Márquez enfin plus à l'aise avec sa Honda

Le pilote Honda n'aura finalement pas réussi à battre Viñales à l'issue des trois jours d'essais à Phillip Island. Mais l'Espagnol peut se féliciter des progrès constatés sur sa moto, qui semble enfin lui convenir.

Marc Márquez n'aura finalement pas réussi à devancer son compatriote Maverick Viñales, dans un remake du duel qui les a opposés hier. Néanmoins le pilote Honda peut s'enorgueillir des nouveaux progrès réalisés sur sa moto, et d'avoir enfin de bonnes sensations à son guidon.

Comme hier, le mano a mano a repris très vite entre les deux hommes, après un premier quart d'heure de roulage dédié aux essais de départ et un premier temps de référence fixé par Jorge Lorenzo sur sa Ducati. 

Toujours à la recherche de solutions pour remédier aux problèmes électroniques qui ont accablé jusqu'ici sa RC213V, Márquez a de nouveau passé beaucoup de temps en piste, avec 96 tours couverts. Un roulage payant puisque le triple champion du monde a semblé enfin convaincu par le comportement de sa machine à la fin de cette ultime journée de tests. "Ici, j’ai été rapide dès le premier jour mais pas content de mes sensations avec la moto", rappelle l'Ibère. "Mais cela est allé dans le bon sens, et cet après-midi nous avons amélioré plusieurs éléments. Étape par étape, nous nous rapprochons du gars le plus rapide et c’est la chose la plus importante, de travailler dans votre garage, à votre façon, afin de trouver la meilleure base pour la saison 2017."

Le "gars le plus rapide", c'est bien sûr le nouvel arrivant chez Yamaha, Maverick Viñales, qui a conclu jusqu'ici chacune de ses séances d'essais collectives (Valence, Sepang et ici, à Phillip Island) en haut de la feuille des temps.

Séance d'observation

Mais malgré cet état de fait, Márquez ne semble pas inquiet quant à sa capacité à jouer à armes égales cette saison avec le jeune pilote de 22 ans. Le pilote Honda, qui avait réalisé le meilleur chrono lors de la première journée en Australie, a certes été ensuite battu par son adversaire, mais tout en réduisant l'écart journée après journée, celui-ci passant de 0'462 hier à 0'294 aujourd'hui.

Si les essais de pré-saison sont par définition voués aux tests sur les nouveaux prototypes, c'est aussi l'occasion pour les pilotes de s'observer mutuellement afin de jauger du niveau de performance de chacun. Márquez n'a pas dérogé à la tradition, s'autorisant quelques boucles dans le sillage de Viñales. "J’ai été capable de combler l’écart [à chaque fois que Viñales abaissait le chrono], et ensuite je l’ai suivi durant deux tours et cela a été intéressant", reprend-il. "Il a été très fort dans les virages rapides. Comme dans le virage 1, ou le 8. Notre moto est plus nerveuse mais chaque année quand nous venons ici nous avons les mêmes problèmes dans ces virages."

En délicatesse depuis le début des essais de pré-saison avec l'électronique, le triple champion du monde s'est attaché à avaler les kilomètres pour se mettre au diapason avec sa machine, à défaut de trouver une solution ferme à ses tracas techniques.

Progrès constants

Avec succès puisque les nombreux retours opérés auprès du garage Honda ont semblé porter leurs fruits. "Nous avons trouvé une petite route, un petit chemin", poursuit Márquez . "Chaque jour je disais la même chose, qu’il nous manque quelque chose au niveau électronique, au niveau du moteur, mais aujourd’hui et en particulier cet après-midi, nous avons beaucoup progressé [...] Mais dans l’après-midi nous nous sommes concentrés sur notre base et avons essayé de résoudre nos problèmes. Pour ainsi dire à chaque sortie nos temps au tour étaient meilleurs, car je me sentais mieux sur la moto. Il semble qu’ils aient commencé [le personnel de Honda] à comprendre ce que j’attends avec le moteur."

Si Márquez et Honda ont fait figure de véritables forçats de la route lors des tests, c'est aussi parce que le temps est désormais compté avant le début de la saison, qui se déroulera fin mars au Qatar. L'objectif pour l'équipe japonaise est donc d'arriver à Losail munie d'une machine qui sera d'emblée dans le rythme. "Nous avons fait plus de 100 tours par jour, et nous avons passé beaucoup de temps [en piste] mais je pense que c’est normal. Nous devons comprendre, bien sûr c’est important d’arriver au Qatar et d’avoir une bonne base dès le début. Car durant le week-end de course nous ne pouvons pas faire 100 tours par jour, nous avons moins de temps."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement Essais de février à Phillip Island
Circuit Phillip Island Grand Prix Circuit
Pilotes Marc Márquez
Équipes Repsol Honda Team
Type d'article Réactions