MotoGP
23 août
-
25 août
Événement terminé
13 sept.
-
15 sept.
Événement terminé
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
C
GP du Japon
18 oct.
-
20 oct.
EL1 dans
2 jours
25 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
9 jours
C
GP de Malaisie
01 nov.
-
03 nov.
EL1 dans
16 jours
C
GP de Valence
15 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
30 jours

Pour Marc Márquez, son frère doit "bien faire les choses" en MotoGP

partages
commentaires
Pour Marc Márquez, son frère doit "bien faire les choses" en MotoGP
Par :
14 juil. 2019 à 07:51

La question de voir Álex Márquez monter en MotoGP se pose de plus en plus au fur et à mesure de ses victoires, mais en ce début de trêve estivale, son frère l’encourage à faire les choses correctement et à ne pas se précipiter, quitte à attendre 2021.

Les frères Márquez peuvent entamer leur pause estivale avec le sourire puisqu’ils sont tous les deux en tête de leur championnat respectif, le MotoGP pour Marc et le Moto2 pour Álex. S’ils ont tous les deux été Champions du monde en 2014, à la mi-saison le cadet n’était que deuxième du classement général derrière Jack Miller. C’est donc la première fois qu’ils peuvent savourer cela tous les deux pour leurs vacances, et la logique de voir Álex faire le grand saut dans la catégorie reine apparaît de plus en plus évidente. Mais le marché des pilotes semble quelque peu bloqué cette saison.

Lire aussi :

Une certaine capacité à tourner la page

Pourtant, Álex Márquez est en train de passer un cap, essentiellement mental, quant à la gestion de son championnat. Dans le doute à la veille du Sachsenring, suite à son résultat blanc dû à l’incident provoqué par Lorenzo Baldassarri à Assen, il était loin d’envisager le scénario idéal qu’il allait vivre au terme du week-end. "Je le dis toujours, je suis plus content pour mon frère que pour moi, surtout qu’après les Pays-Bas il a logiquement [toujours] un petit coup de déprime", a expliqué Marc. "Il [me disait] ‘on sort d’une course où j’aurais pu prendre l’avantage et là on arrive ici en Allemagne, je vais perdre des points’, et c’est là où tu lui dis ‘pourquoi tu perdrais des points ?’, ‘car tous les ans cela se passe mal’ et je lui ai dit ‘cette année c’est différent, cette année tu es différent, et cette année tu es capable de tout’. Et le vendredi il a bien démarré."

"Mon frère a cette capacité à tourner la page lorsque cela ne se passe pas bien et je suis un peu pareil", a-t-il poursuivi. "Je vais y accorder de l’importance un jour ou deux et puis je tourne la page et je continue à être content. Lorsqu’il y a cette atmosphère où nous nous entraînons, en menant chacun un championnat, avec la même intensité, cela aide." Il est vrai que si l’aîné est le roi incontesté du Sachsenring depuis dix ans, le cadet y a toujours souffert. Mais le déclic semble avoir opéré.

"Il a cette capacité à réagir et quand il est convaincu de tout, il est capable de tout", a commenté le #93. "Je suis content pour lui, il a récupéré la tête du championnat, et il a montré qu’il était le plus solide de cette course de Moto2. Partir en vacances en ayant tous les deux gagné la dernière course aide car chaque année je partais très content et lui un peu, et cette année nous partons tous les deux contents. À présent il faudra poursuivre cette dynamique lors de la seconde moitié de saison."

 

Attendre le bon moment

Rassuré et très motivé par ses quatre victoires de la saison, Álex pourrait continuer sur sa lancée dès la reprise à Brno. Qu’il termine sacré en fin de saison ou non, la suite logique des événements semble être un passage en MotoGP, mais les choses ne sont pas si simples. Le marché est en effet plutôt bloqué pour 2020, et il a déjà fait savoir qu’il préférerait rester en Moto2 s’il ne pouvait pas arriver dans de bonnes conditions, ce que valide totalement son aîné : "Quand tu joues le championnat, cela te forme en tant que pilote. S’il avait 27 ans cela serait différent, je lui dirais de monter, mais il n’en a que 23. Il faut savoir gérer sa carrière et l’allonger [quand il faut], car c’est aussi notre travail, donc il faut bien faire les choses. Si tu vas en MotoGP et que pour une raison ou une autre cela ne va pas, que tu n’es pas là où tu dois être, tu te retrouves chez toi au moment où tu t’y attends le moins."

Pas question, donc, de se précipiter. Marc Márquez affiche quoi qu’il arrive une grande confiance en son frère, et ne semble pas inquiet de son avenir au vu de ce qu’il démontre en piste. "Les résultats se voient", argumente-t-il. "Le pilote de Moto2 le plus rapide actuellement c’est lui, le plus régulier c’est lui, et surtout le plus important, celui qui prend le mieux ses trajectoires, c’est lui. Par exemple en Moto2, Quartararo n’a pas beaucoup gagné, mais c’est celui qui avait les meilleures trajectoires l’an dernier, et ensuite quand tu passes en MotoGP, cela se voit."

"Il y a des pilotes qui gagnent en Moto2 et, oui ils prennent ces trajectoires mais c’est la façon de le faire, la technique, et là-dessus, ce n’est pas parce que c’est mon frère, mais cela se voit que c’est celui qui le fait le mieux et qui se montre le plus régulier. Ensuite logiquement, en faisant ces résultats, les équipes de MotoGP s’intéressent à toi."

Lire aussi :

Le pilote Repsol Honda n’est par ailleurs pas le seul à émettre cette opinion, puisque Cal Crutchlow considère qu’Álex "mérite de monter en MotoGP" en raison du bon travail réalisé, mais que pour le moment "il n’y a pas de place". "Si quelqu'un prend sa retraite ou quitte le MotoGP, là peut-être. Il doit arriver sur la bonne moto. Vous le voyez avec les rookies, vous voyez quelle moto est facile et quelle moto ne l'est pas. Nous verrons bien, je pense qu'il fait du bon travail, il y a deux constructeurs vers qui il doit aller, mais il va devoir attendre", a-t-il renchéri. La seule option dont semble disposer le cadet de la famille Márquez est la place de Tito Rabat chez Avintia, qui n’a pas encore été confirmée. Un choix qu’il semble déjà avoir refusé, préférant une équipe qui joue plus aux avant-postes.

Avec Michaël Duforest

Article suivant
Le test de Pedrosa donne de l'espoir à Zarco pour Brno

Article précédent

Le test de Pedrosa donne de l'espoir à Zarco pour Brno

Article suivant

Rossi ne compte pas changer de chef mécanicien

Rossi ne compte pas changer de chef mécanicien
Charger les commentaires