Márquez pointe un Lorenzo "malchanceux" plutôt que "hors de contrôle"

Vainqueur du Grand Prix de Catalogne, Marc Márquez n'a pas blâmé son équipier Jorge Lorenzo pour le carambolage qu'il a causé au deuxième tour.

Marc Márquez a signé ce dimanche sa quatrième victoire en sept manches du championnat MotoGP 2019. Le Champion du monde en titre a dominé les débats, après le carambolage causé par son équipier Jorge Lorenzo en début de course.

Alors que les choix de pneus ont entraîné bon nombre de migraines aux pilotes et aux ingénieurs ce week-end, Márquez s'est présenté sur la grille avec un pneu hard à l'avant, et un soft à l'arrière. Un choix peu commun, mais qui était mûrement réfléchi par le numéro 93, peu enclin à s'imposer une course d'attente comme elle l'était attendue par la majorité du peloton.

Lire aussi :

"J'étais déterminé avant la course à trouver la bonne stratégie et c'est pour ça que j'ai choisi le soft à l'arrière car mon point fort était le début de course, donc j'essayais de mener la course aussi vite que possible. J'ai essayé d'attaquer et d'être constant. En course, j'ai senti quelque chose d'étrange car je savais que Dovi était out. Ensuite j'ai vu que Petrucci était deuxième et en essais il n'était pas l'un des plus rapides. J'ai continué d'attaquer même s'il y avait un grand écart, car je savais que les Yamaha étaient rapides en fin de course. Ce n'était pas facile car d'accord, j'étais devant, mais j'attaquais. Je savais que les Yamaha étaient rapides à la fin, avec plus de gomme en piste. J'attaquais donc juste."

Ayant porté l'écart sur la deuxième place à cinq secondes, Marc Márquez s'était retrouvé dans une situation similaire à celle qu'il a connue à Austin, plus tôt dans l'année. Or, l'Espagnol a chuté en Amérique, un résultat qui trottait forcément dans sa tête, mais qu'il est parvenu à ne pas répéter. Mieux, il augmente largement son avance au championnat suite aux déboires de ses adversaires.

"Bien sûr, on garde toujours plus les erreurs que les victoires à l'esprit ! Bien sûr on peut se dire que sans ce zéro pointé ça serait encore mieux au championnat mais nous avons 37 points d'avance sur le deuxième, c'est le plus important. Nous travaillons bien, nous avons fini deuxième et vainqueur sur deux circuits qui ne nous vont pas, il faut continuer de pousser, le championnat est long et tout peut arriver comme on l'a vu aujourd'hui", a-t-il déclaré au micro du site officiel du MotoGP.

Le numéro 93 a bien profité du chaos causé en partie par son équipier Jorge Lorenzo. Dès le deuxième tour, le Majorquin a en effet perdu le contrôle, et entraîné dans sa chute Dovizioso, Viñales et Rossi. Le Champion du monde a lui été assez chanceux, puisqu'il a dépassé le pilote de la Ducati numéro 4 juste avant l'incident, dans l'épingle. Après avoir visionné les images de l'accrochage, il n'a pas blâmé son équipier.

Lire aussi :

"Bien sûr les gens vont se dire que Lorenzo était hors de contrôle, mais en fait il a eu de la malchance, j'ai dépassé Dovi, qui a dû sortir de la trajectoire, et Viñales était encore plus loin. Jorge a pris la bonne trajectoire mais malheureusement il a perdu l'avant, et a fait abandonner trois pilotes. C'était malchanceux, mais sur cette action, j'étais derrière Dovi, je l'ai vu beaucoup ralenti et j'ai juste relâché les freins car j'ai failli le toucher. Et dès que je suis passé, j'ai eu beaucoup de chance !"

Leader de l'épreuve, Marc Márquez ne pouvait pas imaginer que quatre pilotes étaient sur le carreau à l'issue du contact. Logiquement, il avait demandé à son équipe de ne l'informer que des soucis pouvant frapper Andrea Dovizioso, son adversaire principal au championnat depuis plus de deux ans maintenant.

"Je l'ai réalisé quand j'ai fini la course [que quatre pilotes ont chuté]. Je savais juste que Dovi était out, je voulais juste savoir s'il se passait quelque chose pour lui, le reste j'étais concentré sur ma course. Je ne savais pas que les autres étaient éliminés aussi. Maintenant j'ai vu ce qui s'est passé, bien sûr, ça a rendu la course plus facile pour moi, mais le rythme était très bon de toute façon, je pense que je pilotais bien. Même Quartararo ne pouvait pas me rattraper à la fin, et je savais qu'il aurait été rapide à ce moment-là. Nous avons bien géré toute la course."

Lire aussi :

Avec 37 points d'avance et alors que le cap de la mi-saison approche, Márquez sait toutefois que rien n'est joué. Le natif de Cervera compte bien continuer de travailler d'arrache-pied avec son équipe pour s'assurer d'une nouvelle couronne en fin d'année.

"Pour le moment, on dirait que tout est facile, mais ça n'est pas le cas, nous attaquons. Aujourd'hui j'ai pris un risque, aujourd'hui j'ai failli perdre l'avant au virage 5, je pilotais bien mais il y avait des pilotes qui me poussaient. Le championnat est très long, nous en sommes à la septième course, et il faut continuer. Nous travaillons très bien, toute l'équipe Repsol Honda va dans la même direction, et nous ne pouvons pas perdre de temps avec d'autres choses. Nous devons juste travailler pour notre objectif, le titre, et nous savons que sur certaines courses il y aura des pilotes très rapides, mais le plus important pour nous, c'est la constance le samedi et le dimanche, et c'est pour ça que nous travaillons comme ça."

partages
commentaires
Fataliste, Rossi se veut compréhensif envers Lorenzo

Article précédent

Fataliste, Rossi se veut compréhensif envers Lorenzo

Article suivant

Pas de pénalité pour Jorge Lorenzo

Pas de pénalité pour Jorge Lorenzo
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021