Márquez battu par Pedrosa mais en phase avec ses objectifs

Le Champion du monde en titre a beau s'être incliné face à son coéquipier, il a assuré l'essentiel en qualifications en devançant les deux pilotes Yamaha officiels.

Une fois n'est pas coutume, Marc Márquez a dû s'incliner face son coéquipier Dani Pedrosa dans l'exercice des qualifications. Une défaite purement symbolique, mais avec les honneurs, au terme d'un remarquable duel entre les deux pilotes Honda.

La deuxième place demeure par ailleurs un résultat dont le Champion du monde en titre se contente amplement, étant donné que ses principaux rivaux au classement général figurent derrière lui au terme des qualifications – Maverick Viñales ayant signé le quatrième temps et Valentino Rossi le septième.

Une situation qui n'était pas jouée d'avance pour le pilote espagnol, sur un tracé où il ne s'est imposé qu'à une seule reprise, en 2014, et où il a toujours rencontré des difficultés. "Je suis très content de cette deuxième place, car normalement Jerez est un endroit où je rencontre des problèmes", reconnaît-il. "Mais aujourd'hui je me suis bien senti, j'ai été à l'aise. Avec les premiers pneus, la stratégie était effectivement d'attaquer." 

Pedrosa comme source d'inspiration

D'attaquer oui, et de sortir même la grosse attaque pour tenter de préserver face à son coéquipier sa première place temporaire en haut de la feuille des temps, malheureusement sans succès. "Quand j'ai vu Dani [Pedrosa] devant moi, j'ai voulu le suivre sur deux ou trois virages où selon les datas il est plus rapide que moi. Dani a été très rapide tout le week-end dans le virage 3, mais aussi dans le virage 8 et dans l'entrée du virage 9. J'ai donc essayé de voir comment il faisait."

Le numéro 93 a donc tout donné pour tenter de décrocher une seconde pole position de rang après celle d'Austin, mais a frôlé le pêché d'orgueil en manquant de perdre le contrôle de sa RC213V dans son dernier tour lancé. "J'ai fait "tapis" dans le dernier tour, et j'ai failli chuter", relate-il, non sans montrer son impatience en vue de la course de demain après cette mise en bouche alléchante. "Le rythme est bon, et il faudra voir ce que ça donne demain avec des températures plus élevées. Le choix des pneus sera bien sûr crucial."

 

Si la course pourrait bien se résumer au duel annoncé entre les deux pilotes officiels Honda, le scénario du Grand Prix des Amériques il y a deux semaines pousse néanmoins à la prudence. Cette fois-ci, et en dépit de la très relative méforme des Yamaha, les deux pilotes de la marque aux trois diapasons pourraient bien faire office de trouble-fête. "Ce sera une course difficile ici", reprend Márquez. "Il semble que Maverick [Viñales] a un meilleur rythme que Valentino [Rossi], mais de toute façon avec Valentino vous n'êtes jamais sûr de rien. Demain, il sera dans le coup, il sera rapide." 

Le vainqueur d'Austin estime en effet que la nouvelle hausse des températures attendue demain pourrait bien favoriser les Yamaha. "Mais à Jerez, les conditions changent jour après jour. Peut-être que demain avec des températures plus élevées les Yamaha fonctionneront mieux", avance-t-il. "L'une des clés cette année, c'est que les pneus sont très sensibles. Ils changent [le comportement des pneus] en fonction de la température, des réglages de la moto. Ce sera intéressant de voir ce que ça donne demain."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Espagne
Sous-évènement Qualifications
Circuit Circuito de Jerez
Pilotes Marc Márquez
Équipes Repsol Honda Team
Type d'article Réactions