MotoGP
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
66 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
73 jours
C
GP de Saint-Marin
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
101 jours
25 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
116 jours
02 oct.
-
04 oct.
Prochain événement dans
123 jours
C
GP du Japon
15 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
136 jours
C
GP de Malaisie
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
150 jours
13 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
165 jours
20 nov.
-
22 nov.
Prochain événement dans
172 jours
27 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
179 jours

Puig : Márquez se serait battu pour la victoire au Qatar

partages
commentaires
Puig : Márquez se serait battu pour la victoire au Qatar
Par :
2 avr. 2020 à 12:00

Pour le team manager de l'équipe Repsol Honda, cela ne fait aucun doute : Marc Márquez aurait joué la gagne si le MotoGP avait couru au Qatar et il sera bien au rendez-vous dès la reprise.

À l'instar de la grande majorité des acteurs du paddock, Alberto Puig est actuellement en confinement, ayant choisi de s'installer auprès de ses parents, dans la banlieue de Barcelone, juste avant la mise en place des mesures gouvernementales en Espagne. C'est de là qu'il suit l'évolution de la crise résultant de la propagation du COVID-19 et de ses effets sur le MotoGP, et de là aussi qu'il a accepté de répondre aux questions de de Motorsport.com, par téléphone. L'occasion d'évoquer l'impact de cette situation inédite sur le championnat et sur l'équipe tenante des titres, ainsi que ses pilotes.

Avez-vous entendu parler de cas de contamination au sein du HRC ?

Pas que je sache, non, pas dans notre équipe, mais on ne sait jamais.

Est-il possible de travailler en période de confinement ou d'isolement ?

La chose la plus productive que nous pouvons faire, nous qui sommes confinés, c'est de rester en vie. Cela, alors que 700 personnes risquent de mourir chaque jour [en Espagne]. Je sais que cela semble un peu apocalyptique, mais c'est la priorité. De là où je suis, je parle aux pilotes et aux mécaniciens, et j'essaie de garder le moral. Je parle avec le Japon, où les usines n'ont pas été fermées, et c'est à peu près tout. Nous attendons que l'organisation donne son feu vert et propose un nouveau calendrier, mais nous ne pouvons pas faire grand-chose d'autre.

Et que fait Honda au Japon ?

La moto de 2020 est déjà faite et, selon la réglementation en vigueur, le moteur est gelé. Mais évidemment, dans les domaines dans lesquels on peut travailler, tout le monde essaie d'apporter de petites améliorations. Nous parlons du châssis, de certains aspects au niveau aérodynamique, mais d'éléments très spécifiques. La structure de base ne peut pas être changée.

Lire aussi :

Y a-t-il des lignes directrices ou y a-t-il eu des consignes de la part de Honda ?

Au début, Honda [au Japon] n'était pas pleinement conscient de l'ampleur du problème en Espagne. Au fil des jours, ils se sont rendu compte que nous sommes confrontés à un véritable drame plus qu'à un problème. Eux peuvent plus ou moins maintenir leur quotidien, soit parce qu'ils ont su mieux contenir la propagation, soit parce que le virus est moins virulent [chez eux].

Cette situation exceptionnelle cause-t-elle de nombreuses difficultés aux sponsors ?

Nous avons beaucoup de chance d'avoir Repsol, avec qui nous sommes depuis longtemps. C'est une entreprise qui a une grande responsabilité sociale, qui comprend la situation dans laquelle nous nous trouvons. Évidemment, personne n'aime investir de l'argent dans quelque chose qui ne se tient pas [le championnat], et c'est pourquoi Repsol est très généreux. Et les autres sponsors que nous avons comprennent cela également.

Alberto Puig, team principal Repsol Honda Team

Est-ce que Honda a fixé une date, même si elle n'est que symbolique et ne sert qu'à se motiver, à laquelle vous pensez que le championnat pourrait reprendre ?

Nous sommes entre les mains de la Dorna, qui a déjà montré qu'elle sait gérer les situations de crise. Lorsque l'organisateur établira un nouveau calendrier, Honda sera présent sur la grille de départ de la première course.

Lire aussi :

Les Jeux olympiques ont été reportés d'un an et cela a perturbé la préparation de presque tous les athlètes. Comment l'incertitude actuelle affecte-t-elle un pilote qui s'est entraîné pendant l'hiver et qui a pris part aux tests ?

Un pilote et un athlète sont deux profils de sportifs très différents. La performance d'un athlète est dans la plupart des cas régie par sa préparation physique. Il s'entraîne six jours par semaine à raison de six heures par jour, et s'il manque un seul jour, il n'atteint pas le niveau. La moto, c'est une autre histoire, car les choses ne dépendent pas seulement de votre corps. Rester à l'arrêt aussi longtemps n'est pas bon, mais après un jour ou deux en selle, les pilotes se remettent rapidement dans le bain. Ils devront s'adapter un peu car le championnat ressemblera probablement un peu plus à un sprint. Mais il ne leur faudra pas longtemps avant d'être rapides.

Quelle est l'influence de cette pause sur Marc, sachant qu'il aurait été très juste pour la première course à cause de l'opération de son épaule ?

Si nous avions commencé au Qatar, Marc n'aurait pas été à 100%. Son épaule va bien, mais il n'est pas du tout content de cette inactivité. Il aurait préféré commencer au Qatar, c'est sûr. Il l'aurait fait à 65% ou 70% de ses capacités, mais contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, cela ne l'aurait pas empêché de se battre pour la victoire le dimanche. Beaucoup se frottaient les mains en disant que Marc Márquez n'était pas en forme. Et c'est vrai, il n'était pas prêt. Mais de là à penser que ce soir-là il n'aurait pas affiché un niveau digne de sa catégorie, il y a un gouffre. Il aurait beaucoup souffert, mais il s'en serait sorti parce que c'est un garçon très spécial.

Et comment va Álex ?

Pour Álex, cette inactivité est une mauvaise chose, vraiment, car il est nouveau dans la catégorie. Le MotoGP exige beaucoup de pratique. Il a fait la pré-saison que nous attendions, et petit à petit il va falloir qu'il trouve sa place. C'est l'approche logique pour quiconque arrive en MotoGP, sauf si l'on parle d'un monstre. Dans des conditions normales, ces étapes sont nécessaires, et c'est là qu'en est Álex.

Voir aussi :

Article suivant
Le GP de France reporté à une date inconnue

Article précédent

Le GP de France reporté à une date inconnue

Article suivant

Pol Espargaró : "Ma priorité est de rester chez KTM"

Pol Espargaró : "Ma priorité est de rester chez KTM"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Marc Márquez Boutique , Álex Márquez
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Oriol Puigdemont