Márquez pointe un Lorenzo "malchanceux" plutôt que "hors de contrôle"

Vainqueur du Grand Prix de Catalogne, Marc Márquez n'a pas blâmé son équipier Jorge Lorenzo pour le carambolage qu'il a causé au deuxième tour.

Marc Márquez a signé ce dimanche sa quatrième victoire en sept manches du championnat MotoGP 2019. Le Champion du monde en titre a dominé les débats, après le carambolage causé par son équipier Jorge Lorenzo en début de course.

Alors que les choix de pneus ont entraîné bon nombre de migraines aux pilotes et aux ingénieurs ce week-end, Márquez s'est présenté sur la grille avec un pneu hard à l'avant, et un soft à l'arrière. Un choix peu commun, mais qui était mûrement réfléchi par le numéro 93, peu enclin à s'imposer une course d'attente comme elle l'était attendue par la majorité du peloton.

Lire aussi :

"J'étais déterminé avant la course à trouver la bonne stratégie et c'est pour ça que j'ai choisi le soft à l'arrière car mon point fort était le début de course, donc j'essayais de mener la course aussi vite que possible. J'ai essayé d'attaquer et d'être constant. En course, j'ai senti quelque chose d'étrange car je savais que Dovi était out. Ensuite j'ai vu que Petrucci était deuxième et en essais il n'était pas l'un des plus rapides. J'ai continué d'attaquer même s'il y avait un grand écart, car je savais que les Yamaha étaient rapides en fin de course. Ce n'était pas facile car d'accord, j'étais devant, mais j'attaquais. Je savais que les Yamaha étaient rapides à la fin, avec plus de gomme en piste. J'attaquais donc juste."

Ayant porté l'écart sur la deuxième place à cinq secondes, Marc Márquez s'était retrouvé dans une situation similaire à celle qu'il a connue à Austin, plus tôt dans l'année. Or, l'Espagnol a chuté en Amérique, un résultat qui trottait forcément dans sa tête, mais qu'il est parvenu à ne pas répéter. Mieux, il augmente largement son avance au championnat suite aux déboires de ses adversaires.

"Bien sûr, on garde toujours plus les erreurs que les victoires à l'esprit ! Bien sûr on peut se dire que sans ce zéro pointé ça serait encore mieux au championnat mais nous avons 37 points d'avance sur le deuxième, c'est le plus important. Nous travaillons bien, nous avons fini deuxième et vainqueur sur deux circuits qui ne nous vont pas, il faut continuer de pousser, le championnat est long et tout peut arriver comme on l'a vu aujourd'hui", a-t-il déclaré au micro du site officiel du MotoGP.

Le numéro 93 a bien profité du chaos causé en partie par son équipier Jorge Lorenzo. Dès le deuxième tour, le Majorquin a en effet perdu le contrôle, et entraîné dans sa chute Dovizioso, Viñales et Rossi. Le Champion du monde a lui été assez chanceux, puisqu'il a dépassé le pilote de la Ducati numéro 4 juste avant l'incident, dans l'épingle. Après avoir visionné les images de l'accrochage, il n'a pas blâmé son équipier.

Lire aussi :

"Bien sûr les gens vont se dire que Lorenzo était hors de contrôle, mais en fait il a eu de la malchance, j'ai dépassé Dovi, qui a dû sortir de la trajectoire, et Viñales était encore plus loin. Jorge a pris la bonne trajectoire mais malheureusement il a perdu l'avant, et a fait abandonner trois pilotes. C'était malchanceux, mais sur cette action, j'étais derrière Dovi, je l'ai vu beaucoup ralenti et j'ai juste relâché les freins car j'ai failli le toucher. Et dès que je suis passé, j'ai eu beaucoup de chance !"

Leader de l'épreuve, Marc Márquez ne pouvait pas imaginer que quatre pilotes étaient sur le carreau à l'issue du contact. Logiquement, il avait demandé à son équipe de ne l'informer que des soucis pouvant frapper Andrea Dovizioso, son adversaire principal au championnat depuis plus de deux ans maintenant.

"Je l'ai réalisé quand j'ai fini la course [que quatre pilotes ont chuté]. Je savais juste que Dovi était out, je voulais juste savoir s'il se passait quelque chose pour lui, le reste j'étais concentré sur ma course. Je ne savais pas que les autres étaient éliminés aussi. Maintenant j'ai vu ce qui s'est passé, bien sûr, ça a rendu la course plus facile pour moi, mais le rythme était très bon de toute façon, je pense que je pilotais bien. Même Quartararo ne pouvait pas me rattraper à la fin, et je savais qu'il aurait été rapide à ce moment-là. Nous avons bien géré toute la course."

Lire aussi :

Avec 37 points d'avance et alors que le cap de la mi-saison approche, Márquez sait toutefois que rien n'est joué. Le natif de Cervera compte bien continuer de travailler d'arrache-pied avec son équipe pour s'assurer d'une nouvelle couronne en fin d'année.

"Pour le moment, on dirait que tout est facile, mais ça n'est pas le cas, nous attaquons. Aujourd'hui j'ai pris un risque, aujourd'hui j'ai failli perdre l'avant au virage 5, je pilotais bien mais il y avait des pilotes qui me poussaient. Le championnat est très long, nous en sommes à la septième course, et il faut continuer. Nous travaillons très bien, toute l'équipe Repsol Honda va dans la même direction, et nous ne pouvons pas perdre de temps avec d'autres choses. Nous devons juste travailler pour notre objectif, le titre, et nous savons que sur certaines courses il y aura des pilotes très rapides, mais le plus important pour nous, c'est la constance le samedi et le dimanche, et c'est pour ça que nous travaillons comme ça."

partages
commentaires
Fataliste, Rossi se veut compréhensif envers Lorenzo
Article précédent

Fataliste, Rossi se veut compréhensif envers Lorenzo

Article suivant

Pas de pénalité pour Jorge Lorenzo

Pas de pénalité pour Jorge Lorenzo
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021