Plusieurs frayeurs mais un bilan positif pour Márquez

Le pilote espagnol a failli chuter à trois reprises ce vendredi au Mans, parvenant néanmoins à chaque fois à rattraper le coup. Deuxième du jour et rassuré sur son niveau de performance, il peut désormais se projeter avec sérénité sur la suite du week-end.

Plusieurs frayeurs mais un bilan positif pour Márquez

Malgré sa position de leader au championnat et sa récente victoire plutôt facile à Jerez, Marc Márquez abordait ce Grand Prix de France avec prudence. Le Circuit Bugatti ne fait en effet pas partie des plus favorables aux Honda, et le numéro 93 ne s'y est imposé qu'à deux reprises, en 2014 et 2018.

Par ailleurs, un point d'interrogation subsistait quant à la véritable résolution de ses problèmes de frein moteur, qui l'avaient mis en difficulté en début de saison. Mais à l'issue de la première journée au Mans, le constat de l'Espagnol se voulait plutôt rassurant sur le sujet. "Nous débutons avec la même base qu'à Jerez, mais avec quelques modifications au niveau de l'électronique, car ici nous avons par exemple des virages en première vitesse, et c'est dans ce domaine que nous avons eu des problèmes à Austin", a expliqué le numéro 93 lors de son point-presse ce vendredi. "Mais ce n'est plus le cas, tout fonctionne très bien, et c'est très important."

Lire aussi :

Cette première journée n'a cependant pas été sans quelques frayeurs pour le pilote Honda, qui a bien failli partir à la faute à trois reprises, rappelant ainsi la saison 2017 où il était coutumier du fait. Mais cette fois-ci aucune chute n'a été à déplorer, même si cela est passé près dans la matinée.

Besoin d'atteindre la bonne fenêtre de température

Interrogé sur le sujet, Márquez expliquait ces difficultés à garder le contrôle de sa machine par la nécessité de prendre des risques pour mettre ses gommes en température : "Ce matin j'ai fait un gros sauvetage quand je me suis retrouvé sur le vibreur. J'ai utilisé mon genou et mon coude pour m'en sortir. Dans l'après-midi, ça venait de l'arrière : j'utilisais le pneu arrière dur", a déclaré Márquez. "C'était bien, mais il y a deux ou trois tours où c'est très difficile de mettre le pneu en température, mais si vous ne prenez pas de risque la température n'arrive jamais. Cela a donc entraîné quelques glissades auxquelles je ne m'attendais pas, mais c'était toujours dans la limite."

Lire aussi :

Au final, l'Espagnol boucle cette première journée à la deuxième place, derrière Maverick Viñales, qui a de nouveau démontré qu'il était redoutable sur le Circuit Bugatti. Et si le pilote Honda a réalisé son meilleur temps avec le pneu soft à l'avant et à l'arrière de sa machine, bénéficiant ainsi d'un maximum de grip, il n'exclut pas de recourir à la gomme la plus dure de l'allocation proposée par Michelin ce week-end, même si pour l'instant le tracé ne propose pas encore des conditions optimales pour son utilisation.

"J'ai utilisé le pneu dur aujourd'hui mais la piste n'était pas prête pour cela, c'était encore un peu trop frais, mais même comme cela j'ai été en mesure d'être rapide", a-t-il souligné. "Avec le medium et le soft, le rythme n'était pas mauvais, et quand j'ai chaussé le soft dans le dernier run le grip était un peu meilleur. Mais c'était important pour nous de comprendre [le comportement du pneu dur] en vue de dimanche, si c'est nuageux, froid. Nous avons récupéré des informations que nous devons analyser, et pour le moment je n'ai pas encore de réelles options pour la distance de course."

Dans l'ensemble, c'est donc un bilan plutôt positif que tire le tenant du titre au soir de la première journée en France. Une bonne forme partagée une fois n'est pas coutume par son coéquipier Jorge Lorenzo, quatrième du jour. "Je suis très content car il y a des circuits sur lesquels nous arrivons avec quelques doutes et l’an dernier cela s’était plutôt bien passé", poursuit-il. "Cette année cela se passe bien pour le moment, nous sommes rapides et réguliers, et c’est le plus important. Jorge a un peu de mal au niveau du rythme, mais il a fait un très bon tour. C’est ce que j’ai dit avant : lorsqu’il y a du grip, c’est là que les autres progressent le plus. À présent l’adhérence est bonne et nous pourrons aussi progresser un peu, mais il est vrai que c’est lorsqu’il y a moins de grip que nous nous en sortons mieux que les autres."

Avec Charlotte Guerdoux

partages
commentaires
Meilleur temps des EL1, Quartararo "s’inquiète un peu" pour demain

Article précédent

Meilleur temps des EL1, Quartararo "s’inquiète un peu" pour demain

Article suivant

Lorenzo et les rumeurs : "Cela peut faire mal à un sportif"

Lorenzo et les rumeurs : "Cela peut faire mal à un sportif"
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021