Márquez battu sur le fil : "J'avais déjà atteint mon objectif"

Si la course s'est jouée à la photo-finish, le leader du championnat relativise sa défaite à Silverstone et assure avoir établi volontairement une stratégie qui lui faisait prendre ce risque pour les derniers tours.

Márquez battu sur le fil : "J'avais déjà atteint mon objectif"

Pour la deuxième course de suite, Marc Márquez a vu la victoire lui échapper alors que le drapeau à damier était en vue. Après avoir été vaincu par Andrea Dovizioso dans le dernier virage du GP d'Autriche, en Grande-Bretagne c'est même après ce virage, véritablement sur la ligne d'arrivée, qu'il s'est incliné face à Álex Rins. Mais le pilote Honda l'assure : c'était un risque assumé au vu des "difficultés" avec lesquelles il devait composer.

Lire aussi :

Parti de la pole position, Márquez a d'abord tenté de s'échapper en tête, et ce en vain en dépit du fait que deux de ses principaux rivaux ont été éliminés dès le premier virage. "Ma stratégie était d'attaquer fort au début, parce que je savais que si je gagnais une seconde au début j'allais m'échapper, mais je n'ai pas réussi, mes sensations n'étaient pas les meilleures", explique-t-il. S'en sont suivis 18 tours durant lesquels le pilote Suzuki est sagement resté dans la roue du #93, contrer de faire le job en tête.

"J'ai fait toute la course devant. À la mi-course, j'ai juste essayé de jouer un peu pour économiser mes pneus. [Je voulais] laisser passer Rins et ensuite essayer de le suivre", relate-t-il. "Quand j'ai essayé de faire cette stratégie en milieu de course pour le suivre pendant quelques tours, afin d'économiser un peu de gomme et de carburant et de savoir où il était en difficulté, il a encore plus coupé les gaz, on a perdu près d'une seconde en un tour et j'ai vu que Viñales revenait. Alors je me suis dit 'La victoire ne m'importe pas, ce sont les points qui m'importent'. Je savais que si je restais là je pourrais ne marquer que 16 points sur cette course, et je savais que si j'attaquais je pourrais en marquer 25 ou 20. Alors j'ai poussé encore et encore."

Moins de gomme, moins de carburant, moins d'énergie

Pris à son propre piège, Márquez s'avançait donc vers une explication finale pour laquelle il se présentait en infériorité par rapport à son adversaire. "À deux tours de la fin, il m'a déjà montré où il voulait attaquer, dans le dernier virage. Je me suis dit 'OK, je n'ai plus de grip, mais je vais essayer de me défendre'. Je me suis très bien défendu sur mes points de freinage, qui étaient mes points forts. Dans le dernier virage, j'ai essayé d'être encore plus à l'intérieur, j'étais très rapide mais à un endroit j'ai soudain commencé à glisser. Il y a alors deux options : continuer et essayer de gagner la course ou bien tomber. Je me suis dit que j'allais jouer un petit peu plus la sécurité, et juste fermer un peu plus les gaz. Rins a fait un dernier tour incroyable."

Si Rins a pu réaliser ce dernier tour incroyable, c'est d'après Márquez car il était plus "frais" face au lièvre qu'avait été le pilote Honda durant toute la course. Mais c'est bien le risque qu'anticipait le leader du championnat et qu'il a pris en toute connaissance de cause, ayant préalablement réussi à réduire le nombre de rivaux pouvant ainsi le battre sur le fil.

"Ma stratégie pour la course était très facile, très précise. Il ne s'agissait pas de faire la meilleure stratégie pour gagner la course, mais juste de faire la meilleure stratégie pour réduire le groupe de tête parce qu'on peut alors perdre moins de points. Je sais qu'en menant la course on use plus les pneus, on se fatigue plus physiquement et on use plus de carburant", pointe celui qui est tombé en panne d'essence dans son tour d'honneur, "mais en tout cas mon principal objectif était de marquer beaucoup de points pour le championnat. Je me suis dit que j'allais mener la course, attaquer encore et encore pour essayer de réduire le groupe de tête. Et c'est ce que j'ai fait, à la fin il n'y avait que Rins et moi. Bien sûr il était plus frais dans les derniers tours, mais j'avais déjà atteint mon objectif."

Lire aussi :

Márquez sait précisément comment il a usé ses gommes au point de ne plus avoir suffisamment de répondant dans les derniers kilomètres : "Un de mes points forts, ce sont les points de freinage, mais pour freiner très, très tard j'ai freiné avec les deux pneus. Et puis j'ai tout le temps mené la course et ici c'est un circuit long et quand vous êtes devant, vous stressez beaucoup plus les pneus parce qu'il faut pousser beaucoup plus fort pour garder la même vitesse en milieu de virage. J'ai compris tout de suite que ce serait comme ça. Dans une autre situation je serais peut-être resté derrière et j'aurais juste attaqué dans les cinq derniers tours, mais ma stratégie était claire dès le départ : attaquer au départ et essayer de jouer à la fin. Ma stratégie était de faire en sorte que le groupe soit plus petit, mais je savais qu'on use ainsi plus le pneu arrière."

"J'ai tout donné, j'ai fait le plus dur et j'ai perdu à la fin ! Je ne suis pas content de la course, mais bien sûr je suis content pour le championnat", souligne tout de même Marc Márquez, pour qui le bilan reste positif. "Pour moi, cela a été une super course et un super résultat pour le championnat. […] Le plus important c'est que je marque 20 points de plus au championnat. On est arrivé avec une avance de 58 points et on en a maintenant 78." Cet écart est cependant aussi dû à l'abandon d'Andrea Dovizioso, pour qui le #93 a tenu à avoir un mot de compassion avant même d'avoir vu sa lourde chute : "C'est dommage que Dovi ait été à nouveau écarté sans que ce soit de sa faute. J'aime avoir tous mes adversaires en piste et c'est dommage pour Dovi. Je lui souhaite le meilleur parce que j'ai entendu que c'était une grosse chute."

Lire aussi :

partages
commentaires
Rins, vainqueur d'une course "folle" très importante pour Suzuki
Article précédent

Rins, vainqueur d'une course "folle" très importante pour Suzuki

Article suivant

Déception pour Rossi, trop loin du podium

Déception pour Rossi, trop loin du podium
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021