Márquez et Honda doivent jouer leurs cartes "sans se précipiter"

partages
commentaires
Márquez et Honda doivent jouer leurs cartes "sans se précipiter"
Par :
28 mars 2019 à 12:30

Tandis que la compétitivité ne cesse d’augmenter année après année, le pilote espagnol et son team tiennent bon et parviennent à rester les numéros un en MotoGP. Pour y parvenir de nouveau cette saison, ils ont beaucoup misé sur le développement de la RC213V, mais il va leur falloir également faire preuve d’une grande régularité.

Depuis six ans, Honda semble indétrônable en MotoGP. Seule la saison 2015 a permis à un autre constructeur, Yamaha, d’être titré. Tous les autres sacres sont revenus à Marc Márquez, qui remet une nouvelle fois son succès en jeu cette saison. Si l’exercice semble leur apparaître simple, l’étau se resserre néanmoins chaque année autour du duo formé par l’Espagnol et son équipe, tant la concurrence augmente, et il leur est donc impossible de se reposer sur leurs acquis.

Lire aussi :

Suivre le niveau du championnat

"Même si parfois on peut penser que c’est simple, remporter le Championnat est très difficile, car tout le monde est très proche", a commenté Santi Hernández, l’ingénieur de piste de Márquez depuis 2011. "Chaque année c’est encore plus difficile, et chaque année il y a des pilotes avec plus d’expérience et de jeunes talents qui viennent d’arriver et qui apprennent vite."

L’unique solution à cela est de continuer sans cesse le développement de la RC213V, et de combler ses points faibles. Ces dernières années, ceux-ci se sont principalement concentrés sur la vitesse de pointe et l’accélération. Tout au long de l’hiver, Honda n’a pas caché travailler de façon intense sur son moteur, qui a par ailleurs été l’axe principal des tests.

Au vu de la performance de Márquez lors du Grand Prix inaugural de la saison, au Qatar, ces points faibles semblent avoir été gommés. "Nous sommes désormais plus proches de la Ducati, nous avons dépassé certains constructeurs, et c’est important", a déclaré Hernández. "C’est très intéressant, car lorsque l’on peut gagner du temps en ligne droite, on n’a pas à en sacrifier autant à d’autres endroits plus risqués de la piste. C’est du temps ‘libre’ car tout le monde sait comment ouvrir les gaz et on n’a pas le risque de devoir revenir sur les freins."

Lire aussi :

Pour autant, l’écart entre les 15 premiers a été le plus faible de l’Histoire, signe de la compétitivité du MotoGP. L’évolution de Honda était donc nécessaire pour suivre le niveau du championnat qui se resserre de plus en plus. "Cela vient de [son] organisation. Il faut garder à l’esprit que les pneus sont les mêmes, et que la plupart des teams ont les mêmes suspensions, les mêmes freins et la même électronique", a poursuivi l’ingénieur de piste. "Le règlement a été fait de sorte que la différence entre les constructeurs ne soit pas très importante. Cela permet également de voir un plus grand groupe de pilotes à l’avant."

Au milieu de ces concurrents dont le nombre ne cesse d’augmenter année après année, il n’y a qu’un seul moyen pour être de nouveau titré en fin de saison : "L’important est d’être régulier et de savoir comment jouer ses cartes correctement, sans se précipiter."

Gérer l’intégralité de la saison

Néanmoins, cette saison aurait pu démarrer d’une toute autre façon, et Marc Márquez aurait pu ne pas être aussi régulier que lui et son équipe le souhaitent, en raison de l’opération qu’il a subi à l’épaule cet hiver et qui lui a valu de longues semaines de récupération. De même, il n’a jamais été à 100% lors des tests de pré-saison, et personne ne pouvait savoir dans quelle forme il serait lors du premier Grand Prix.

Malgré cela, son clan n’était pas trop inquiet. "Marc a déjà traversé une période difficile lorsqu’il a eu son accident en 2011", a raconté Hernández. "Cela avait duré longtemps et nous ne savions pas s’il allait se remettre de sa blessure. Il avait surpris tout le monde en remportant la première course au Qatar l’année suivante."

"J’ai été très prudent lorsque l’on m’a demandé à quel niveau il pourrait être lors de la première course mais, intérieurement, je ne doutais pas qu’il puisse se battre pour la victoire. Il nous montre chaque jour que c’est un battant et qu’il est performant dans l’adversité. Je savais qu’il pourrait faire une excellente course."

Lire aussi :

À présent remis, l’Espagnol a marqué les 20 points de la seconde place au Qatar, et visera de nouveau la victoire en Argentine, ce week-end, à moins que la situation ne le lui permette pas. Le mot d’ordre chez Honda semble vraiment être la régularité. "Ce circuit nous a toujours bien correspondu, même si parfois les résultats n’ont pas été là. Comme sur chaque tracé, il faut continuer à travailler et essayer de ne pas commettre d’erreurs", a expliqué Santi Hernández.

"Marc et l’équipe doivent tout donner, et nous évaluerons après le warm up à quel niveau nous pourrons rouler. Il y a des courses qui, en théorie, ne semblent pas être propices à une victoire et il faut être en mesure de l’accepter et de ne pas commettre d’erreurs. Comme je l’ai dit, il faut être régulier et tirer le meilleur de chaque course."

Article suivant
Météo - Des orages attendus dimanche en Argentine

Article précédent

Météo - Des orages attendus dimanche en Argentine

Article suivant

Michelin : Les courses lentes ? "Une stratégie des pilotes"

Michelin : Les courses lentes ? "Une stratégie des pilotes"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Marc Márquez Boutique
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Charlotte Guerdoux
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu