Márquez : Dovizioso ? Il n'est rapide que sur certains circuits

Vaincu à la régulière par un Dovizioso transcendé, le pilote Honda sait qu'il réalise une saison plus complète que son rival et qu'il peut faire valoir sa régularité pour mener un championnat solide.

Márquez : Dovizioso ? Il n'est rapide que sur certains circuits

Marc Márquez a dû s'incliner en Autriche, battu par un Andrea Dovizioso au sommet de son art dans un dernier virage qui a laissé le public en apnée. Visiblement un peu pincé par sa défaite, lui qui mentionnait à chaud avoir fait une erreur dans son choix de pneu, le leader du championnat du monde a rapidement su faire la part des choses et retenir l'essentiel : cette année, ce n'est que la deuxième fois que le pilote Ducati l'a ainsi poussé dans ses retranchements.

Voir aussi :

"J'ai essayé jusqu'à la fin et je savais que le dernier virage serait très dur, parce que si je freinais trop tard alors il m'aurait passé avant la ligne d'arrivée", explique le #93 auprès du site officiel du MotoGP. "Je m'y attendais et c'est pourquoi je suis entré vite et j'ai glissé, mais il a mieux ralenti : c'était dur de stopper la moto là-bas et ma protection de frein avant s'est attachée à sa moto : quand il m'a passé, il y a eu un contact, la protection a cassé, je suis parvenu à ne pas chuter et c'est déjà énorme !"

"J'ai préféré le dernier tour de Brno à celui-ci !" admet Márquez avec le sourire, lui qui était arrivé en Autriche avec le souhait d'accrocher à son palmarès cette victoire, la seule qui lui manque au calendrier actuel. Le bilan final reste tout de même glorieux, avec un nouveau record absolu et, pour la troisième année consécutive, la pole et la deuxième place, mais pour la victoire il faudra donc repasser car Ducati reste invincible.

"Je suis content de ces 20 points et il faut qu'on continue comme ça : c'est mon plus mauvais résultat du championnat à ce stade, mis à part Austin où je suis tombé. Le plus important c'est que quand on est difficulté, on est là, en bagarre pour la victoire", retient toutefois le pilote Honda. "Dovi, je sais que quand il est rapide, il l'est vraiment, mais il n'est rapide que sur certains circuits. Le plus important pour nous c'est le championnat. On est rapides sur tous les circuits et il faut qu'on garde la même mentalité car notre objectif c'est le championnat."

Lire aussi :

La semaine prochaine, le championnat a rendez-vous sur un autre type de piste, plus complexe encore pour l'Espagnol si l'on en croit le fait qu'il ne s'y est plus imposé depuis 2014 et n'y est pas monté sur le podium lors de ses trois dernières participations. Silverstone posera un autre type de défi, mais le redoutable champion de Cervera sait faire la part des choses et, aussi attrayant soit-il de tenter de repousser ses propres limites, c'est avec du recul qu'il veut mener sa course.

"Ma mentalité est celle d'un winner et j'aborde chaque week-end avec pour objectif d'essayer de gagner la course. [Au Red Bull Ring], on a travaillé de manière très solide parce qu'on savait que Dovi était sur l'un de ses meilleurs circuits. J'ai déjà appris il y a quelques années que si l'on gagne le championnat en fin de saison, personne ne se souvient de qui a gagné la course jusqu'à ce qu'on y revienne l'année suivante."

"[À Silverstone], on verra, c'est un de mes pires circuits, mais l'année dernière on n'était pas loin et je pense que cette année ça peut changer et on peut être plus compétitifs. Il faut qu'on voie bien quel est notre principal objectif là-bas et comment est le nouvel asphalte, parce que ce sera l'un des plus grands facteurs du week-end", prévient-il.

Pour ce Grand Prix de Grande-Bretagne, le pilote Honda s'autorise aussi à utiliser une RC213V différente, après avoir choisi en Autriche de faire confiance au nouveau châssis du HRC, ainsi qu'à des nouveautés aérodynamiques. De toute évidence, le HRC a désormais un jeu de cartes riche dans lequel il peut piocher pour utiliser à chaque Grand Prix l'atout le plus adapté.

"La spoon, c'était pour l'effet d'appui sur le point de freinage et c'était une petite aide. L'aéro, c'était pour le wheeling et ça a un peu aidé aussi et c'est la raison pour laquelle on a pu rester avec Dovi. Pour le châssis, on a encore des doutes", explique-t-il. "On l'a essayé vendredi et le feeling était meilleur tout comme son potentiel sur la piste et c'est la raison pour laquelle on l'a utilisé. Peut-être qu'on fera une nouvelle comparaison à Silverstone, parce que le châssis [standard] a aussi des points très positifs."

Avec Guillaume Navarro

partages
commentaires
Battre les Yamaha factory, encore une surprise signée Quartararo
Article précédent

Battre les Yamaha factory, encore une surprise signée Quartararo

Article suivant

Les constructeurs veulent jouer la prudence avec le règlement moteur

Les constructeurs veulent jouer la prudence avec le règlement moteur
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021