout de suite passés à autre chose. Nous avons fait les tests de Jerez, qui étaient très importants et se sont avérés être très positifs."

Encore beaucoup d'inconnues avant de prendre la piste

De son propre aveu, la donne a changé depuis l'an passé et les tourments concernant la fiabilité et surtout la bonne transmission de puissance au sol de la RC213V. Mais en dépit des progrès de sa machine, Márquez reste prudent et attend de voir l'état de la piste – resurfacée en certains endroits – et l'évolution de la météo – qu'on annonce orageuse lors des trois prochaines jours – avant de se voir beau ce week-end.

"Nous arrivons en Argentine dans un autre contexte que l'an dernier", observe-t-il. "L'an dernier, nous étions venus ici avec des doutes. Bien sûr, nous allons voir quel est le niveau des adversaires, quel est l'état de la piste, son niveau d'adhérence. Il y a quatre types de pneus pour l'avant, quatre pour l'arrière, beaucoup de questions concernant la météo. […] Je pense que Michelin a bien fait, car quand vous avez un nouvel asphalte, il vous faut être sûr, et avoir les options nécessaires pour courir le dimanche."

Plus de possibilités au niveau pneumatique, une piste dont les principales aspérités du revêtement ont été arasées, les facteurs convergent tout de même pour que l'Espagnol soit redoutable ce week-end et éloignent les risques qui ont pu mener à sa chute en début de course l'an passé. "C'est un circuit que j'aime, un circuit sur lequel je suis compétitif, et il convient bien à mon style de pilotage", reprend-il. "L'an dernier j'ai fait une grosse erreur, car j'ai beaucoup trop attaqué lors des premiers tours, avec le pneu le plus dur à l'avant et alors qu'il y avait beaucoup de bosses sur la piste. C'était mon erreur, mais on va essayer de passer à autre chose, car mon objectif cette année, c'est d'arriver sur le podium." Et sans doute plus précisément sur sa première marche.  

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Argentine
Circuit Autodromo Termas de Rio Hondo
Pilotes Marc Márquez
Équipes Repsol Honda Team
Type d'article Preview