Face à Dovizioso, Márquez a enfin trouvé la clé dans le dernier virage

partages
commentaires
Face à Dovizioso, Márquez a enfin trouvé la clé dans le dernier virage
Par : Léna Buffa
13 oct. 2018 à 17:20

La quatrième tentative aura été la bonne : Márquez est parvenu à battre Dovizioso dans le dernier virage du GP de Thaïlande, en s'employant à suivre la stratégie qu'il avait prévue.

Après avoir été ces derniers mois battu par trois fois dans le dernier virage par Andrea Dovizioso, Marc Márquez a pris sa revanche lors du Grand Prix de Thaïlande. Alors que les deux hommes livraient un nouveau duel acharné, cette fois l'Espagnol a trouvé la clé pour arracher la victoire à son rival. La différence avec les trois épisodes précédents était cependant de taille : à Buriram, c'est bien le numéro 93 qui se trouvait en tête avant le dernier virage ; poussant Dovizioso à plonger pour l'attaquer, il a pu répliquer et rester sur la meilleure trajectoire.

Lire aussi :

"J'ai essayé de gérer de la même façon qu'en Autriche avec Jorge [Lorenzo], afin d'arriver devant dans le dernier secteur. C'était le principal objectif pour moi", reconnaissait le pilote Honda. "En Autriche je n'y suis pas arrivé parce que j'ai mal géré le virage 3, mais ici j'ai préparé pendant toute la course mon dépassement dans le virage 5 et ensuite j'ai réussi à le faire."

"À trois tours de la fin, j'ai tenté une première fois à cet endroit, pour voir, mais je n'ai pas réussi à stopper la moto. L'arrière sautait beaucoup, j'ai commencé à avoir du chattering. Je me suis dit que si Dovi arrivait devant, il allait gagner. Ensuite, j'ai juste essayé d'abattre mes cartes d'une autre façon et ça a bien fonctionné, mais c'était très, très serré."

"J'étais Dovi et il était Marc"

Bien qu'il estime que Dovizioso méritait autant cette victoire que lui, Márquez se réjouit d'avoir cette fois pu mettre en pratique ce qu'il a appris à ses dépens lors des trois courses qu'il a perdues dans le dernier virage face à l'Italien.

"Je suis très, très heureux, parce que c'est la première fois que je bats une Ducati dans le dernier virage !" s'enthousiasmait-il à chaud auprès du site officiel du MotoGP, concédant cependant qu'il n'avait pas réussi à prendre l'avance qu'il aurait souhaité plus tôt dans la course. Face à un Dovizioso très compétitif, le pilote Honda n'avait donc pas d'autre choix que de s'en remettre au verdict des derniers mètres...

 

"On a inversé nos styles, j'étais Dovi et il était Marc", sourit l'Espagnol. "Il entrait très vite dans les virages, un peu en glissade. Il est passé tout près d'atteindre son objectif, qui est une sorte de block-pass, mais j'ai réussi à l'arrêter dans les derniers mètres. C'était exactement la même manœuvre qu'en Autriche l'année dernière."

Interview :

Le GP d'Autriche 2017 avait en effet donné le coup d'envoi de ces superbes confrontations finales entre Dovizioso et Márquez, lorsque le pilote Ducati est parvenu à répliquer à son rival qui, tentant le tout pour le tout, venait de se jeter dans le dernier virage pour le passer. Quelques semaines plus tard, c'était bis repetita au Japon, cette fois sous la pluie, avec un Márquez une nouvelle fois incisif mais trop long dans le dernier virage. Puis, au début de cette saison, c'est au Qatar qu'un épisode similaire s'est produit, avec toujours le même dénouement en faveur de Dovizioso.

"L'année dernière ainsi que cette année, on a déjà eu de superbes bagarres, et c'est bien parce qu'elles durent toujours jusqu'au dernier virage. J'essaye toujours de tout donner jusqu'au dernier mètre, mais Dovi le fait lui aussi. C'est ce qu'il y a de bien, il y a toujours du respect, mais on a des styles de pilotage très différents, des motos très différentes, il a ses points forts et j'ai les miens. C'est ce qui fait qu'on arrive à 'jouer' de la bonne manière dans notre façon de dépasser l'autre", analyse le leader du championnat.

Prochain article MotoGP
Dix ans après le fournisseur unique, les pneus toujours aussi cruciaux

Article précédent

Dix ans après le fournisseur unique, les pneus toujours aussi cruciaux

Article suivant

Espargaró : "Trop compétitif pour juste remplir une place sur la grille"

Espargaró : "Trop compétitif pour juste remplir une place sur la grille"
Charger les commentaires