Márquez : "Avec les bosses ce sera plus serré"

Le pilote Repsol Honda est d'emblée performant au Texas, néanmoins il craint que les nombreuses bosses ne viennent troubler la donne dimanche.

Envisager de battre Marc Márquez à Austin n'est pas une mince affaire, lui qui a remporté toutes les pole positions et toutes les victoires sur place depuis l'arrivée de la piste au calendrier MotoGP, en 2013. Plus globalement, en 32 séances auxquelles il y a pris part (outre les courses), le meilleur temps ne lui a échappé que sept fois (dont une aujourd'hui), et ce sans jamais ébranler suffisamment sa domination pour lui empêcher au final de s'imposer.

Et si l'état de la piste constituait cette année le premier Talon d'Achille sérieux du pilote Honda sur son terrain de jeu favori ? Le fait est que les nombreuses irrégularités du bitume texan ont remplacé aujourd'hui la polémique du GP d'Argentine parmi les sujets les plus débattus dans le paddock, les pilotes s'inquiétant des bosses toujours très présentes malgré de récents travaux. Et, pour Márquez, cela ne fera que resserrer la compétition ce week-end.

"Je crois que tout le monde s'attendait à moins de bosses cette année, mais on en a autant que l'année dernière", constate le pilote espagnol. "Tout le monde s'attendait à une piste plus lisse, mais c'est pareil. C'est plus difficile de piloter comme ça, surtout parce qu'on peut moins attaquer. La limite arrive plus tôt, on ne peut pas glisser, tourner comme on veut. Je crois qu'avec les bosses ce sera plus serré."

"L'année dernière, on a demandé à la sécurité de réduire les bosses, et ils ont essayé. Mais, chaque année quand on vient ici, pour moi c'est comme si quelque chose bougeait sous le sol. C'est comme si la piste bougeait, ce ne sont pas des bosses normales. Chaque fois, les bosses et l'inclinaison des virages sont différentes."

C'est justement par la présence d'une bosse que Márquez explique sa chute du jour, sur venue dans le virage 11 peu après la mi-séance des EL2. "Il y a beaucoup de bosses. On essayait des réglages différents et j'ai freiné plus tôt que dans le tour précédent, mais je crois que j'étais un peu plus à l'intérieur. J'ai pris une bosse et j'ai perdu l'avant. Il faut être très précis et prudent parce qu'avec une petite bosse, l'avant se bloque et c'est assez dangereux."

À 56 millièmes d'une journée parfaite

Malgré ce constat de conditions compliquées, le pilote Repsol a su se montrer performant. Leader des EL1 de bout en bout, il a longtemps dominé la deuxième séance avant d'être battu sur le fil par Andrea Iannone, qui l'a devancé pour 0"056. Celui qui a le plus attiré son attention est toutefois Maverick Viñales, dont le dernier run, réalisé avec deux pneus medium neufs, lui a valu d'enchaîner trois torus très prometteurs en 2'05"4, 2'05"1 et 2'04"8.

"J'ai fait mon meilleur temps avec le pneu arrière hard, ainsi que le soft à l'avant parce que quand je suis tombé j'étais avec le medium, il a été un petit peu abîmé et on l'a changé. On a un peu progressé dans les réglages de la moto, mais je n'ai pas trouvé les bonnes sensations. Il faut donc qu'on progresse, néanmoins dans l'optique de la course je me sens bien, je suis content, j'ai bien piloté et on verra demain si ce sera sec ou mouillé. On a un bon rythme, le meilleur pour le moment, mais le plus important c'est le dimanche. Pour le moment, Viñales n'est pas loin, mais il faut qu'on continue à travailler comme ça."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP des Amériques
Sous-évènement Essais Libres - Vendredi
Circuit Circuit of the Americas
Pilotes Marc Márquez
Équipes Repsol Honda Team
Type d'article Réactions