Et si Márquez restait ? "Je suis au meilleur endroit pour réussir"

Marc Márquez assure croire "toujours au projet" Honda et n'aura peut-être "rien à annoncer" concernant son avenir. Sa décision finale n'est pas encore prise, la seule certitude étant qu'il ne prendra pas sa retraite.

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Après s'être joué des médias ces derniers jours, répondant inlassablement "j'ai un contrat avec Honda" à chaque question tournant autour de la rumeur l'envoyant sur la Ducati de l'équipe Gresini la saison prochaine, Marc Márquez a évoqué plus longuement la réflexion quant à son avenir en MotoGP ce mardi, à l'occasion d'un événement organisé par un sponsor.

Le pilote espagnol veut se donner le temps de la réflexion et a précisé que c'est le "mental, rien d'autre" qui déterminera son choix. "J'ai toujours été guidé par mon instinct", a indiqué Márquez. "Il ne faut pas prendre les décisions dans le feu de l'action, elle sera réfléchie."

Lundi, le sextuple Champion du MotoGP a tenu des propos énigmatiques, évoquant trois projets différents à sa disposition. La seule certitude est qu'une année sabbatique ou une retraite n'en fait pas partie : "Rester chez moi serait le plan D, mais je n'y pense pas. Je suis motivé, j'ai beaucoup d'envie. Quand je me sentais mal physiquement [après sa blessure en 2020], j'y ai songé mais maintenant je me sens bien, même si les résultats ne sont pas là."

Les propos de Márquez ont pu sembler contradictoires ces derniers jours, puisqu'il a d'abord assuré que sa décision était prise, puis que le verdict tomberait probablement autour des GP d'Inde et du Japon. "Je ne sais même pas", a-t-il reconnu ce mardi, laissant penser que rester chez Honda restait l'option privilégiée : "Seul mon entourage proche connaît ma réflexion. Peut-être que je n'aurai rien à annoncer, j'ai un contrat."

"Au final, il faut être calme mentalement et convaincu de ce que l'on choisit afin de réussir", a-t-il ajouté. "Et aujourd'hui, je suis convaincu que je suis au meilleur endroit pour réussir, et on verra. Nous allons évaluer la situation jour après jour pour être convaincus."

"Quand on est humain et qu'on est face à une situation critique, on cherche des solutions et on a le plan A, le plan B et le plan C", a détaillé Márquez. "Je les garde pour moi, je dois bien réfléchir, mais aujourd'hui j'ai encore un contrat avec Honda, c'est optimal parce que cette marque m'a beaucoup donné."

"Il y a des choses sur lesquelles il faut travailler. C'est vrai qu'il n'y a pas beaucoup de temps mais les choses doivent se faire d'elles-mêmes. Comme je l'ai montré, je reste pleinement impliqué parce que je crois toujours au projet."

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Marc Márquez

Márquez se repose sur très peu de personnes et même son frère Álex, qu'il pourrait rejoindre chez Gresini, n'est pas totalement dans la confidence : "Álex est dans ce cercle mais il n'a pas toutes les informations. Au final, c'est un pilote actif, il a ses propres intérêts. Il est très calme en ce moment, il est à un bon niveau et il ne faut pas mélanger les choses. On respecte l'espace de l'autre, et si quelqu'un va bien, il ne faut pas qu'il s'inquiète pour son frère."

Un test décevant... mais pas alarmant

Marc Márquez est également revenu sur le test de lundi, confirmant l'absence de véritable progrès et le besoin de bien identifier les causes des problèmes de Honda : "Quand on teste une moto, chaque pilote en attend plus. La position de pilotage était différente [sur la nouvelle moto] mais les performances, qui sont ce que l'on évalue, étaient très similaires. On doit continuer à analyser ce qui nous fait défaut et pourquoi il y a les mêmes problèmes, quoi que l'on teste."

Et aussi impliqué qu'il soit, Márquez a conscience qu'il ne peut pas corriger les faiblesses de la Honda à lui seul : "Peut-être qu'avec un nouveau moteur, la situation changera, ou pas. En tant que pilotes, on donne autant d'informations que possible, les trois pilotes se plaignent des mêmes choses. Je peux donner mon opinion mais ils doivent découvrir d'où proviennent les problèmes. Aucun pilote ne sait comment faire un moteur, c'est à eux de déterminer si c'est un problème de châssis, un problème de moteur ou autre chose."

Se disant "fatigué" mais "en réflexion", Márquez tient à rester impliqué dans le développement en vue de la saison 2024 et montre à nouveau son attachement à Honda en affichant une certaine indulgence malgré l'absence de gain significatif sur le prototype 2024.

"Au lendemain d'un week-end de course et d'un test, on réfléchit à tout ce qu'il s'est passé en piste, ce que l'on peut améliorer, la direction à prendre, comment améliorer le projet. C'est un peu ce que nous avons fait après le test, avec tous les ingénieurs japonais et Honda."

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Marc Márquez n'a pas été véritablement convaincu par ce qu'il a vu au cours du test

"Le prototype 2024 n'a pas fonctionné comme prévu. C'était un peu moins bon en pratique qu'en théorie, mais c'était aussi une nouvelle moto, il faut continuer le développement. Je ne suis pas déçu parce que c'était un peu ce que l'on attendait. Il y a de nouveaux visages dans le garage mais ils sont arrivés récemment, ils n'ont pas eu le temps de tout mettre en piste."

Honda est dans une situation comparable à celle de Yamaha et ces dernières semaines, l'idée de concessions techniques pour relancer les marques japonaises est apparue. Marc Márquez est favorable à cette idée, estimant que le MotoGP aurait intérêt à réduire l'écart entre les différents acteurs impliqués.

"Je pense qu'il faudrait des concessions pour les constructeurs japonais, parce qu'ils sont nécessaires pour le championnat et que ça ne peut pas être une catégorie monarque. Un championnat du monde évolue selon les époques, et maintenant il semble que nous soyons à l'ère Ducati. Pour les pilotes, c'est beaucoup mieux [de voir plus de marques capables de gagner]. En tant que pilote, je préfère une équité technique maximale."

Propos recueillis par Ruben Carballo Rosa

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Puig attend un "gros développement" de la Honda 2024
Article suivant Binder a du mal à se prononcer sur les différents châssis KTM

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France